Effondrement de l'âge du bronze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Invasions, destructions et éventuels mouvements de populations durant l'effondrement de l'âge du bronze, vers

L'effondrement de l'âge du bronze débute au demi-siècle compris entre, environ, et Il s'agit de l'effondrement culturel de la civilisation mycénienne, de la dynastie des Kassites à Babylone, de l'empire Hittite en Anatolie et au Levant, du Nouvel Empire égyptien[1], de la destruction d'Ougarit et des États amorrites, de la fragmentation des États louvites de l'ouest de l'Asie Mineure et d'une période de chaos dans la région de Canaan[2]. La mise à mal des gouvernements coupe les routes commerciales et réduit sévérement le développement culturel dans la majeure partie du « monde connu »[3].

Dans sa première phase, presque toutes les cités entre Pylos et Gaza sont violemment détruites, beaucoup sont abandonnées, y compris Hattusa, Mycènes et Ougarit. Selon Robert Drews :

Within a period of forty to fifty years at the end of the thirteenth and the beginning of the twelfth century almost every significant city in the eastern Mediterranean world was destroyed, many of them never to be occupied again.

— Drews[4]

« Durant une période de quarante à cinquante ans, à la fin du treizième et au début du douzième siècle, presque toutes les cités importantes du monde est-méditerranéen furent détruites, la plupart ne seront plus jamais occupées. »

Il conduit à une période de transition, appelée Siècles obscurs, au Proche-Orient, en Asie Mineure, sur les rives de la mer Égée, dans le nord de l'Afrique, au Caucase, dans les Balkans et en Méditerranée orientale. Elle couvre l'âge du bronze final et les débuts de l'âge du fer ; elle est décrite par les historiens comme violente, soudaine et culturellement destructrice. L'économie palatiale de la région égéenne et de l'Anatolie, qui caractérise l'âge du bronze final, se désintègre, se transformant en cultures centrées autour de villages isolés, ce qu'on nomme les « Âges sombres » de la Grèce antique.

Quelques puissants États, notamment l'Assyrie et l'Élam, survivent à l'effondrement de l'âge du bronze mais, à la fin du xiie siècle av. J.-C., Élam, défait par Nabuchodonosor Ier, roi de Babylone, décline, tandis que Nabuchodonosor restaure brièvement la splendeur de Babylone avant de subir une série de défaites face aux Assyriens. À la suite de la mort du roi Assur-bel-kala, l'Assyrie connait à son tour un déclin au cours des cent années qui suivent, et l'Empire se rétrécit considérablement. En , l'Assyrie semble n'avoir contrôlé que son voisinage immédiat ; le cœur de l'Empire, bien défendu, n'est pas menacé par cet effondrement.

Progressivement, à la fin des « siècles obscurs », les Hittites fondent de petits États, les royaumes néo-hittites, en Cilicie et au Levant, qui sont, vers la fin, gouvernés à la fois par des Hittites et par des Araméens. À partir du milieu du Xe siècle av. J.-C., une série de petits royaumes araméens se forment au Levant, et les Philistins s'installent dans le sud de la région de Canaan où les Sémites de langue cananéenne avaient créé dans un certain nombre d'entités politiques telles qu'Israël, Moab, Édom et Ammon.

À partir de , l'Assyrie commence à se réorganiser et à s'étendre, devenant l'Empire néo-assyrien (911-), lequel contrôle une vaste zone du Caucase à l'Égypte, et de la Chypre grecque à la Perse. Les Phrygiens, Cimmériens et Lydiens arrivent en Asie Mineure, et une nouvelle entité Hourrite, Urartu, se crée dans l'est de l'Asie Mineure et au sud du Caucase, où émergent les « Colchiens » (Géorgiens).

Les Peuples iraniens, tels que les Persans, les Mèdes, les Parthes et les Sagartiens, apparaissent dans l'ancien Iran peu après  ; ils chassent vers le nord-ouest les anciens peuples non indo-européens, Kassites, Hourrites et Gutis, tandis que les Élamites et les Mannéens indigènes, locuteurs de langues isolées, continuent à dominer respectivement les régions du sud-ouest et la région de la mer Caspienne. Après la période orientale dans la région Égéenne commence l'Époque classique en Grèce.

