Aller au contenu

Effets du changement climatique sur les écosystèmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les écosystèmes des forêts tropicales sont riches en biodiversité. C'est le fleuve Gambie dans le Parc national du Niokolo-Koba au Sénégal .

Le changement climatique a eu un impact négatif sur les écosystèmes terrestres[1] et marins[2], notamment sur la toundra, les mangroves, les récifs coralliens et les grottes[3]. La hausse des températures mondiales, les phénomènes météorologiques extrêmes plus fréquents[4] et l'élévation du niveau de la mer[5] sont des exemples d'impacts importants liés au changement climatique. Les conséquences possibles de ces impacts comprennent le déclin et l'extinction des espèces, les changements au sein des écosystèmes, la prévalence accrue d'espèces envahissantes, la conversion des forêts de l'état de puits de carbone en sources emmétrices de carbone, l'acidification des océans, la perturbation du cycle de l'eau et la fréquence accrue des catastrophes naturelles.

Généralités[modifier | modifier le code]

Le sixième rapport d'évaluation du GIEC (2021) prévoit des augmentations progressivement importantes de la fréquence (barres horizontales) et de l'intensité (barres verticales) des événements météorologiques extrêmes, pour des degrés croissants de réchauffement climatique[5].

Le changement climatique affecte les écorégions terrestres. La hausse des températures mondiales signifie que les écosystèmes changent ; certaines espèces sont chassées de leurs habitats (et peut-être menacées) en raison de l'évolution des conditions[6]. Un exemple est la migration. À mesure que le climat se réchauffe, les oiseaux sont obligés de se déplacer vers des endroits exotiques. D'autres effets du réchauffement climatique incluent moins de chutes de neige, l'élévation du niveau de la mer, l'appauvrissement de la couche d'ozone et le changement climatique. Ceux-ci affectent les activités humaines et les écosystèmes[6].

Dans le quatrième rapport d'évaluation du GIEC, des experts ont évalué la littérature sur les impacts du changement climatique sur les écosystèmes. Rosenzweig et al. (2007) ont conclu que le réchauffement induit par l'homme peut avoir eu des effets appréciables sur de nombreux systèmes physiques et biologiques au cours des trois dernières décennies (p. 81)[7]. Schneider et al. (2007) concluent avec une confiance considérable que les tendances régionales de la température ont affecté les espèces et les écosystèmes du monde entier (p. 792)[8]. Ils concluent également que le changement climatique entraînera l'extinction de nombreuses espèces et réduira la diversité des différents types d'écosystèmes (p. 792).

  • Écosystèmes terrestres et biodiversité : Avec un réchauffement de 4−5 °C, par rapport aux niveaux de 2010, il est probable que la végétation terrestre mondiale deviendrait une source nette de carbone (Schneider et al ., 2007 : 792). Avec un niveau de confiance élevé, Schneider et al . (2007:788) ont conclu qu'une augmentation de la température moyenne mondiale d'environ 4 ° C (au-dessus de 2010-2015) d'ici 2100 conduirait à des extinctions majeures dans le monde.
  • Écosystèmes marins et biodiversité : Avec une grande confiance, les scientifiques ont conclu qu'un réchauffement de 2−3 °C au-dessus des niveaux de 2010 entraînerait une mortalité massive des récifs coralliens à l'échelle mondiale. De plus, plusieurs études portant sur les organismes planctoniques et la modélisation ont montré que la température joue un rôle transcendantal dans les réseaux trophiques microbiens marins, ce qui peut avoir une profonde influence sur la pompe à carbone biologique des écosystèmes marins planctoniques pélagiques et mésopélagiques[9],[10],[11].
  • Écosystèmes d'eau douce : Au-dessus d'environ °C de la température moyenne mondiale d'ici 2100 (par rapport à 2010), les scientifiques ont conclu, avec une grande confiance, que de nombreuses espèces d'eau douce disparaîtraient ou seraient largement menacées.

Biodiversité[modifier | modifier le code]

Extinction[modifier | modifier le code]

En étudiant le lien entre le climat de la Terre et les extinctions d'espèces au cours des 520 derniers millions d'années, des scientifiques de l'Université de York ont écrit : « les températures mondiales devraient déclencher de nouveaux événements apocalyptiques "dans les siècles à venir. Des 'extinctions massives' au cours desquelles plus de 50 % des espèces végétales et animales seront anéanties[12] ».

De nombreuses espèces en péril sont des animaux sauvages de l'Arctique et de l'Antarctique, comme les ours polaires[13] et les manchots empereurs[14]. Dans l'Arctique, les eaux de la baie d'Hudson sont libres de glace pendant trois semaines de plus qu'il y a 30 ans, affectant les ours polaires qui aiment chasser sur la banquise[15]. Les espèces qui dépendent des conditions climatiques froides, comme les gerfauts et les harfangs des neiges qui se nourrissent de lemmings qui profitent du froid hivernal, pourraient être affectées négativement[16]. Les invertébrés marins atteignent une croissance maximale aux températures auxquelles ils sont adaptés, tandis que les animaux à sang froid trouvés à des latitudes et des altitudes élevées croissent généralement plus rapidement pour compenser la saison de croissance plus courte[17]. Malgré une recherche de nourriture accrue, des conditions plus chaudes qu'idéales entraînent un métabolisme plus élevé et une perte de taille corporelle qui en résulte, ce qui augmente le risque de prédation. En fait, même une légère augmentation de la température pendant le développement peut nuire à l'efficacité de la croissance et à la survie de la truite arc-en-ciel[18].

Des études mécanistes documentent des extinctions dues au changement climatique récent : McLaughlin et al. Deux populations de papillons à damier de la baie menacées par les changements de précipitations ont été documentées[19]. Parmesan note que "très peu d'études ont été réalisées à une échelle qui englobe des espèces entières"[20], McLaughlin et al. Convenu que "très peu d'études mécanistes établissent un lien entre les extinctions et le changement climatique récent"[19]. Daniel Botkin et d'autres auteurs de l'étude soutiennent que les taux d'extinction projetés sont surestimés[21]. Pour l'extinction "récente", voir Extinction de l'Holocène.

De nombreuses plantes et animaux d'eau douce et d'eau salée dépendent des eaux alimentées par les glaciers pour fournir les habitats d'eau froide auxquels ils se sont adaptés. Certaines espèces de poissons d'eau douce ont besoin d'eau froide pour survivre et se reproduire, notamment le saumon et la truite fardée. Le ruissellement réduit des glaciers peut empêcher ces espèces de prospérer. Le krill marin est une espèce essentielle qui préfère les eaux froides et constitue la principale source de nourriture pour les mammifères aquatiques tels que les rorquals bleus[22]. En raison de l'apport accru d'eau douce provenant de la fonte des glaciers et des changements potentiels dans la circulation thermohaline des océans du monde, les changements dans les courants océaniques pourraient affecter les pêcheries existantes dont dépendent les humains.

