Edwin Lutyens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Edwin Lutyens
Image illustrative de l’article Edwin Lutyens
Présentation
Naissance
Londres
Décès
Londres
Nationalité Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Formation South Kensington School of Art
Entourage familial
Père Charles Henry Lutyens
Mère Marie-Thérèse Gallwey
Famille Elisabeth Lutyens

Edwin Landseer Lutyens, né le à Londres et mort le à Londres, est un architecte britannique connu pour son style architectural, adaptation de l'architecture traditionaliste aux besoins de son temps.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Edwin Lutyens est le fils de Charles Henry Lutyens Auguste et Marie-Thérèse Gallwey.

Il a été prénommé Edwin en l'honneur d'un ami de son père, le peintre et sculpteur, Sir Edwin Landseer. Edwin Landseer Lutyens est le père de la compositrice Elisabeth Lutyens.

Il devint ensuite le dernier compagnon de la richissime Victoria Sackville-West, Baroness Sackville (en) (1862-1936), qui après avoir quitté son époux en 1919, s'installa avec lui à Brighton.

Une carrière d'architecte[modifier | modifier le code]

Porte de l'Inde dessinée par Edwin Lutyens

Lutyens étudie l'architecture à South Kensington School of Art, de 1885 à 1887. Il travaille ensuite au bureau d'architecture de Ernest George et Harold Ainsworth Peto, architectes renommés pour leur résidences secondaires. Il y rencontre Herbert Baker. Il ouvre son propre bureau en 1889.

Il réalise de nombreuses demeures de campagne et joua un rôle essentiel dans le design des bâtiments administratifs de New Delhi (connu sous le nom de la « Delhi de Lutyens »).

Durant de nombreuses années, Lutyens travaille à Bloomsbury Square, à Londres. Il est parfois considéré comme le plus grand architecte britannique[1].

Son travail, influencé par Norman Shax, William Morris et Philip Webb, l'amène à concevoir des demeures dans le style Arts and Crafts — il a notamment été Maître de l'Art Workers' Guild en 1933 — et néoclassique. En Angleterre, il est surtout connu pour ses demeures grandioses bâties à la campagne et pour la réalisation du Cénotaphe de Whitehall à Londres[2].

Il rencontre la paysagiste et horticultrice Gertrude Jekyll et en 1896, il commence à travailler sur un projet de maison pour Jekyll à Munstead Wood, Godalming, dans le Surrey; c'est le début d'une fructueuse collaboration sur de nombreuses constructions de Lutyens.

Raffinement rustique

À Lambay Castle, château réinventé par l'architecte au début du XXe siècle, se mêlent esprit chaleureux et rigoureuse simplicité, tradition et vie moderne. Un univers poétique et mystérieux.
En 1902, Maude Lorillard, richissime jeune américaine, épouse le très British Cecil Baraing (1864-1934), Baron Revelstoke (en)[3]. Par hasard et par petite annonce, ils trouvent Lambay, îlot de 240 hectares sur lequel se trouvent alors quelques cottages habités par des gardes-côtes, une chapelle, un château en ruine, son parc clos de murs et de somptueux paysages. Dans un premier temps ils font restaurer le château, en 1905, Maude invite l'architecte , dont la renommée croit alors au Royaume-Uni, à visiter les lieux.
Commence alors une longue collaboration à l'issue de laquelle les ruines de la forteresse, reconfigurées, deviennent une vraie maison de famille pour Cecil, Maude et leurs enfants[4].

L'architecte de New Delhi[modifier | modifier le code]

Le Palais Rashtrapati Bhavan, aujourd’hui résidence du président indien.

Conçue par Lutyens sur une vingtaine d'années, New Delhi est choisie pour remplacer Calcutta en tant que siège du gouvernement britannique en Inde en 1912, il y fait construire entre autres, le palais de la résidence officielle du Vice-roi des Indes, le Rashtrapati Bhavan. Le projet est terminé en 1929 et inauguré en 1931.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Lutyens a aussi conçu des meubles de jardin

Distinctions et honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Gavin Stamp, The Memorial to the Missing of the Somme, .
  2. Maison de référence (de 1900 à nos jours), de Dominic Bradbury, édition Chêne
  3. Cecil Baring, 3ème baron de Revelstoke (1864-1934). Maude Lorillard, mariée à New York, fille du millionnaire du tabac, Pierre Lorillard IV.
  4. Architectural Digest, magazine d'Architecture, Décoration, Arts et Design [1], n° 145, décembre 2017 / janvier 2018, p. 111/112.
  5. London Gazette : n° 30607, p. 4026, 02-04-1918
  6. (en) Fiche sur le site de la Royal Academy of Arts
  7. London Gazette : no 33942, p. 4429, 03-06-1924

Articles connexes[modifier | modifier le code]