Preuves régionales[modifier | modifier le code]

Preuves de destruction[modifier | modifier le code]

Anatolie[modifier | modifier le code]

Avant l'effondrement, l'Anatolie, ou Asie Mineure, est dominée par plusieurs peuples d'origines ethno-linguistiques variées. Ainsi des Sémites, Assyriens et Amorrites, des locuteurs de langues isolées Hourrites, Gasgas et Hattis, puis les derniers arrivés, les Indo-Européens tels que les Louvites, les Hittites, les Mitannis et les Mycéniens. À partir du xvie siècle av. J.-C., les Mitanni, une minorité migrante parlant un langage indo-aryen, forment la classe politique qui domine le peuple indigène caucasien, locuteur d'une langue hourro-urartéenne formant un isolat linguistique. De la même manière, les Hittites, locuteurs d'une langue indo-anatolienne, absorbent les Hattis[5], un peuple locuteur d'une langue non indo-européenne, probablement un isolat linguistique.

Mise à part la région dominée par le Moyen-Empire Assyrien (-), tous les sites d'Anatolie présentent une couche archéologique correspondant à une destruction ; dans cette région, la civilisation ne recouvra jamais, en un millier d'années, son niveau antérieur, celui des Assyriens et des Hittites. Les Hittites, eux aussi affaiblis par des défaites militaires et des annexions dues aux Assyriens[note 1], subissent un coup de grâce lorsque leur capitale, Hattusa, est brûlée, probablement par les Gasgas, locuteurs d'une langue non indo-européenne, venus des rives de la mer Noire, peut-être aidés par les Phrygiens, locuteurs d'une langue indo-européenne. La ville a été abandonnée et jamais réoccupée.

Karaoğlan[note 2], à côté de l'actuelle Ankara, est brûlée et les cadavres humains ne sont pas inhumés[7]. Beaucoup des sites qui n'ont pas été brûlés sont abandonnés[6]. L'Empire Hittite est annexé par les Assyriens de langue sémitique puis ce qu'il en reste est détruit par les Gasgas et/ou les Phrygiens. La cité Louvite de Troie est détruite au moins deux fois avant d'être abandonnée jusqu'à l'époque romaine.

Les Phrygiens arrivent du Bosphore ou du Caucase au xiiie siècle av. J.-C. et prennent part à l'affaiblissement de l'Empire Hittite, déjà attaqué par les Assyriens et par les Gasgas[8] ; les Hittites sont définitivement conquis par les Assyriens au début de l'âge du fer, au xiie siècle av. J.-C. D'autres groupes indo-européens suivent, notamment les Doriens, un peuple grec, et les Lydiens puis, dans les siècles qui suivent, par les Cimmériens et les Scythes. Les Araméens sémites, les locuteurs d'une langue kartvélienne venus de Colchide et les Hourrites font émerger Urartu, Nairi et Shupria. L'Assyrie se retire progressivement d'une grande partie de la région pendant la seconde moitié du XIe siècle av. J.-C., tout en continuant à faire campagne militairement afin de protéger ses frontières et de maintenir les routes commerciales ouvertes, jusqu'à une période d'expansion vigoureuse à la fin du xe siècle av. J.-C.

Les sites anatoliens de Troie, Milet, Hattusa[9], Mersin et Tarhuntassa présentent des preuves matérielles de leur effondrement.

Chypre[modifier | modifier le code]

Chypre voit la mise à sac et l'incendie d'Enkomi, Kition et Sinda, ce qui a pu arriver deux fois avant que les sites ne soient abandonnés[10]. Durant le règne du roi hittite Tudhaliya IV, qui régna de -1237 à -1209, l'île est envahie brièvement par les Hittites, dans le but de sécuriser les ressources en cuivre ou de prévenir la piraterie.

Peu après, l'île est envahie à nouveau par son fils vers -1200. Plusieurs villes (Enkomi, Kition, Palaeokastro et Sinda) présentent des traces de destruction ; le fait de savoir s'il s'est agi d'une invasion mycénienne n'est pas établi. Paul Aström, un archéologue suédois, a proposé un modèle en deux vagues ; une première en -1230 par les peuples de la mer et une seconde en -1190 par des réfugiés égéens.[réf. nécessaire]

Le royaume d'Alashiya est pillé par les peuples de la mer et cesse d'exister en -1085.

