Effet de harem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’effet de harem est un phénomène sociologique observé en science, qui consiste à ce qu'un homme scientifique, en position de pouvoir, s'entoure majoritairement dans son groupe de recherche de femmes occupant des positions subordonnées.

Histoire[modifier | modifier le code]

Portraits des Harvard Computers, groupe de femmes scientifiques dirigées par Edward Charles Pickering (1913).

Plusieurs exemples de ce phénomène existent. Erwin Frank Smith, phytopathologiste américain, a engagé plus de vingt assistantes de recherche pour étudier les problèmes agricoles à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle[1]. À la même époque, Edward Charles Pickering, astrophysicien et directeur de l'observatoire de l'université Harvard, a constitué ce qui fut surnommé le « harem de Pickering », c'est-à-dire une équipe entièrement féminine de plus d'une douzaine de personnes destinées à l'assister dans son programme de recherche pour rassembler et analyser des données[2]. Il a ainsi fait travailler plus de 80 femmes[3].

Plusieurs raisons sont avancées pour expliquer ce phénomène. Ainsi, le salaire inférieur des femmes permettait de recruter davantage de personnes au sein d'une équipe avec le même budget. Par exemple, les Harvard Computers étaient payées 25 à 50 cents de l'heure, soit autant qu'une ouvrière, en dépit de leur qualifications scientifiques[3]. De plus, le risque de conflit au sein de l'équipe était jugé plus faible, les femmes étant considérées moins susceptibles d'entrer en compétition entre elles, par rapport à un groupe d'hommes occupant le même poste[4],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Margaret W. Rossiter, « Women Scientists in the United States Before 1920 », American Scientist, vol. 62,‎ .
  2. (en) Barbara L. Welther, « Pickering's Harem », Isis, vol. 73,‎ .
  3. a, b et c (en) Bianca Nogrady, The Best Australian Science Writing 2015, .
  4. (en) Margaret W. Rossiter, « "Women's Work" in Science », Isis, vol. 71,‎ , p. 381-398.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]