Edwin Spanier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spanier.
Edwin Spanier
Description de cette image, également commentée ci-après

Edwin Spanier, San Diego, 1980 (coll. MFO[1]).

Naissance
Washington, D.C.
Décès (à 75 ans)
Scottsdale (Arizona)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Champs Mathématiques
Institutions UC Berkeley
Diplôme Université du Michigan
Directeur de thèse Norman Steenrod
Étudiants en thèse Morris Hirsch
Elon Lages Lima (en)

Edwin Henry Spanier (1921-1996) est un mathématicien américain spécialiste de topologie algébrique. Il est co-inventeur de la dualité de Spanier-Whitehead (en) et de la cohomologie d'Alexander-Spanier et auteur de l'ouvrage de référence Algebraic Topology.

Biographie[modifier | modifier le code]

Spanier a fait ses études à l'université du Minnesota, où il a obtenu sa maîtrise en 1941. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a servi l'armée américaine dans le corps des transmissions. En 1947, il a soutenu un Ph.D., sous la direction de Norman Steenrod, à l'université du Michigan[2]. Après une année postdoctorale à l'IAS (Institute for Advanced Study) à Princeton, il a obtenu un poste d'enseignant à l'université de Chicago en 1948. Il a été boursier Guggenheim à Paris en 1952-53 et membre de l'IAS en 1958-59[3].

Spanier a été professeur à Berkeley à partir de 1959.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Son premier article important, sur les groupes de cohomotopie (en), est paru aux Annals of Mathematics en 1949 ; à Chicago, il a publié avec Chern sur l'homologie des fibrés[3]. Il a ensuite introduit et développé, dans une série d'articles avec Whitehead, la dualité en théorie de l'homotopie et, avec Alexander, la théorie (co-)homologique qui porte leurs noms[4].

À partir de 1961, en collaboration avec Seymour Ginsburg (en), il a travaillé sur la structure des langages formels[4].

Publications[modifier | modifier le code]

(en) Algebraic Topology, Springer,‎ (1re éd. McGraw-Hill, 1966), xvi+528 p. (ISBN 978-0-387-90646-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Edwin Spanier » (voir la liste des auteurs).

  1. Autres photos.
  2. (en) Edwin Spanier sur le site du Mathematics Genealogy Project.
  3. a et b (en) John J. O'Connor et Edmund F. Robertson, « Edwin Spanier », dans MacTutor History of Mathematics archive, université de St Andrews (lire en ligne).
  4. a et b (en) Morris W. Hirsch, « Edwin Henry Spanier (1921-1996) », Notices Amer. Math. Soc., vol. 45, no 6,‎ , p. 704-705 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Théorèmes de Dubins-Spanier (en)

Liens externes[modifier | modifier le code]