Les petites colonies d'Ayios Dhimitrios et de Kokkinokremnos, ainsi que nombre d'autres sites, sont abandonnés mais ne présentent pas de traces de destruction. Kokkinokremos fut une implantation de courte durée où diverses caches réalisées par des forgerons ont été retrouvées ; le fait que personne ne soit revenu récupérer les « trésors » suggère que ces forgerons furent tués ou emmenés en esclavage. Les sites reprennent de l'importance au début de l'âge du fer, avec un repeuplement par les Grecs et les Phéniciens.

Les sites chypriotes de Palaeokastro, Kition, Sinda et Enkomi présentent des traces matérielles de l'effondrement.

Syrie[modifier | modifier le code]

Carte de l'effondrement de l'âge du bronze.

La Syrie antique est d'abord dominée par de nombreux peuples indigènes de langues sémitiques. Les Éblaïtes, les Akkadiens, les Assyriens (locuteurs de l'akkadien) et les Amorrites sont les plus importants[11]. La Syrie de cette époque est appelée « la terre d'Amurru ».

Avant et pendant l'effondrement de l'âge du bronze, la Syrie devient un champ de bataille sur lequel s'affrontent les Empires Hittite, Assyrien, Mitanni et Égyptien ; plus tard, les régions côtières subissent les attaques des peuples de la mer. À partir du xiie siècle av. J.-C., les Araméens dominent la Syrie. La région, à l'exception des côtes phéniciennes, où l'on parle le phénicien, voit l'araméen se développer comme langue véhiculaire. La région devient connue sous le nom d'« Aram » et d'« Eber Nari ». Le terme actuel de « Syrie » est une déformation indo-européenne du mot « Assyrie » qui ne commence à être appliqué formellement au Levant qu'à l'époque du Royaume séleucide (305-).

Les sites du Levant entretiennent des échanges commerciaux avec la Mésopotamie (Sumer, Akkad, l'Assyrie et Babylone), l'Anatolie, l'Égypte et la région Égéenne durant l'âge du bronze final. La destruction d'Ougarit intervient après le règne de Mérenptah et peut-être après la chute du chancelier Bay, survenue en Le dernier roi sémite d'Ougarit, Ammourapi, est contemporain du roi hittite Suppiluliuma II ; les dates exactes de son règne ne sont pas connues.

Ougarit est détruite à la fin de l'âge du bronze. Une tablette trouvée en 1986, écrite en cunéiforme, montre qu'elle fut détruite après la mort du pharaon Mérenptah. On admet en général qu'elle avait déjà été détruite lors de la huitième année du règne de Ramsès III, en Des lettres sur tablettes d'argile, trouvées dans les ruines, parlent d'attaques venues de la mer et une lettre d'Alashiya, royaume situé à Chypre, évoque des cités déjà détruites par des adversaires venus de la mer ; elle fait aussi allusion à la flotte d'Ougarit, patrouillant le long des côtes lyciennes.

Les Araméens sémites finissent par remplacer les anciens Amorites, les Cananéens et les habitants d'Ougarit. Les Araméens, avec les Phéniciens et les Néo-Hittites en viennent à dominer démographiquement la majeure partie de la région. Cependant, la zone est conquise par le Moyen-Empire Assyrien, jusqu'au retrait de ce dernier à la fin du xie siècle av. J.-C. Avec la montée de l'Empire néo-assyrien, à la fin du xe siècle av. J.-C., toute la région est de nouveau sous contrôle assyrien.

Les sites suivants présentent des traces matérielles de destruction : Ougarit, Tell Sukas, Qadech, Qatna, Hama, Alalakh, Alep, Karkemish, Emar.

Levant méridional[modifier | modifier le code]

Les informations égyptiennes montrent que, durant le règne d'Horemheb, les nomades Shasou posent plus de problèmes que les précédents Apirou. Ramsès II (qui règne de 1279 à ) mène une campagne militaire contre eux, les poursuivant jusqu'au Moab, où il construit une forteresse après sa défaite à la bataille de Qadesh. Durant le règne de Mérenptah, les Shasou menacent la « Voie d'Horus », une route commerciale au nord de Gaza. On a des preuves de la destruction de Tel Dar'ala (Soukkot) après le règne de la reine Taousert (1191–)[12].

