Effet de Frey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'effet de Frey est la perception par l'oreille humaine de certaines fréquences d'ondes radio. Il doit son nom au neurobiologiste Allan Frey qui l'a étudié dans les années 1960.

La directive UE 2013/35 relative à la protection des travailleurs dans le domaine des micro-ondes relève, dans le tableau B1 de son guide non-contraignant d'application, l'effet possible d'audition micro-onde en cas d'exposition à un champ électromagnétique de type impulsion radio-fréquence. Cet effet entre dans la classe des effets sensoriels des effets biophysiques de l'exposition à certains champs électromagnétiques.

Découverte[modifier | modifier le code]

Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, des opérateurs radars déclarèrent pouvoir entendre les pulsations émises par leur radar à certaines fréquences.

En 1961, Allan Frey décrit le phénomène dans le Journal of Applied Physiology : "Human auditory system response to modulated electromagnetic energy"[1].

Dans un article de 1975, le neurophysiologiste Don Justesen décrit la possibilité de transmettre des phrases en faisant varier la fréquence et l'intensité d'un rayonnement micro-onde irradiant le crâne d'un sujet.[2]

Don R. Justesen rapporte également en 1975 le cas d'une personne ayant créé pour son père, télégraphiste, une touche permettant à ce dernier d'émettre des pulsations d'énergie micro-onde. Lorsque ces dernières étaient dirigées sur sa tête, il pouvait percevoir des messages en code Morse continental[réf. nécessaire].

Don R Justesen explique que Sharp et Grove ont trouvé qu'une modulation appropriée d'énergie micro-onde peut aboutir à la communication de la parole sans fil et sans appareil de réception. Ils ont utilisé pour cela des mots enregistrés et les ondes électriques sinusoïdales analogues à celles des mots, c'est-à-dire correspondant à la forme des ondes sonores correspondant aux mots enregistrés. Ces ondes oscillent autour d'une valeur de référence que l'on fixe à zéro. En l'occurence, le mécanisme consistait à émettre une pulsation micro-onde chaque fois que l'onde prenait la valeur zéro dans sa phase décroissante. Les pulsations micro-ondes émises ainsi engendrent l'audition des mots correspondants, sans fil ni récepteur. [3]

Description[modifier | modifier le code]

Certaines personnes peuvent percevoir un effet auditif, spécifiques aux ondes pulsées hautes fréquences (de 0,3 à 6,5 GHz). Cette sensation est souvent décrite comme un « clic ». Les radars sont les principales sources susceptibles de générer cet effet (INRS).

Concernant la perception interne de sons, la perception de signaux micro-ondes modulés en tant que sons caractéristiques dont l'origine paraît intra-crânienne est un phénomène qui a d'abord été rapporté dans la littérature ouverte des Etats-Unis dès avant 1962. Pour produire des sons, des densités de puissance crête allant jusqu'à 80 mW/cm2 peuvent être requises, mais la densité de puissance moyenne est généralement de 5 μW/cm2. Les soviétiques ont étudié ce phénomène pour en déterminer les mécanismes physiologiques sous-jacents et déterminer les paramètres d'irradiation optimaux requis pour évoquer une réponse. Ils ont trouvé que lorsque la fréquence fondamentale du stimulus électromagnétique était élevée de 2050 à 2500 MHz, le seuil de réaction montait significativement, mais qu'à une fréquence de 3000 MHz il n'y avait pas de réaction dans les centres auditifs. L'intensité moyenne de radiation électromagnétique requise pour évoquer la réponse était moins de 10 mW/cm2 ; il a été conclu que, plutôt que la quantité d'énergie, la fréquence de signal fondamentale constituait le stimulus primaire et que le phénomène observé était de nature sensorielle(Defense Intelligence Agency - Biological effects of electromagnetic radiation).

Les micro-ondes frappant le lobe temporal sont transmis à la cochlée sans passer par le conduit auditif. Plusieurs hypothèses sont évoquées pour expliquer le phénomène.

Attaques de 2016 contre les diplomates américains[modifier | modifier le code]

Lors des attaques dites acoustiques survenues depuis 2016 à La Havane, les sons perçus par les diplomates américains en poste à Cuba seraient dus à l'effet de Frey généré par l'exposition à un rayonement micro-onde[4].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Des personnes propageant des théories du complot déclarent que l'effet de Frey serait utilisé par les russes pour émettre des sons dans le crâne de leurs victimes. Les personnes propageant ces théories du complot nomment ce phénomène télépathique "voice-to-skull", effet mystérieux d'arme psychotronique (ru)e, ou arme R.F.

Le terme de psychotronique fait tout autant référence à des armes électromagnétiques, dans la mesure où elles interagissent avec le système nerveux (armes biophysiques ou basées sur de nouveaux principes de physique), à une pseudo-science créée dans les années 1960 en Tchécoslovaquie, sorte de pendant matérialiste à la parapsychologie "bourgeoise"[réf. souhaitée], ainsi qu'à des films au mauvais goût assumé, pour lesquels il existe des festivals d'amateurs.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Allan H. Frey, « Human auditory system response to modulated electromagnetic energy », Journal of Applied Physiology, vol. 17, no 4,‎ , p. 689–692 (PMID 13895081, lire en ligne, consulté le )
  2. D. R. Justesen. "Microwaves and Behavior", Am Psychologist, 392 (Mar): 391–401, 1975.
  3. (en) DON R. JUSTESEN, « Microwaves and Behaviour », American Psychologist - Journal of the American Psychological Association Volume 30,‎ , P. 396 (391-402)
  4. (en) William Broad, « Microwave Weapons Are Prime Suspect in Ills of U.S. Embassy Workers », The New York Times, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]