Les récifs coralliens et les écosystèmes de poissons comme celui-ci disparaîtront s'ils ne sont pas pris en charge. Nos empreintes carbone en finiront avec nos petits amis si nous n'agissons pas !

L'opossum lémurien blanc, que l'on ne trouve que dans les forêts de montagne de Daintree, dans le nord du Queensland, pourrait être le premier mammifère à être anéanti par le réchauffement climatique en Australie. En 2008, l'opossum blanc n'avait pas été vu depuis plus de trois ans. Les possums ne peuvent pas survivre à des températures prolongées de plus de 30 degrés ? ? ? ? ? (?), ce qui s'est passé en 2005[23] . Une étude de 27 ans sur la plus grande colonie de manchots de Magellan au monde, publiée en 2014, a révélé que les conditions météorologiques extrêmes causées par le changement climatique tuaient en moyenne 7 % des poussins de manchots chaque année, et que certaines années, le changement climatique représentait tous les petits manchots. 50% des poulets sont morts[24],[25]. Depuis 1987, le nombre de couples reproducteurs dans ce groupe a diminué de 24 %[25].

De plus, le changement climatique peut perturber les partenariats écologiques entre espèces en interaction par des changements de comportement et de phénologie, ou par des décalages dans les niches climatiques[26]. La perturbation des liens interspécifiques est une conséquence potentielle du mouvement climatique dans des directions opposées pour chaque espèce[27],[28]. Le changement climatique pourrait donc conduire à une autre extinction, plus silencieuse et surtout méconnue : l'extinction des interactions entre les espèces. Les services écosystémiques dérivés des interactions biotiques sont également menacés par l'inadéquation des niches climatiques en raison du découplage spatial des associations entre les espèces[26].

Changement de comportement[modifier | modifier le code]

La hausse des températures commence à avoir un impact dramatique sur les oiseaux[29], avec près de 160 espèces de papillons de 10 régions différentes[30] déplaçant leurs aires de répartition jusqu'à 200 kilomètres au nord, en Europe et en Amérique du Nord. L'aire de migration des grands animaux peut être limitée par le développement humain[réf. souhaitée]. Au Royaume-Uni, les papillons printaniers apparaissent en moyenne six jours plus tôt qu'il y a deux décennies[31].

Un article de 2002 dans la revue Nature[32] a passé en revue la littérature scientifique pour trouver des changements récents dans la gamme ou le comportement saisonnier des espèces végétales et animales. Quatre des cinq espèces qui se sont déplacées récemment ont déplacé leur aire de répartition vers les pôles ou plus haut, créant des «espèces réfugiées». La reproduction des grenouilles, la floraison des fleurs et la migration des oiseaux progressent en moyenne de 2,3 jours par décennie ; les papillons, les oiseaux et les plantes se déplacent vers les pôles à un rythme de 6,1 kilomètres par décennie. Une étude de 2005 a conclu que l'activité humaine était responsable des températures plus élevées et des changements dans le comportement des espèces et a lié ces effets aux prévisions des modèles climatiques pour les valider[33]. Les scientifiques ont observé que les graminées antarctiques colonisent des zones de l'Antarctique où elles avaient auparavant une aire de répartition limitée[34].

Le changement climatique provoque un décalage entre le camouflage de neige des animaux arctiques comme les lièvres d'Amérique et les paysages de moins en moins enneigés[35].

Les espèces envahissantes[modifier | modifier le code]

Forêts et changement climatique[modifier | modifier le code]

Modification de l'activité photosynthétique dans les forêts du Nord 1982–2003 ; Observatoire de la Terre de la NASA

Etant donné que les forêts du nord stockent le carbone, tandis que les forêts mortes en sont une source importante, la perte de ces vastes zones forestières entraîne une rétroaction positive sur le réchauffement climatique. Au cours des pires années, les émissions de carbone causées par l'infestation de coléoptères dans les forêts de Colombie-Britannique sont presque équivalentes aux émissions moyennes annuelles de carbone provenant des feux de forêt dans l'ensemble du Canada, ou à cinq années d'émissions provenant des sources de transport de ce pays[36],[37].

Selon la recherche, les arbres à croissance lente sont les seuls à bénéficier d'une croissance stimulée sur une courte période sous des niveaux de CO2 plus élevés, tandis que les plantes à croissance plus rapide, telles que les lianes, en bénéficient à plus long terme. En général, et en particulier dans les forêts tropicales, cela entraîne la prolifération de la liane en tant qu'espèce prédominante. Comme les lianes se décomposent beaucoup plus rapidement que les arbres, leur contenu en carbone est renvoyé plus rapidement dans l'atmosphère. À l'inverse, les arbres à croissance lente capturent du carbone atmosphérique sur une période de plusieurs décennies[38].

Feux de forêt[modifier | modifier le code]

Les forêts, qu'elles soient en bonne ou mauvaise santé, semblent être confrontées à un risque accru d'incendies de forêt en raison du réchauffement climatique[39],[40]. Au cours des dernières décennies, la superficie moyenne de la forêt boréale brûlée en Amérique du Nord est passée de 10 000 km² à plus de 28 000 km² par an[41]. Bien que les pratiques de gestion forestière aient pu jouer un rôle, l'ouest des États-Unis a connu depuis 1986 des étés plus longs et plus chauds qui ont multiplié par quatre les incendies de forêt majeurs et par six la superficie brûlée, par rapport à la période de 1970 à 1986. Cette augmentation de l'activité des feux de forêt a été signalée au Canada de 1920 à 1999[42].

Depuis 1997, on observe une augmentation marquée des incendies de forêt en Indonésie, qui sont souvent délibérément allumés pour défricher la forêt en vue de l'agriculture. Ces feux peuvent se propager aux vastes tourbières de la région, et le CO₂ émis par les feux de tourbières représente en moyenne 15 % de la quantité de CO₂ produite par la combustion des énergies fossiles[43],[44].

En 2018, une étude a montré que les arbres croissent plus rapidement grâce à l'augmentation des niveaux de dioxyde de carbone. Toutefois, depuis 1900, ils sont également devenus huit à douze pour cent plus légers et plus denses. Les auteurs soulignent que, bien qu'il y ait aujourd'hui une production de bois plus importante, celui-ci contient désormais moins de matière qu'il y a quelques décennies[45].