Le site détruit de Lakish est brièvement réoccupé par des occupants illégaux et par une garnison égyptienne durant le règne de Ramsès III (1186–). Tous les sites le long de la route côtière au nord de Gaza sont détruits, tels Gaza, Ashdod, Ashkelon, Acre et Jaffa, qui sont brûlés et ne sont pas réoccupés dans les trente ans qui suivent. À l'intérieur des terres, Hazor, Béthel, Bet Shemesh, Eglon, Debir et d'autres sont aussi détruits. Les réfugiés qui échappent à l'effondrement des centres côtiers s'intègrent sans doute aux nomades, initiant ainsi la croissance des hameaux à flanc de colline dans la région des hauts-plateaux, ce qui conduit au développement ultérieur des Hébreux[12].

Durant le règne de Ramsès III, les Philistins sont autorisés à repeupler la bande côtière de Gaza à Jaffa, les Dananéens[note 3], quant à eux, s'installent de Jaffa à Acre, et les Tjekker à Acre. Les sites prennent rapidement leur indépendance, comme cela est relaté dans l'Histoire d'Ounamon.

Les sites suivants présentent des traces de destruction : Hazor, Acre, Megiddo, Tel Dar'ala (Soukkot), Béthel, Bet Shemesh, Lakish, Ashdod, Ashkelon.

Grèce[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Siècles obscurs.

Aucun des palais mycéniens de l'âge du bronze final ne survit à l'effondrement[note 4], les destructions s'étant concentrées sur les palais et les places fortes. Près de 90 % des sites du Péloponnèse sont abandonnés, suggérant une dépopulation massive[réf. nécessaire].

L'effondrement de l'âge du bronze final marque le début de ce qui est appelé « Siècles obscurs », lesquels durent environ quatre cents ans et se terminent avec les débuts de l'époque archaïque. Certaines villes, telle Athènes, continuent à être occupées, mais avec une sphère d'influence plus locale, un commerce plus limité et une culture appauvrie ; il leur faudra des siècles pour se rétablir[réf. nécessaire].

Les sites grecs suivants présentent des traces d'effondrement :[réf. nécessaire]

Zones préservées[modifier | modifier le code]

Mésopotamie[modifier | modifier le code]

Le Moyen-Empire assyrien (1392-) avait détruit l'Empire Hourrite-Mitanni, annexé la majeure partie de l'Empire Hittite et éclipsé le Nouvel Empire égyptien ; au début de l'effondrement, il contrôle des terres qui s'étendent des montagnes du Caucase, au nord, jusqu'à la péninsule Arabique, au sud, et de l'ancien Iran à Chypre d'est en ouest. Néanmoins, au xiie siècle av. J.-C., les satrapies assyriennes d'Anatolie subissent les assauts des Mushki (un peuple Phrygien) et celles du Levant sont attaquées par les Araméens. Le roi Teglath-Phalasar Ier (1114-) repousse ces attaques. Le Moyen-Empire assyrien traverse la période sans encombre, l'Assyrie dominant et dirigeant directement Babylone, contrôlant tout le sud de l'Anatolie, le nord-est de l'Iran, la majeure partie du centre et du nord de la Syrie ainsi que la région de Canaan, allant jusqu'à la mer Méditerranée et Chypre[14].

Les Araméens et les Phrygiens sont soumis, et l'Assyrie et ses colonies ne sont pas menacées par les peuples de la mer qui avaient ravagé l'Égypte et une bonne partie de l'est méditerranéen, tandis que les Assyriens avaient conquis la Phénicie. Cependant, après la mort d'Assur-bel-kala en , l'Assyrie se retire dans les zones proches de ses frontières naturelles, englobant ce qui est aujourd'hui le nord de l'Irak, le nord-est de la Syrie, les franges nord-ouest de l'Iran et le sud-est de la Turquie. L'Assyrie reste une monarchie stable avec la meilleure armée du monde et une administration efficace, ce qui lui permet de survivre, intacte, à l'effondrement du l'âge du bronze. Les écrits assyriens sont les plus nombreux et les plus complets du monde durant cette période pendant laquelle l'Assyrie reste en mesure de mener des campagnes militaires lointaines, dans n'importe quelle direction, lorsque cela est nécessaire. À partir de la fin du xe siècle av. J.-C., elle s'affirme à nouveau à l'échelle internationale avec les débuts de l'Empire néo-assyrien, qui devient le plus important du monde[14].

