Edox

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Edox (montres))
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Edox est une entreprise horlogère suisse établie aux Genevez, en Suisse.

Création[modifier | modifier le code]

Christian Ruefli-Flury, un jeune horloger de talent, originaire de Grenchen, Suisse créa la société qui portait son nom à Bienne, en 1884. Il se spécialise dans la montre de dames[1]. En 1909 il dépose le nom Era Watch qui deviendra le nom de l'entreprise en 1916[2]. Des montres-bracelets apparaissent dans la gamme dès 1913 avec toujours une spécialisation dans la montre de petite taille pour dames. C. Rüefli-Flury décède en 1921 et c'est Robert Kaufmann-Hug qui prend la relève et qui assurera la direction de l'entreprise jusqu'en 1965[3].

En 1975, Edox dû faire face à une crise financière massive et commença alors la production de montres à quartz. Edox est racheté en 1983 par Victor Strambini et est délocalisée de Bienne aux Genevez, dans le canton du Jura. Les montres y sont assemblées depuis à la main, en respectant la tradition des anciens horlogers. Les Genevez est un petit village du massif du Jura suisse qui se situe dans les Franches-Montagnes, à 1 000 mètres d'altitude, au cœur de la région horlogère historique. Edox figure parmi les dernières sociétés horlogères indépendantes suisses.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous la direction de Robert Kaufmann-Hug, la gamme de montres est étendue à la montre pour hommes et des innovations apparaissent : en 1931 la montre étanche avec le modèle Amphibia, en 1932 Era Watch sort une montre avec calendrier par guichet à h, et en 1936, une montre avec seconde au centre. À la fin des années 1930, apparaissent des montres stop et des chronographes. C'est à la fin des années 1950 que la marque Edox et le symbole stylisé de sablier est utilisé par l'entreprise. Progressivement la marque Edox prendra le pas sur Era Watch.

En 1955, un nouvel atelier est construit à Bienne, employant plus de 530 collaborateurs[4]. La société figurait alors parmi les 10 plus grandes marques horlogères helvétiques et produisait des montres en quantité considérable.

À partir des années 1960, Edox va lancer de nombreux modèles. Dans la gamme des montres classiques et élégantes, citons la Diamatic et la Slim Look en 1964, la Signet en 1970. Mais c'est dans le domaine de la montre étanche et de plongée qu'Edox va se faire connaître : lancement de l'Hydromatic en 1964, de la Mexico Sport, étanche à 200 mètres, en 1968, et surtout l'Acapulco en 1969, testée par les plongeurs de haut-vol au Mexique[5]. En 1970 sort l'Hydro-Sub, étanche à 500 mètres.

En 1971, le modèle Geoscope est produit dans les ateliers de Biel-Bienne. C’est la première montre à heure universelle réelle. Le cadran arbore une carte du monde qui fait une rotation en 24 heures. En 1998, EDOX commercialise la montre à mouvement quartz avec calendrier le plus plat au monde, le calibre 27000. La hauteur du mouvement est de 1,4 mm. Aujourd’hui EDOX est le chronométreur officiel du Championnat du Monde des powerboats Class-1, considérés comme les Formule 1 des mers. EDOX est aussi le chronométreur officiel du championnat nautique Extreme Sailing Series et du Rallye Dakar.

Dates clés[modifier | modifier le code]

  • 1921 : à la mort du fondateur, Robert Kaufmann-Hug prend en main les destinées de l’entreprise. Il supervise la transition des montres de poches aux montres bracelet.
  • 1931 : modèle Amphibia, l'une des premières montres étanches
  • 1955 : la compagnie emploie 500 personnes et prend possession d’une nouvelle fabrique
  • 1961 : lancement de la fameuse ligne "Delphin", établissant de nouveaux standards d’étanchéité, de protection aux chocs et fiabilité, suivi d'autres nouveautés intéressantes, année après années.
  • 1965 : Victor Flury-Liechti reprend la direction des mains de son oncle et investi dans les nouvelles techniques de production horlogère.
  • 1971 : la société devient affiliée à General Watch Company (GWC), une sous holding de l’ASUAG, comprenant également Certina, Eterna, Mido, Oris, Rado et Technos[6].
  • 1977 : restructuration avec la société Technos, suivie un plus tard de l’établissement d’une nouvelle structure englobant Certina.
  • 1983 : à la fin de la grande crise horlogère des années 1970, la société et tous les droits à la marque Edox sont vendus à Victor Strambini (Montres Vista) et son siège est transféré aux Genevez, Jura. Le management familial réussit à créer les nouvelles lignes de modèles et la philosophie de marque appropriés à la réintroduction de la marque dans des marchés mondiaux bien sélectionnés, dans la catégorie des montres de moyen prix.

Positionnement[modifier | modifier le code]

EDOX se situe dans le segment de prix moyen à élevé. Le prix de vente moyen se situe entre 400 et 5 000 euros. Les montres sont à ce jour toujours assemblées à la main dans les ateliers d’EDOX aux Genevez, dans le Jura suisse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Indicateur Davoine, La Chaux-de-Fonds, Gogler, , p.374
  2. Archives de l'horlogerie, volume IX, 1916-1918, Bienne, E. Magron, , p.42
  3. La Suisse Horlogère, Edition hebdomadaire, , p.212
  4. Journal Suisse d'Horlogerie, , p.156
  5. Journal Suisse d'Horlogerie, , p.274
  6. Journal Suisse d'Horlogerie, , p.138

Liens externes[modifier | modifier le code]