Gavin Newsom talks about climate change at North Complex Fire - 2020-09-11.

Le réchauffement climatique affecte de manière disproportionnée la région arctique, où les températures augmentent plus rapidement qu'ailleurs. Les incendies dans cette région ont des conséquences graves, notamment en favorisant la fonte du pergélisol qui libère du méthane, un gaz à effet de serre puissant. En outre, les particules de fumée qui se déposent sur la neige et la glace absorbent plus de lumière solaire, accélérant ainsi le réchauffement. Pour remédier à ce problème, l'Organisation météorologique mondiale a mis en place un système d'avertissement et de conseil pour prévoir les incendies et leurs impacts, ainsi qu'un programme de surveillance de l'atmosphère mondiale qui traite de cette question[46].

Espèces envahissantes dans les forêts[modifier | modifier le code]

Le terme "espèce envahissante" désigne tout organisme vivant qui n'est pas originaire d'un écosystème donné et qui a des effets néfastes sur cet écosystème[47]. Ces effets négatifs peuvent se traduire par la disparition d'espèces végétales ou animales autochtones, la perte de la biodiversité et la modification permanente de l'habitat[48].

Les forêts de pins de la Colombie-Britannique ont subi une infestation de dendroctones du pin depuis 1998, qui a été amplifiée par l'absence d'hivers rigoureux depuis cette période. Les dendroctones du pin ponderosa ont un taux de reproduction plus élevé chez les pins tordus qui n'ont pas connu d'épidémies régulières, ce qui a contribué à la mortalité massive des arbres hôtes. Cette épidémie a tué environ la moitié des pins tordus de la province (33 millions d'acres ou 135 000 km2)[49],[50], ce qui est sans précédent[36],[51]. En 2007, l'éclosion s'est étendue à l'Alberta par des vents violents, et une épidémie s'est également déclarée dans le Colorado, le Wyoming et le Montana en 1999. Le Service forestier des États-Unis prévoit que la quasi-totalité des 5 000 km2 de pins tordus du Colorado sur cinq pouces de diamètre sera perdue entre 2011 et 2013[50].

Taïga[modifier | modifier le code]

Les forêts boréales subissent un impact disproportionné du changement climatique, avec un taux de réchauffement plus élevé que la moyenne mondiale[52]. Cette situation conduit à des conditions plus sèches dans la taïga, engendrant ainsi divers problèmes[53]. En effet, la productivité, la santé et la régénération de la forêt boréale sont directement affectées par ces changements climatiques[53]. De plus, la migration rapide des arbres vers des latitudes et des altitudes plus élevées (vers le nord) en raison du changement climatique peut s'accompagner d'un risque d'incapacité de certaines espèces à migrer suffisamment rapidement pour suivre leur habitat climatique[54],[55]. Par ailleurs, les arbres situés à la limite sud de leur aire de répartition peuvent également subir une baisse de croissance[56]. Enfin, la sècheresse accélérée entraîne une transition des conifères aux trembles dans les zones les plus vulnérables aux incendies et à la sécheresse[53].

Migration assistée[modifier | modifier le code]

Face à ce problème, une solution a été proposée : la migration assistée, qui consiste à déplacer des plantes ou des animaux vers un habitat différent. Cette approche représente une forme de gestion adaptative et d'intervention humaine capable d'aider les espèces qui ne peuvent pas facilement se disperser, qui ont des durées de génération longues ou qui ont de petites populations à survivre dans un climat en rapide évolution[57].

Depuis plusieurs décennies, la migration assistée des forêts nord-américaines fait l'objet de discussions et de débats au sein de la communauté scientifique. Cependant, à la fin des années 2000 et au début des années 2010, les provinces canadiennes de l'Alberta et de la Colombie-Britannique ont finalement pris des mesures en modifiant leurs directives de réensemencement des arbres pour tenir compte du déplacement des aires de répartition optimales de la forêt vers le nord[58]. Dans cette optique, la Colombie-Britannique a même approuvé le déplacement d'une seule espèce, le mélèze de l'Ouest, sur une distance de 1000 kilomètres vers le nord[59].

Dendroctone du pin ponderosa et feux de forêt[modifier | modifier le code]

Dendroctone du pin ponderosa adulte

Le changement climatique a un impact direct sur la biologie, l'écologie et la population des insectes éruptifs tels que le dendroctone du pin ponderosa (DPP). La température joue un rôle important dans le développement et la survie de ces insectes[60]. Le dendroctone du pin ponderosa est une espèce originaire de l'ouest de l'Amérique du Nord[61], qui attaquait traditionnellement les pins tordus et ponderosa à des altitudes plus basses, car les montagnes Rocheuses et les Cascades plus élevées étaient trop froides pour leur survie[62]. Dans des conditions météorologiques normales, les écosystèmes forestiers habités par ces insectes sont maintenus en équilibre par des mécanismes de défense des arbres, des mécanismes de défense des dendroctones et des températures glaciales[61]. Cependant, le changement climatique rend les régions montagneuses plus chaudes et plus sèches, offrant des conditions propices à la prolifération et à la destruction des écosystèmes forestiers, comme les forêts de pins à écorce blanche des Rocheuses[61]. Cette forêt est considérée comme vitale pour les écosystèmes forestiers et est surnommée le « toit des Rocheuses ». En raison de cette situation, les dendroctones du pin ont connu une pandémie menaçante et se sont propagés bien au-delà de leur habitat naturel, entraînant des modifications de l'écosystème, des incendies de forêt, des inondations et des risques pour la santé humaine[61].

La forêt de pins à écorce blanche des hautes altitudes joue un rôle crucial dans l'écosystème, en fournissant des ressources essentielles pour les plantes et les animaux qui y vivent[61]. Les grizzlis, les écureuils, les wapitis et les chevreuils s'y nourrissent, tandis que les pins contribuent également à protéger les bassins versants en stockant l'eau de fonte des neiges et en fournissant un habitat pour la croissance d'autres espèces[61]. Cependant, le changement climatique a permis au dendroctone du pin de survivre et de se reproduire à des altitudes plus élevées, car les températures plus chaudes ne permettent plus de geler et de tuer les insectes. En outre, les conditions météorologiques plus chaudes et la sécheresse affaiblissent les mécanismes de défense des arbres, tels que la sève qui noie les coléoptères et leurs œufs. En conséquence, les arbres deviennent plus vulnérables aux infestations de dendroctones, ce qui peut entraîner des perturbations dans l'écosystème, tels que des incendies de forêt, des inondations et des risques pour la santé humaine[61].