La situation à Babylone est très différente. Après le retrait assyrien, elle est soumise à la domination périodique des Élamites ainsi que des Araméens, Sutéens et, plus tard, des Chaldéens. Ces envahisseurs sont à peine maîtrisés, l'influence des faibles rois de Babylone ne dépassant guère les limites de la cité. Babylone est mise à sac par les Élamites sous la direction du roi Shutruk-Nahhunte (vers 1185-) et perd le contrôle de la rivière Diyala.

Égypte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Troisième Période intermédiaire.

Après avoir survécu pendant un temps, l'Empire égyptien s'effondre au milieu du xiie siècle av. J.-C., durant le règne de Ramsès VI (1145-). Précédemment, la stèle de Mérenptah (vers ), mentionne la victoire du Pharaon sur les Tjehenou et sur une coalition des Libyens (Libou et Mâchaouachs) avec les Peuples de la mer (Akaouash, Toursha, Rouk, Shardanes et Shakalash).

Une seconde attaque, donnant lieu à la Bataille du delta du Nil et à la bataille de Djahy, durant le règne de Ramsès III (1186–), implique les Philistins, les Tjeker, les Shardanes et les Dananéens.

Synthèse[modifier | modifier le code]

Robert Drews décrit la période comme « le pire désastre de l'histoire antique, encore plus catastrophique que la chute de l'Empire romain d'Occident[note 5] ».

Les écrits ultérieurs à propos de la catastrophe parlent d'un « âge d'or perdu » ; ainsi, Hésiode évoque des « âges d'or, d'argent et de bronze », séparés du « cruel âge moderne du fer » par l'« âge des héros ». Rodney Castledon suggère que les souvenirs de l'effondrement de l'âge du bronze ont influencé l'histoire de l'Atlantide racontée par Platon[15] dans Timée et Critias.

Causes[modifier | modifier le code]

Diverses causes ont été invoquées, sachant que le phénomène est multifactoriel[note 6].

Causes environnementales[modifier | modifier le code]

Éruption volcanique[modifier | modifier le code]

L'éruption H-3 de l'Hekla, sa plus importante de l'Holocène, atteignant le niveau 5 de l'indice d'explosivité volcanique[17], se produit vers 1000- La date est cependant toujours discutée, certains la place en Elle serait impliquée dans la catastrophe en Égypte[18].

Sécheresse[modifier | modifier le code]

La sécheresse et ses conséquences sont plusieurs fois invoquées comme ayant joué un rôle dans l'effondrement de l'âge du bronze. En effet, une sécheresse peut affecter notablement la production agricole en peu de temps sur une aire géographique donnée. Cela aurait pu déclencher des mouvements de populations à la recherche de meilleures conditions, ainsi la migration des Louvites au xiie siècle av. J.-C.[19]

On a aussi montré que le déplacement des orages d'hiver depuis l'Atlantique vers le nord des Pyrénées et les Alpes, qui crée des conditions plus humides en Europe centrale mais qui, corrélativement, assèche la Méditerranée orientale, est en relation avec l'effondrement[20].

Les pollens dans les carottes géologiques de la mer Morte et du lac de Tibériade montrent qu'il y a une sévère sécheresse au début de l'épisode[21],[22]. De même, les études des isotopes du carbone dans le lac de Larnaka sur l'île de Chypre, montrent une sécheresse qui commence au moment de l'effondrement, et qui dure quatre siècles ; elle aurait entraîné de mauvaises récoltes, des famines, des invasions étrangères et des conflits politiques[23].

Causes culturelles[modifier | modifier le code]

Travail du fer[modifier | modifier le code]

L'effondrement de l'âge du bronze se situe dans un contexte où l'on voit une lente mais continue diffusion du travail du fer dans la région[24],[25].

Leonard R. Palmer suggère que le fer, supérieur au bronze pour la confection des armes et plus abondant, permet des armées de plus grande taille qui submergent des opposants équipés de matériel en bronze et de chars maryannu[26].

« Art » de la guerre[modifier | modifier le code]

Robert Drews[27] met en avant l'apparition de l'infanterie de masse, utilisant les armes et armures nouvellement apparues, tels les pointes de lances façonnées par coulage plutôt que par forgeage, les épées longues, arme révolutionnaire permettant de frapper de taille et d'estoc et les javelots, efficaces contre les chevaux tractant les chars[28]. L'apparition de fonderies suggère un développement rapide de la production en masse d'objets en bronze dans la région égéenne[29]. Homère fait de « lance » un presque synonyme de « guerrier »[note 7].

