Edwin Klebs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Edwin Klebs
Image dans Infobox.
Edwin Klebs.
Fonction
Professeur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
BerneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Enfant
Arnold Klebs (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Chaire
Membre de
Académie royale de médecine de Belgique
Burschenschaft Germania Königsberg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Maître
Directeur de thèse
Archives conservées par
Institute for the History of Medicine of the University of Bern (d) (5584)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata

Theodor Albrecht Edwin Klebs ( à Königsberg - (à 79 ans) à Berne) est un médecin allemand, découvreur en 1883 du bacille de la diphtérie dit de Löffler-Klebs et un des principaux théoriciens de l'hermaphrodisme. Il est le père de Arnold C. Klebs également biologiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Klebs étudie la médecine à l'université de Königsberg à partir de 1852 et à l'université de Wurtzbourg à partir de 1855, puis à l'université d'Iéna et à l'université Frédéric-Guillaume de Berlin. En 1854, il devient - comme son frère Oskar - membre de la Burschenschaft Germania Königsberg (de). En 1856, il obtient un doctorat en médecine à Berlin sous la direction de son professeur de Wurzbourg, Rudolf Virchow, qui a entre-temps travaillé à Berlin[2],[3].

Il est l’assistant de Rudolph Ludwig Karl Virchow (1821-1902) à l’institut de pathologie de Berlin de 1861 à 1866. Il est principalement connu pour son œuvre sur les maladies infectieuses. En 1883, il identifie la bactérie responsable de la diphtérie, Corynebacterium diphtheriae. Le genre de bactérie Klebsiella lui a été dédié.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arnold C. Klebs (de): „Die wissenschaftlichen Arbeiten von Edwin Klebs“, in: Verhandlungen der Deutschen Pathologischen Gesellschaft. 17, 1914, S. 590–597, (Werkverzeichnis)
  • Julius Pagel (de): Klebs, Edwin, in: Biographisches Lexikon hervorragender Ärzte des neunzehnten Jahrhunderts. Berlin und Wien 1901, Sp. 863 f.
  • (de) Manfred Stürzbecher, « Klebs, Edwin », dans Neue Deutsche Biographie (NDB), vol. 11, Berlin 1977, Duncker & Humblot, p. 719–720 (original numérisé).
  • Axel W. Bauer (de): Historia magistra - Historia ministra pathologiae? Zur Rolle der Historiographie in der Pathologie: Entwicklungen und Tendenzen. In: Würzburger medizinhistorische Mitteilungen. Band 11, 1993, S. 59–76; hier: S. 64 f.
  • Thomas Sauer, Ralf Vollmuth (de): Briefe von Mitgliedern der Würzburger Medizinischen Fakultät im Nachlaß Anton Rulands. Quellen zur Geschichte der Medizin im 19. Jahrhundert mit Kurzbiographien. In: Würzburger medizinhistorische Mitteilungen. Band 9, 1991, S. 135–206; hier: S. 153 f.
  • Werner Köhler (de): Klebs, Theodor Albrecht Edwin. In: Werner E. Gerabek (de), Bernhard D. Haage, Gundolf Keil (de), Wolfgang Wegner (Hrsg.): Enzyklopädie Medizingeschichte. De Gruyter, Berlin/New York 2005, (ISBN 3-11-015714-4), S. 755 f.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « http://130.92.252.146/objekt_start.fau?prj=IMG-Sammlung&dm=Medizinsammlung+Insel+und+IMG%2C+Archiv+IMG&ref=5584 »
  2. Dissertation: De mutationibus, quae in intestino inveniuntur, tuberculosis.
  3. Werner Köhler: Klebs, Theodor Albrecht Edwin. In: Enzyklopädie Medizingeschichte. 2005, S. 755.

Liens externes[modifier | modifier le code]