Le dendroctone du pin ponderosa ne se limite pas aux forêts à écorce blanche des Rocheuses. En raison des variations de température et des schémas de vent, il s'est propagé à travers la division continentale des Rocheuses pour envahir les forêts boréales de l'Alberta. Ces forêts sont connues sous le nom de « poumons de la Terre » car elles produisent de l'oxygène par photosynthèse et absorbent le carbone de l'atmosphère[61]. Cependant, à mesure que les arbres sont infestés et meurent, ils libèrent du dioxyde de carbone dans l'environnement, contribuant ainsi au réchauffement climatique. La survie des écosystèmes et des êtres humains dépend de la quantité d'oxygène produite dans l'environnement, de sorte que les menaces pesant sur les forêts boréales ont de graves conséquences pour notre planète et la santé humaine[61].

Dans les forêts infestées par le dendroctone du pin, les bûches mortes sont facilement inflammables et peuvent être facilement enflammées par la foudre, ce qui représente un risque élevé d'incendies de forêt. Les incendies de forêt ont des répercussions négatives sur l'environnement, la santé humaine et l'économie. Ils détériorent la qualité de l'air et la végétation en libérant des composés toxiques et cancérigènes lors de la combustion. En raison de la déforestation causée par l'homme, du changement climatique et de la pandémie de dendroctone du pin, la force des écosystèmes forestiers diminue[61]. Les infestations et les maladies qui en résultent peuvent indirectement, mais sérieusement, affecter la santé humaine. Avec la poursuite des sécheresses et de l'augmentation des températures, la fréquence des incendies de forêt dévastateurs, des infestations d'insectes, du dépérissement des forêts, des pluies acides, de la perte d'habitat, de la mise en danger des animaux et des menaces pour l'eau potable augmentent également[61].

Habitats de montagne[modifier | modifier le code]

Environ 25 % de la surface terrestre est couverte par les montagnes, qui abritent plus de 10% de la population mondiale. Le changement climatique mondial présente plusieurs risques pour les habitats de montagne[63]. Les chercheurs prévoient que les écosystèmes de montagne et de basse altitude, la fréquence et l'intensité des feux de forêt, la diversité de la faune et la distribution de l'eau douce seront affectés par le changement climatique au fil du temps.

Des recherches ont suggéré que l'augmentation de la température pourrait conduire à une extension des habitats de basse altitude dans les zones alpines supérieures[64]. Ce changement aurait un impact sur les habitats rares des prairies alpines et d'autres zones de haute altitude. Les plantes et les animaux de haute altitude ont une marge de manœuvre limitée pour trouver de nouveaux habitats en montant plus haut dans les montagnes pour s'adapter aux changements climatiques régionaux à long terme. On a observé ces changements dans la gamme et l'abondance de divers groupes d'espèces à travers le monde[65].

Les conséquences des changements climatiques sur la fonte des glaciers et la diminution des manteaux neigeux dans les montagnes peuvent avoir des impacts significatifs sur les régions qui dépendent de l'eau douce provenant des montagnes. Toute modification dans la fonte saisonnière de ces formations peut avoir des effets puissants sur ces zones. Les températures plus élevées peuvent faire fondre la neige plus tôt et plus rapidement au printemps, modifiant ainsi le moment et la distribution de l'eau de fonte. Ces changements peuvent affecter l'approvisionnement en eau douce pour les systèmes naturels et les usages humains[66].

Écosystèmes marins[modifier | modifier le code]

Bak et Nieuwland (1995) ont mené les recherches suivantes sur les récifs coralliens tropicaux pour explorer le changement climatique dans la communauté des montagnes et montagnes Beihai. "Bak et Nieuwland (1995) ont surveillé le corps permanent de quatre deux ans pendant plus de 20 ans, et ont montré une baisse significative des colonies de corail, en particulier sur les récifs coralliens peu profonds. dans les récifs à long terme. "L'ascension de la température augmente le risque d'écosystèmes irréversibles océaniques et côtiers[67].

Écosystèmes d'eau douce[modifier | modifier le code]

Contamination par l'eau salée et espèces d'eau froide[modifier | modifier le code]

Eagle River dans le centre de l'Alaska, qui abrite diverses espèces indigènes d'eau douce.

Selon les modèles de changement climatique, les espèces de poissons vivant dans des eaux froides ou froides pourraient voir leur population diminuer de 50 % dans la plupart des cours d'eau douce aux États-Unis[68]. Cette diminution serait due à une hausse des températures de l'eau, qui entraînerait une augmentation des demandes métaboliques combinée à une diminution des quantités de nourriture disponibles pour les poissons. De plus, de nombreuses espèces de poissons, telles que le saumon, se reproduisent généralement lorsque le débit d'eau est élevé, mais la diminution des chutes de neige due au changement climatique devrait entraîner une baisse du débit des cours d'eau, affectant ainsi la reproduction de millions de saumons[68]. Les montées des eaux liées à la fonte des glaces vont également contaminer les cours d'eau côtiers avec de l'eau salée, transformant ainsi des habitats d'eau douce en environnements salins, ce qui pourrait provoquer la disparition des espèces indigènes, notamment du saumon rouge qui a besoin d'eau douce pour se reproduire. Au final, la perte des systèmes d'eau douce en Alaska pourrait entraîner la disparition de la population de saumons qui était autrefois abondante dans l'État[68].

Migration des espèces[modifier | modifier le code]

Dans l'Arctique, l'augmentation actuelle du dioxyde de carbone et de la température[69] a changé la composition des plantes mossogènes et d'autres arbustes à feuilles secs dans l'écosystème. Par exemple, dans la région de l'Arctique sibérienne, la migration des espèces contribue à un autre réchauffement de la rétroaction de l'albédo, car les mélèzes qui perdent des aiguilles sont remplacés par des conifères à feuilles persistantes au feuillage sombre qui peuvent absorber une partie du rayonnement solaire qui se reflétait auparavant sur le manteau neigeux sous le couvert forestier[70],[71]. Selon le plan, en raison du changement climatique, de nombreux poissons migreront vers l'Arctique et l'Antarctique, et en raison du réchauffement climatique, de nombreux poissons près de l'équateur disparaîtront[72].

En raison de l'extrême fiabilité de la température et de la pression atmosphérique, de la migration, de la nourriture, de la croissance et de la reproduction, les oiseaux migrateurs sont particulièrement menacés. De nombreuses études ont mené de nombreuses études sur l'impact du changement climatique sur les oiseaux, y compris les prédictions futures et la protection. Les espèces les plus menacées ou d'extinction sont une population qui protège les gens sans s'inquiéter[73]. Il devrait augmenter la température de surface de 3,5 degrés avant 2100, ce qui peut entraîner une extinction de 600 à 900, ce qui se produira principalement dans l'environnement tropical[74].