Un tel armement, entre les mains de nombreux soldats d'infanterie légère, mobiles, peut permettre de vaincre des armées composées d'aristocrates guerriers montés sur des chars. Cela peut précipiter un effondrement social brutal lorsque les pillards commencent à conquérir, piller et brûler les cités[13],[30],[31].

Effondrement systémique généralisé[modifier | modifier le code]

Un effondrement systémique généralisé est proposé comme explication quant au changement culturel qui se produit entre le moment de la culture des champs d'urnes, aux xiiie et xiie siècles av. J.-C., et l'essor de la culture de Hallstatt, aux xe et ixe siècles av. J.-C.[32] La théorie de l'effondrement systémique global, qui est d'abord portée par Joseph Tainter[33], vise à expliquer comment le déclin social consécutif à la complexité peut conduire à un effondrement global et à la mise en place de système sociaux plus simples.

Dans le contexte particulier du Moyen-Orient, plusieurs facteurs — tels la croissance de la population, la dégradation des sols, la sécheresse, l'apparition des techniques de fonte du bronze et du fer — se sont sans doute combinés, amenant le prix relatif des armes par rapport aux terres arables à un niveau insoutenable pour les aristocraties guerrières traditionnelles. Dans des sociétés complexes, de plus en plus fragiles et de moins en moins résilientes, la combinaison de ces facteurs peut avoir contribué à l'effondrement.

La complexité croissante et la spécialisation de l'organisation politique, économique et sociale de l'âge du bronze tardif rendent, selon Carol Thomas et Craig Conant[34], l'organisation sociale trop complexe pour qu'elle puisse se rétablir graduellement lorsqu'elle est perturbée. Cela peut expliquer pourquoi l'effondrement est aussi général et pourquoi les civilisations de l'âge du bronze furent incapables de s'en remettre. Les faiblesses potentielles concernent la centralisation, la spécialisation, la complexité et la lourdeur de la structure politique. Ces faiblesses sont fatales à l'occasion d'événements sociopolitiques tels que les révoltes de paysans, la défection des mercenaires, les crises démographiques liées à la surpopulation et les guerres entre États, auxquels s'ajoutent les facteurs exogènes comme l'interruption du commerce maritime par la piraterie des peuples de la mer, la sécheresse, les mauvaises récoltes entraînant la famine et l'invasion dorienne[35].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les Assyriens avaient aussi défait l'Empire Hourrite-Mitanni.
  2. Le nom de Karaoglan est turc, le nom original dans la langue hittite n'est pas connu[6].
  3. Il s'agit peut-être de la tribu de Dan mentionnée dans la Bible ou, plus probablement, du peuple d'Adana, nommée aussi Danuna, une partie de l'Empire Hittite.
  4. Hormis, peut-être, le mur cyclopéen des fortifications de l'Acropole d'Athènes.
  5. Drews, 1993, cite l'affirmation de Fernand Braudel selon laquelle les cultures de la Méditerranée orientale sont retournées au point de départ : Fernand Braudel, « L'Aube », dans La Méditerranée : l'espace et l'histoire, Flammarion,
  6. « Les facteurs décisifs furent [...] climatiques et environnementaux (sécheresse, peste, diminution de la surface des terres arables) ou socio-politiques (augmentation du nomadisme, révolte de paysans, défection des mercenaires) ou tout cela combiné[16]. »
  7. « Une armée de 100 lances. »

