Edward Le Glay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Edward Le Glay
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Enfant
Julien Mauvrac (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Edward Le Glay né le à Cambrai et décédé le à Paris est un historien et haut fonctionnaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Edward Le Glay est le fils aîné du docteur Joseph Le Glay, médecin et archiviste en chef du département du Nord et d'Henriette Ledoux (1787-1832)[1]. Élève de l'École royale des chartes, où il obtient le diplôme d'archiviste paléographe en 1837, il est ensuite nommé à Lille où il seconde son père dans les locaux improvisés de l'hôtel de la rue du Lombard[2].

Le Glay publie en 1843 une "Histoire des Comtes de Flandre" en deux volumes qui rencontre un certain succès[3]. C'est durant cette période qu'il collabore au Comité des travaux historiques et scientifiques institué par Guizot. Ses recherches donneront lieu jusqu'à la fin de sa vie à de nombreuses publications érudites sur la période médiévale[4].

À partir de 1845, peut être avec le soutien du préfet du Nord Saint-Aignan proche de son père, il devient conseiller de la préfecture de la Côte-d'Or[5]. Sous-préfet de Tournon en , il quitte ensuite l'Ardèche en [6]pour Muret puis en 1849, Gex[7], en 1854, Moissac, en 1857, Libourne et enfin Dole où, nommé en , il ne rejoint pas son poste et se déclare démissionnaire le mois suivant.

En , Edward Le Glay devient régisseur de l'octroi à Paris, ville où il termine sa carrière avant d'y décéder en 1894.

Travaux[modifier | modifier le code]

  • Avec Henri Bruneel, sous le pseudonyme H.-E. Landsvriend, Schild en vriend, 1302–1303. Charles-le-Mauvais, 1356–1386, Paris 1841.
  • Histoire de Jeanne de Constantinople, comtesse de Flandre et de Hainaut. Lille 1841, 1879.
  • Histoire des Comtes de Flandre jusqu'à l'avènement de la maison de Bourgogne, Tome I, Paris, 1843, texte en ligne disponible sur NordNum
  • Histoire des Comtes de Flandre jusqu'à l'avènement de la maison de Bourgogne, Tome II, Paris, 1843, texte en ligne disponible sur NordNum.
  • Petite histoire de Belgique, depuis les premiers temps jusqu'à nos jours. Paris 1845.
  • Négociations diplomatiques entre la France et l'Autriche durant les trente premières années du XVIe siècle., Paris 1845.
  • Charles de Danemark, le bienheureux Charles le Bon, comte de Flandre, sa vie et son martyre. Arras, 1878.
  • Les Flamands aux Croisades. Lille, 1879.
  • La Gaule Belgique. études historiques. Lille. 1882.
  • Histoire du bienheureux Charles le Bon, comte de Flandre. Lille 1884.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henriette Ledoux était issue d'une famille originaire de Neuville-Saint-Rémy, paroisse proche de Cambrai. Son frère César sera un des premiers industriels à ouvrir dans la région sous la Monarchie de Juillet une sucrerie betteravière. Prospère, il possède jusqu'à sa mort en 1856 l'Hôtel de la rue Saint Pol à Cambrai.
  2. Qui seront remplacés en 1844 par les locaux flambant neufs de la rue du Pont-Neuf.
  3. Le roi des Belges le fait à cette occasion, en juillet 1844, chevalier de l'Ordre de Léopold.
  4. Jules Michelet dans son "Histoire de France", cite les Le Glay en note du livre XII à deux reprises (pp. 116 et 165) concernant les impôts de Flandre : "Je dois ce renseignement et ceux qu'on trouvera plus loin, à l'extrême obligeance de M. Edward Le Glay (fils du savant archiviste), qui a bien voulu extraire pour moi les documents financiers que possèdent les Archives de Lille, Chambre des comptes, recette générale".
  5. Le préfet qui l'accueille à Dijon, de Champlouis, était auparavant préfet du Pas-de-Calais.
  6. En dépit du soutien apporté à la famille par la Monarchie de Juillet, son attitude devant les événements de février le révèlent fervent républicain au grand dam de son préfet, De Barante, qui démissionne aussitôt. Les habitants de Tournon favorables à la Révolution célèbrent l'attitude du sous-préfet. Les mots du maire sont éloquents : "la conduite à la fois calme, prudente et pleine d'énergie qu'a déployé dans notre ville M. Edward Le Glay , sous-préfet de cet arrondissement. Vous avez été tous les témoins de son zèle, de son infatigable activité, de son empressement constant à faire connaître à la population émue les diverses phases de notre grande et belle révolution."
  7. Il est fait chevalier de la Légion d'Honneur par le Prince-président en octobre 1852.

Liens externes[modifier | modifier le code]