Adaptation des espèces[modifier | modifier le code]

Un jeune cerf rouge à l'état sauvage en Écosse.

Le changement climatique a eu un impact sur le patrimoine génétique de la population de cerfs rouges de Rùm, une île des Hébrides intérieures en Écosse. Les températures plus chaudes ont conduit à une naissance des cerfs en moyenne trois jours plus tôt pour chaque décennie de l'étude. Le gène favorisant une naissance plus précoce a augmenté dans la population, car les porteurs ont plus de veaux au cours de leur vie[68].

Selon une étude menée à Chicago, la taille des oiseaux subit des modifications liées aux changements climatiques : leurs os de pattes ont diminué en moyenne de 2,4 % tandis que la longueur de leurs ailes a augmenté de 1,3 %. De même, une étude au centre de l'Amazonie a montré que la masse des oiseaux, ainsi que la longueur de leurs ailes, étaient en train de changer : la masse des oiseaux a diminué jusqu'à 2 % par décennie et la longueur de leurs ailes a augmenté jusqu'à 1 % par décennie. Ces changements morphologiques sont dus aux variations de température et de précipitations résultant du changement climatique, et pourraient être un exemple de changement évolutif conforme à la règle de Bergmann[75],[76],[77].

Le laboratoire Jutfelt Fish Ecophysiology[78], dirigé par le professeur Fredrik Jutfelt à l'Université Norvégienne des Sciences et Technologies (UNST), se concentre sur l'étude de l'adaptation physiologique des poissons aux températures environnementales. Récemment, leur recherche a été publiée dans les Actes de l'Académie nationale des sciences des États-Unis d'Amérique (AANS) et a montré que les poissons peuvent évoluer pour tolérer des températures plus élevées grâce à une sélection artificielle étendue. Cependant, cette évolution se produit à un taux considéré comme trop lent pour protéger efficacement les poissons contre les impacts du changement climatique[79].

Impacts de la dégradation des espèces due au changement climatique sur les moyens de subsistance[modifier | modifier le code]