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) « Prehistoric Discovery », Castlemagner Historical Society
  • (en) Leonard R. Palmer, Mycenaeans and Minoans: Aegean Prehistory in the Light of the Linear B Tablets, New York, Alfred A. Knopf,
  • (en) Joseph Tainter, The Collapse of Complex Societies [« L'effondrement des sociétés complexes »], Cambridge University Press,
  • (en) T.H. Wertime et J.D. Muhly, The Coming of the Age of Iron, New Haven, Yale University Press,
  • (en) Harvey Weiss, « The decline of Late Bronze Age civilization as a possible response to climatic change », Climatic Change, vol. 4, no 2,‎ , p. 173–198 (DOI 10.1007/BF00140587)
  • (en) Otto Gurnet, The Hittites, Penguin Books,
  • (en) M. Liverani, « The collapse of the Near Eastern regional system at the end of the Bronze Age: the case of Syria », dans M. Rowlands, M.T. Larsen et K. Kristiansen (éds.), Centre and Periphery in the Ancient World, Cambridge University Press,
  • (en) Suzanne Richard, « Archaeological sources for the history of Palestine: The Early Bronze Age: The rise and collapse of urbanism », The Biblical Archaeologist, vol. 50, no 1,‎ , p. 22-43 (DOI 10.2307/3210081)
  • (en) M.L. Stig Sørensen et R. Thomas, The Bronze Age: Iron Age Transition in Europe, B.A.R.,
  • (en) Robert Drews, The End of the Bronze Age: changes in warfare and the catastrophe ca. 1200 B.C., Princeton University Press,
  • (en) Georges Roux, Ancient Iraq, Penguin Books, coll. « History », (1re éd. 1964) (ISBN 978-0140125238)
  • (en) Johnathan Tubbs, Canaanites, British Museum Press,
  • (en) Rodney Castledon, Atlantis Destroyed, Routledge,
  • (en) Frank J. Yurco, « End of the Late Bronze Age and Other Crisis Periods: A Volcanic Cause », dans Emily Teeter et John Larson (éds.), Gold of Praise: Studies on Ancient Egypt in Honor of Edward F. Wente, Chicago, Oriental Institute of the University of Chicago, coll. « Studies in Ancient Oriental Civilization » (no 58), (ISBN 1-885923-09-0)
  • (en) Michael McGoodwin, « Robert Drews: The End of Bronze Age, Summary by Michael McGoodwin, prepared 1999 », sur mcgoodwin.net
  • (en) Carol G. Thomas et Craig Conant, Citadel to City-state: The Transformation of Greece, 1200–700 B.C.E., Indiana University Press,
  • (en) Jón Eiríksson, « Chronology of late Holocene climatic events in the northern North Atlantic based on AMS 14C dates and tephra markers from the volcano Hekla, Iceland », Journal of Quaternary Science, vol. 15, no 6,‎ , p. 573–580 (DOI 10.1002/1099-1417(200009)15:6<573::AID-JQS554>3.0.CO;2-A, lire en ligne)
  • (en) Manuel Robbins, Collapse of the Bronze Age: The Story of Greece, Troy, Israel, Egypt, and the Peoples of the Sea, iUniverse, (ISBN 978-0-595-13664-3, lire en ligne)
  • (en) Alan Little, « Chariots and the age of the Rig Veda », sur Alan Little's weblog,
  • (en) Brian M. Fagan, The Long Summer: How Climate Changed Civilization, Basic Books,
  • (en) Russ Crawford, « Chronology », dans Andrea Stanton, Edward Ramsay, Peter J. Seybolt et Carolyn Elliott (éds.), Cultural Sociology of the Middle East, Asia, and Africa: An Encyclopedia, Sage, (ISBN 978-1412981767, lire en ligne)
  • (en) Trevor Bryce, The Kingdom of the Hittites, Clarendon,
  • (en) Oliver Dickinson, The Aegean from Bronze Age to Iron Age: Continuity and Change Between the Twelfth and Eighth Centuries BC, Routledge, (ISBN 978-0-415-13590-0)
  • (en) Roger D. Woodard, The Ancient Languages of Syria-Palestine and Arabia, Cambridge University Press, (ISBN 9781139469340, lire en ligne)
  • « Des civilisations méditerranéennes détruites par la sécheresse il y a 3 200 ans », sur lemonde.fr,
  • (en) Dafna Langgut, Israel Finkelstein et Thomas Litt, « Climate and the late Bronze Collapse: New evidence from the southern Levant », Journal of Institute of Archaeology of Tel Aviv University, vol. 40, no 2,‎ , p. 149–175
  • (en) Isabel Kershner, « Pollen Study Points to Drought as Culprit in Bronze Age Mystery », The New York Times,‎ (DOI 10.1006/jasc.1999.0431, lire en ligne)
  • Eric H. Cline, 1177 avant J.-C. Le jour où la civilisation s’est effondrée, La Découverte, coll. « Poche », , epub

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]