Edward Glover (psychanalyste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Edward Glover.
Edward Glover
Naissance
Décès

Edward Glover, né le à Lesmahagow, en Écosse, et décédé le (à 84 ans) à Londres, est un médecin et psychanalyste écossais.

Parcours de formation[modifier | modifier le code]

Edward Glover est écossais, fils d'instituteur. Son père était darwinien et agnostique, alors que sa mère, fille de pasteur, venait d'une famille au méthodisme strict. Sa famille est très cultivée et Edward bénéficie d'une atmosphère familiale propice pour l'étude des lettres, de la philosophie, des langues bibliques, etc. Il entreprend des études de médecine à 16 ans, obtient son diplôme de médecine et de chirurgie à 21 ans, travaille comme médecin dans un hôpital de Glasgow, puis à Midhurst.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il débute sa formation analytique didactique à la suite des conseils de son frère, James Glover, qui exerce comme psychiatre à Londres. Les deux frères se rendent à Berlin, en 1920, pour y mener une analyse didactique auprès de Karl AbrahamEdward rentre à Londres en 1921, et devient membre associé de la Société britannique de psychanalyse, puis membre à part entière en 1922. Il en devient une personnalité de premier plan. À la mort de son frère James, Edward le remplace dans plusieurs fonctions, et il devient secrétaire du comité de formation de l'Association psychanalytique internationale et membre de la Société britannique de psychanalyse (BPAS). Il écrit, en 1950, un ouvrage dans lequel il prend parti contre les idées de Carl Gustav Jung[1].

Il participa activement aux controverses scientifiques qui opposèrent, entre 1940 et 1945, les tenants de l'orthodoxie freudienne, réunis autour d'Anna Freud, et les partisans de Melanie Klein, ouverts à la poursuite d'une réflexion théorique et clinique autour des principes épistémologiques psychanalytiques. Edward Glover prit le parti d'Anna Freud, et s'opposa aux théorisations kleiniennes, alors qu'il avait préalablement bien accueilli certains de ses travaux. Il a notamment été l'analyste de Melitta Schmideberg, la fille de Melanie Klein, alors que celle-ci était devenue une farouche opposante à sa mère.

Il participa à l'affrontement des groupes annafreudien et kleinien, dans la Société de psychanalyse, et son retrait de la Société, en 1944, suivi par celui de Melitta Schmideberg, permit l'apaisement des tensions, et permit d'arriver à un compromis, en évitant la scission au sein du mouvement psychanalytique britannique. Edward Glover resta toutefois membre de l'API.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Clifford Yorke, «Edward Glover» , p. 683-684, in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 1. A/L. Calmann-Lévy, 2002, (ISBN 2-7021-2530-1).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Freud ou Jung ?, Collec. «Bibliothèque de psychanalyse», PUF, (1950 et trad. fr. 1954), (ISBN 2130379540)
  • Technique de la Psychanalyse, Ed. Les Introuvables, 2001, (ISBN 284575003X)
  • La naissance du moi, Ed. Privat, 1979, coll.: Rhadamanthe, (ISBN 2708930168)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Edward Glover, Freud ou Jung ?, cf. bibliographie.

Liens externes[modifier | modifier le code]