Les moyens de subsistance des communautés dépendantes de la nature dépendent de l'abondance et de la disponibilité de certaines espèces[80]. Les conditions du changement climatique telles que la hausse des températures atmosphériques et les concentrations de dioxyde de carbone affectent directement la disponibilité de l'énergie de la biomasse, de la nourriture, des fibres et d'autres services écosystémiques[81]. La dégradation des espèces qui fournissent ces produits affecte directement les moyens de subsistance des personnes qui en dépendent, en particulier en Afrique[82]. Cette situation peut être exacerbée par des changements dans la variabilité des précipitations, qui peuvent permettre aux espèces envahissantes de prévaloir, en particulier celles réparties sur de grands gradients latitudinaux[83]. Les effets du changement climatique sur les espèces végétales et animales au sein de certains écosystèmes peuvent affecter directement les habitants humains qui dépendent des ressources naturelles. Souvent, l'extinction d'espèces végétales et animales crée un cycle d'espèces menacées dans des écosystèmes directement touchés par le changement climatique[84].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « IPCC Special Report on Climate Change, Desertification, Land Degradation, Sustainable Land Management, Food Security, and Greenhouse gas fluxes in Terrestrial Ecosystems:Summary for Policymakers »
  2. (en) « Summary for Policymakers — Special Report on the Ocean and Cryosphere in a Changing Climate » (consulté le )
  3. (en) Stefano Mammola, Sara L. Goodacre et Marco Isaia, « Climate change may drive cave spiders to extinction », Ecography, vol. 41, no 1,‎ , p. 233–243 (DOI 10.1111/ecog.02902, hdl 2318/1623725, S2CID 55362100, lire en ligne)
  4. (en) Taylor Geremy, Christopher M. Belusic, Danijel Guichard, Francoise Parker, Douglas J. Vischel, Theo Bock, Olivier Harris, Phil P. Janicot, Serge Klein et Cornelia Panthou, Frequency of extreme Sahelian storms tripled since 1982 in satellite observations, Nature Publishing Group, (OCLC 990335453)
  5. a et b (en) Nancy B Grimm, F Stuart Chapin, Britta Bierwagen, Patrick Gonzalez, Peter M Groffman, Yiqi Luo, Forrest Melton, Knute Nadelhoffer, Amber Pairis, Peter A Raymond, Josh Schimel et Craig E Williamson, « The impacts of climate change on ecosystem structure and function », Frontiers in Ecology and the Environment, vol. 11, no 9,‎ , p. 474–482 (DOI 10.1890/120282, S2CID 16556109)
  6. (en) C. Rosenzweig, G. Casassa, D. J. Karoly, A. Imeson, C. Liu, A. Menzel, S. Rawlins, T. L. Root, B. Seguin et P. Tryjanowski, « Assessment of observed changes and responses in natural and managed systems », Cambridge University Press,‎ , p. 79–131 (DOI 10.5167/uzh-33180, lire en ligne)
  7. (en) « Assessing Key Vulnerabilities and the Risk from Climate Change », sur AR4 Climate Change 2007: Impacts, Adaptation, and Vulnerability,
  8. (en) Hugo Sarmento, José M. Montoya, Evaristo Vázquez-Domínguez et Dolors Vaqué, « Warming effects on marine microbial food web processes: how far can we go when it comes to predictions? », Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, vol. 365, no 1549,‎ , p. 2137–2149 (PMID 20513721, PMCID 2880134, DOI 10.1098/rstb.2010.0045)
  9. (en) Evaristo Vázquez-Domínguez, Dolors Vaqué et Josep M. Gasol, « Ocean warming enhances respiration and carbon demand of coastal microbial plankton », Global Change Biology, vol. 13, no 7,‎ , p. 1327–1334 (DOI 10.1111/j.1365-2486.2007.01377.x, Bibcode 2007GCBio..13.1327V, hdl 10261/15731, S2CID 8721854)
  10. (en) E Vázquez-Domínguez, D Vaqué et JM Gasol, « Temperature effects on the heterotrophic bacteria, heterotrophic nanoflagellates, and microbial top predators of the NW Mediterranean », Aquatic Microbial Ecology, vol. 67, no 2,‎ , p. 107–121 (DOI 10.3354/ame01583)
  11. Peter J Mayhew, Gareth B Jenkins et Timothy G Benton, « A long-term association between global temperature and biodiversity, origination and extinction in the fossil record », Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, vol. 275, no 1630,‎ , p. 47–53 (PMID 17956842, PMCID 2562410, DOI 10.1098/rspb.2007.1302)
  12. (en) Steven C. Amstrup, Ian Stirling, Tom S. Smith, Craig Perham et Gregory W. Thiemann, « Recent observations of intraspecific predation and cannibalism among polar bears in the southern Beaufort Sea », Polar Biology, vol. 29, no 11,‎ , p. 997–1002 (DOI 10.1007/s00300-006-0142-5, S2CID 34780227)
  13. (en) C. Le Bohec, J. M. Durant, M. Gauthier-Clerc, N. C. Stenseth, Y.-H. Park, R. Pradel, D. Gremillet, J.-P. Gendner et Y. Le Maho, « King penguin population threatened by Southern Ocean warming », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 105, no 7,‎ , p. 2493–2497 (PMID 18268328, PMCID 2268164, DOI 10.1073/pnas.0712031105 Accès libre, Bibcode 2008PNAS..105.2493L)
  14. On Thinning Ice Michael Byers London Review of Books January 2005
  15. (en) Pertti Koskimies (éd.), « International Species Action Plan for the Gyrfalcon Falco rusticolis », BirdLife International, (consulté le )
  16. Jeffrey D. Arendt, « Adaptive Intrinsic Growth Rates: An Integration Across Taxa », The Quarterly Review of Biology, vol. 72, no 2,‎ , p. 149–177 (DOI 10.1086/419764, JSTOR 3036336, S2CID 1460221, CiteSeerx 10.1.1.210.7376)
  17. (en) P. A. Biro, J. R. Post et D. J. Booth, « Mechanisms for climate-induced mortality of fish populations in whole-lake experiments », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 104, no 23,‎ , p. 9715–9719 (PMID 17535908, PMCID 1887605, DOI 10.1073/pnas.0701638104 Accès libre, Bibcode 2007PNAS..104.9715B)
  18. a et b (en) J. F. McLaughlin, J. J. Hellmann, C. L. Boggs et P. R. Ehrlich, « Climate change hastens population extinctions », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 99, no 9,‎ , p. 6070–6074 (PMID 11972020, PMCID 122903, DOI 10.1073/pnas.052131199 Accès libre, Bibcode 2002PNAS...99.6070M)
  19. (en) Camille Parmesan, « Ecological and Evolutionary Responses to Recent Climate Change », Annual Review of Ecology, Evolution, and Systematics, vol. 37, no 1,‎ , p. 637–669 (DOI 10.1146/annurev.ecolsys.37.091305.110100)
  20. (en) Daniel B. Botkin, Henrik Saxe, Miguel B. Araújo, Richard Betts, Richard H. W. Bradshaw, Tomas Cedhagen, Peter Chesson, Terry P. Dawson, Julie R. Etterson, Daniel P. Faith, Simon Ferrier, Antoine Guisan, Anja Skjoldborg Hansen, David W. Hilbert, Craig Loehle, Chris Margules, Mark New, Matthew J. Sobel et David R. B. Stockwell, « Forecasting the Effects of Global Warming on Biodiversity », BioScience, vol. 57, no 3,‎ , p. 227–236 (DOI 10.1641/B570306, S2CID 41257925)
  21. (en) Jeremy Lovell, « Warming Could End Antarctic Species », CBS News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. (en) Bonnie Malkin, « Australia's white possum could be first victim of climate change - Telegraph », The Daily Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, OCLC 49632006, lire en ligne, consulté le )
