Effet Rashōmon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Affiche de Rashōmon.

L'effet Rashōmon est un concept qui a lieu lorsqu'un événement est interprété de manière contradictoire par les individus impliqués. Il tire son nom du film Rashōmon (1950) d'Akira Kurosawa dans lequel un meurtre est décrit de manières différentes par quatre témoins[1]. Le concept aborde les motifs, le mécanisme et les occurrences du compte rendu des circonstances, ainsi que les interprétations contestées d'événements, l'existence de désaccords concernant la preuve d'un événement, la subjectivité de la perception et la mémoire humaine.

L’effet est défini par Robert Anderson, professeur de communication à l'université Simon Fraser de Vancouver comme la « désignation d'un cadre épistémologique - ou les façons de penser, connaître et de se souvenir - nécessaire à la compréhension de situations complexes et ambiguës[2] » :

« L'effet Rashōmon ne concerne pas uniquement les différences de perspective. Il est présent en particulier lorsque de telles différences sont associées à l’absence de preuves permettant de conforter ou de disqualifier toute version de la vérité, ainsi qu’à la pression sociale exercée en faveur de la clôture du débat[2]. »

« Ma propre compréhension de ses origines est apparue beaucoup plus tôt en entendant mon professeur préféré, Nur Yalman (en) [en 2016, professeur émérite de l'université Harvard], qui nous dit dans un cours à l'université de Chicago début 1966 que « le principal problème de l'anthropologie est de traiter de l'effet Rashōmon ». Contrairement à certains étudiants diplômés dans cette pièce de Chicago, j’avais vu le film [Rashōmon] en 1961 ou 1962, et cette remarque a cristallisé quelque chose[…] dans ma mémoire. Je suppose que l'effet Rashōmon a été mis en évidence dans de nombreuses entreprises intellectuelles historiques traitant d'interprétation contestée d'événements ou de désaccords et de preuves à leur sujet, ou de subjectivité/objectivité, de mémoire et de perception. Un exemple pertinent est le poème The Ring and the Book de Robert Browning[…] publié en 1868–9[3]. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Davenport, Media Bias, Perspective, and State Repression: The Black Panther Party, Cambridge, UK, Cambridge University Press, , 52–73, esp. 55 p. (ISBN 9780521759700), « Rashomon Effect, Observation, and Data Generation »
  2. a et b Robert Anderson, « The Rashomon Effect and Communication », Canadian Journal of Communication, Vancouver Canada, no 41(2),‎ , p. 250–265 (ISSN 0705-3657)
  3. Anderson, Robert, Rashomon Effects: Kurosawa, Rashomon and Their Legacies, Abingdon, ENG, Routledge, coll. « Routledge Advances in Film Studies », , 66–85, esp. 68f p. (ISBN 1138827096, lire en ligne), « What is the Rashomon Effect? [Ch. 7] »