  23. (en) « Penguins suffering from climate change, scientists say », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. a et b (en) Henry Fountain, « For Already Vulnerable Penguins, Study Finds Climate Change Is Another Danger », sur The New York Times, (consulté le )
  25. a et b (en) L. P. Sales, L. Culot et M. Pires, « Climate niche mismatch and the collapse of primate seed dispersal services in the Amazon », Biological Conservation, vol. 247, no 9,‎ , p. 108628 (DOI 10.1016/j.biocon.2020.108628, S2CID 219764670)
  26. (en) Yadvinder Malhi, Janet Franklin, Nathalie Seddon, Martin Solan, Monica G. Turner, Christopher B. Field et Nancy Knowlton, « Climate change and ecosystems: threats, opportunities and solutions », Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, vol. 375, no 1794,‎ , p. 20190104 (ISSN 0962-8436, PMID 31983329, PMCID 7017779, DOI 10.1098/rstb.2019.0104)
  27. (en) L. P. Sales, L. Rodrigues et R. Masiero, « Climate change drives spatial mismatch and threatens the biotic interactions of the Brazil nut », Global Ecology and Biogeography, vol. 30, no 1,‎ , p. 117–127 (DOI 10.1111/geb.13200, S2CID 228875365)
  28. (en) Time Hirsch, « Animals 'hit by global warming' », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. (en) Matthew L. Forister, Andrew C. McCall, Nathan J. Sanders, James A. Fordyce, James H. Thorne, Joshua O’Brien, David P. Waetjen et Arthur M. Shapiro, « Compounded effects of climate change and habitat alteration shift patterns of butterfly diversity », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 107, no 5,‎ , p. 2088–2092 (ISSN 0027-8424, PMID 20133854, PMCID 2836664, DOI 10.1073/pnas.0909686107, lire en ligne)
  30. (en) Gian-Reto Walther, Eric Post, Peter Convey, Annette Menzel, Camille Parmesan, Trevor J. C. Beebee, Jean-Marc Fromentin, Ove Hoegh-Guldberg et Franz Bairlein, « Ecological responses to recent climate change », Nature, vol. 416, no 6879,‎ , p. 389–395 (PMID 11919621, DOI 10.1038/416389a, Bibcode 2002Natur.416..389W, S2CID 1176350)
  31. (en) Terry L. Root, Jeff T. Price, Kimberly R. Hall, Stephen H. Schneider, Cynthia Rosenzweig et J. Alan Pounds, « Fingerprints of global warming on wild animals and plants », Nature, vol. 421, no 6918,‎ , p. 57–60 (PMID 12511952, DOI 10.1038/nature01333, Bibcode 2003Natur.421...57R, S2CID 205209602)
  32. (en) T. L. Root, D. P MacMynowski, M. D. Mastrandrea et S. H. Schneider, « Human-modified temperatures induce species changes: Joint attribution », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 102, no 21,‎ , p. 7465–7469 (PMID 15899975, PMCID 1129055, DOI 10.1073/pnas.0502286102 Accès libre)
  33. Grass flourishes in warmer Antarctic originally from The Times, December 2004
  34. (en) L. Scott Mills, Marketa Zimova, Jared Oyler, Steven Running, John T. Abatzoglou et Paul M. Lukacs, « Camouflage mismatch in seasonal coat color due to decreased snow duration », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 110, no 18,‎ , p. 7360–7365 (PMID 23589881, PMCID 3645584, DOI 10.1073/pnas.1222724110 Accès libre, Bibcode 2013PNAS..110.7360M)
  35. a et b (en) W. A. Kurz, C. C. Dymond, G. Stinson, G. J. Rampley, E. T. Neilson, A. L. Carroll, T. Ebata et L. Safranyik, « Mountain pine beetle and forest carbon feedback to climate change », Nature, vol. 452, no 7190,‎ , p. 987–990 (PMID 18432244, DOI 10.1038/nature06777, Bibcode 2008Natur.452..987K, S2CID 205212545)
  36. (en) « Pine Forests Destroyed by Beetle Takeover », NPR,‎ (lire en ligne)
  37. Swiss Canopy Crane Project
  38. (en) Hadi Heidari, Mazdak Arabi et Travis Warziniack, « Effects of Climate Change on Natural-Caused Fire Activity in Western U.S. National Forests », Atmosphere, vol. 12, no 8,‎ , p. 981 (DOI 10.3390/atmos12080981 Accès libre, Bibcode 2021Atmos..12..981H)
  39. (en) Hadi Heidari, Travis Warziniack, Thomas C. Brown et Mazdak Arabi, « Impacts of Climate Change on Hydroclimatic Conditions of U.S. National Forests and Grasslands », Forests, vol. 12, no 2,‎ , p. 139 (DOI 10.3390/f12020139 Accès libre)
  40. US National Assessment of the Potential Consequences of Climate Variability and Change Regional Paper: Alaska
  41. (en) Running SW, « Climate change. Is Global Warming causing More, Larger Wildfires? », Science, vol. 313, no 5789,‎ , p. 927–8 (PMID 16825534, DOI 10.1126/science.1130370, S2CID 129348626)
  42. BBC News: Asian peat fires add to warming
  43. (en) Laurel Hamers, « When bogs burn, the environment takes a hit », sur Science News, (consulté le )
  44. « Trees and climate change: Faster growth, lighter wood », ScienceDaily,
  45. « Unprecedented wildfires in the Arctic », World Meteorological Organization (WMO), (consulté le )
  46. (en) « Invasive Species », sur National Wildlife Federation (consulté le )
  47. (en) « What are Invasive Species? | National Invasive Species Information Center », www.invasivespeciesinfo.gov (consulté le )
  48. (en) « Natural Resources Canada » [archive du ] (consulté le )
  49. a et b Jim Robbins, « Bark Beetles Kill Millions of Acres of Trees in West », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  50. (en) Cudmore TJ, Björklund N, Carrollbbb, AL et Lindgren BS., « Climate change and range expansion of an aggressive bark beetle: evidence of higher reproductive success in naïve host tree populations », Journal of Applied Ecology, vol. 47, no 5,‎ , p. 1036–43 (DOI 10.1111/j.1365-2664.2010.01848.x, lire en ligne)
  51. (en) « SPECIAL REPORT: GLOBAL WARMING OF 1.5 ºC; Chapter 3: Impacts of 1.5ºC global warming on natural and human systems » [archive du ], sur ilcc.ch, Intergovernmental Panel on Climate Change,
  52. a b et c (en) E.H. Hogg et P.Y. Bernier, « Climate change impacts on drought-prone forests in western Canada », Forestry Chronicle, vol. 81, no 5,‎ , p. 675–682 (DOI 10.5558/tfc81675-5)
  53. (en) A.S. Jump et J. Peñuelas, « Running to stand still: Adaptation and the response of plants to rapid climate change », Ecology Letters, vol. 8, no 9,‎ , p. 1010–1020 (PMID 34517682, DOI 10.1111/j.1461-0248.2005.00796.x)
  54. (en) S.N. Aiken, S. Yeaman, J.A. Holliday, W. TongLi et S. Curtis- McLane, « Adaptation, migration or extirpation: Climate change outcomes for tree populations », Evolutionary Applications, vol. 1, no 1,‎ , p. 95–111 (PMID 25567494, PMCID 3352395, DOI 10.1111/j.1752-4571.2007.00013.x)
  55. (en) P.B. Reich et J. Oleksyn, « Climate warming will reduce growth and survival of Scots pine except in the far north », Ecology Letters, vol. 11, no 6,‎ , p. 588–597 (PMID 18363717, DOI 10.1111/j.1461-0248.2008.01172.x)
  56. (en) I. Aubin, C.M. Garbe, S. Colombo, C.R. Drever, D.W. McKenney, C. Messier, J. Pedlar, M.A. Saner, L. Vernier, A.M. Wellstead, R. Winder, E. Witten et E. Ste-Marie, « Why we disagree about assisted migration: Ethical implications of a key debate regarding the future of Canada's forests », Forestry Chronicle, vol. 87, no 6,‎ , p. 755–765 (DOI 10.5558/tfc2011-092)
  57. (en) Mary I. Williams et R. Kasten Dumroese, « Assisted Migration: What It Means to Nursery Managers and Tree Planters », Tree Planters' Notes, vol. 57, no 1,‎ , p. 21–26 (lire en ligne)
  58. (en) Nicole L. Klenk, « The development of assisted migration policy in Canada: An analysis of the politics of composing future forests », Land Use Policy, vol. 44,‎ , p. 101–109 (ISSN 0264-8377, DOI 10.1016/j.landusepol.2014.12.003, lire en ligne)
  59. (en) Kishan R. Sambaraju, Allan L. Carroll, Jun Zhu, Kerstin Stahl, R. Dan Moore et Brian H. Aukema, « Climate change could alter the distribution of mountain pine beetle outbreaks in western Canada », Ecography, vol. 35, no 3,‎ , p. 211–223 (DOI 10.1111/j.1600-0587.2011.06847.x)
  60. a b c d e f g h i j et k (en) Epstein, P. et Ferber, D., Changing Planet, changing health, Los Angeles, California, University of California Press, , 138–160 (ISBN 978-0-520-26909-5, lire en ligne)
  61. (en) W. Kurz, « Mountain pine beetle and forest carbon feedback to climate change », Nature, vol. 452, no 7190,‎ , p. 987–990 (PMID 18432244, DOI 10.1038/nature06777, Bibcode 2008Natur.452..987K, S2CID 205212545)
  62. (en) Nogués-Bravoa D., Araújoc M.B., Erread M.P. et Martínez-Ricad J.P., « Exposure of global mountain systems to climate warming during the 21st Century », Global Environmental Change, vol. 17, nos 3–4,‎ august–october 2007, p. 420–8 (DOI 10.1016/j.gloenvcha.2006.11.007)
  63. The Potential Effects Of Global Climate Change On The United States Report to Congress Editors: Joel B. Smith and Dennis Tirpak US-EPA December 1989
  64. (en) I-Ching Chen, Jane K. Hill, Ralf Ohlemüller, David B. Roy et Chris D. Thomas, « Rapid Range Shifts of Species Associated with High Levels of Climate Warming », Science, vol. 333, no 6045,‎ , p. 1024–1026 (ISSN 0036-8075, PMID 21852500, DOI 10.1126/science.1206432, Bibcode 2011Sci...333.1024C, S2CID 206534331, lire en ligne)
  65. (en) « Freshwater Issues at 'Heart of Humankind's Hopes for Peace and Development' », United Nations, (consulté le )
  66. (en) Maarten Kappelle, Margret M.I. Van Vuuren et Pieter Baas, « Effects of climate change on biodiversity: a review and identification of key research issues », Biodiversity and Conservation, vol. 8, no 1999,‎ , p. 1389 (DOI 10.1023/A:1008934324223, S2CID 30895931)
  67. a b c et d (en) M. D. Bryant, « Global climate change and potential effects on Pacific salmonids in freshwater ecosystems of southeast Alaska », Climatic Change, vol. 95, nos 1–2,‎ , p. 169–193 (DOI 10.1007/s10584-008-9530-x, Bibcode 2009ClCh...95..169B, S2CID 14764515)
  68. (en) Nancy H. Bigelow, « Climate change and Arctic ecosystems: 1. Vegetation changes north of 55°N between the last glacial maximum, mid-Holocene, and present », Journal of Geophysical Research, vol. 108, no D19,‎ , p. 8170 (ISSN 0148-0227, DOI 10.1029/2002JD002558, Bibcode 2003JGRD..108.8170B, lire en ligne)
  69. (en) Jacquelyn Kremper Shuman, Herman Henry Shugart et Thomas Liam O'Halloran, « Sensitivity of Siberian Larch forests to climate change », Global Change Biology, vol. 17, no 7,‎ , p. 2370–2384 (DOI 10.1111/j.1365-2486.2011.02417.x, Bibcode 2011GCBio..17.2370S, S2CID 86357569)
  70. « Russian boreal forests undergoing vegetation change, study shows », sur ScienceDaily,
  71. (en) Miranda C. Jones et William W. L. Cheung, « Multi-model ensemble projections of climate change effects on global marine biodiversity », ICES Journal of Marine Science, vol. 72, no 3,‎ , p. 741–752 (DOI 10.1093/icesjms/fsu172)
  72. (en) Wendy B. Foden, Stuart H. M. Butchart, Simon N. Stuart, Jean-Christophe Vié, H. Resit Akçakaya, Ariadne Angulo, Lyndon M. DeVantier, Alexander Gutsche, Emre Turak, Long Cao, Simon D. Donner, Vineet Katariya, Rodolphe Bernard, Robert A. Holland, Adrian F. Hughes, Susannah E. O'Hanlon, Stephen T. Garnett, Çagan H. Şekercioğlu, Georgina M. Mace et Sebastien Lavergne, « Identifying the World's Most Climate Change Vulnerable Species: A Systematic Trait-Based Assessment of all Birds, Amphibians and Corals », PLOS ONE, vol. 8, no 6,‎ , e65427 (PMID 23950785, PMCID 3680427, DOI 10.1371/journal.pone.0065427 Accès libre, Bibcode 2013PLoSO...865427F)
  73. (en) Çağan H. Şekercioğlu, Richard B. Primack et Janice Wormworth, « The effects of climate change on tropical birds », Biological Conservation, vol. 148, no 1,‎ , p. 1–18 (DOI 10.1016/j.biocon.2011.10.019)
  74. (en) Kelsey Vlamis, « Birds 'shrinking' as the climate warm », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  75. (en) « North American Birds Are Shrinking, Likely a Result of the Warming Climate », sur Audubon, (consulté le )
  76. (en) Brian C. Weeks, David E. Willard, Marketa Zimova, Aspen A. Ellis, Max L. Witynski, Mary Hennen, Benjamin M. Winger et Ryan Norris, « Shared morphological consequences of global warming in North American migratory birds », Ecology Letters, vol. 23, no 2,‎ , p. 316–325 (PMID 31800170, DOI 10.1111/ele.13434, hdl 2027.42/153188, S2CID 208620935)
  77. « Fish Ecophysiology Lab - NTNU », sur www.ntnu.edu (consulté le )
  78. (en) Rachael Morgan, Mette H. Finnøen, Henrik Jensen, Christophe Pélabon et Fredrik Jutfelt, « Low potential for evolutionary rescue from climate change in a tropical fish », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 117, no 52,‎ , p. 33365–33372 (ISSN 0027-8424, PMID 33318195, PMCID 7776906, DOI 10.1073/pnas.2011419117 Accès libre)
  79. (en) Amanda D. Roe, Adrianne V. Rice, David W. Coltman, Janice E. K. Cooke et Felix A. H. Sperling, « Comparative phylogeography, genetic differentiation and contrasting reproductive modes in three fungal symbionts of a multipartite bark beetle symbiosis », Molecular Ecology, vol. 20, no 3,‎ , p. 584–600 (PMID 21166729, DOI 10.1111/j.1365-294X.2010.04953.x, S2CID 24882291)
  80. (en) Eric F. Lambin et Patrick Meyfroidt, « Global land use change, economic globalization, and the looming land scarcity », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 108, no 9,‎ , p. 3465–3472 (PMID 21321211, PMCID 3048112, DOI 10.1073/pnas.1100480108 Accès libre, Bibcode 2011PNAS..108.3465L)
  81. (en) Dejene W. Sintayehu, « Impact of climate change on biodiversity and associated key ecosystem services in Africa: a systematic review », Ecosystem Health and Sustainability, vol. 4, no 9,‎ , p. 225–239 (DOI 10.1080/20964129.2018.1530054, S2CID 134256544)
  82. (en) Kaitlin M. Goodale et Brian J. Wilsey, « Priority effects are affected by precipitation variability and are stronger in exotic than native grassland species », Plant Ecology, vol. 219, no 4,‎ , p. 429–439 (DOI 10.1007/s11258-018-0806-6, S2CID 3445732)
  83. (en) Helen Briggs, « Plant extinction 'bad news for all species' », sur bbc.com,