Édouard Tissé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Edouard Tissé)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Édouard Tissé
Nom de naissance Eduards Tisē
Naissance
Liepāja, Gouvernement de Courlande, Empire russe
Nationalité letton
Décès (à 64 ans)
Moscou, URSS
Profession réalisateur, caméraman
Films notables La Garnison immortelle (1956)

Édouard Tissé (en letton : Eduards Tisē) (1897-1961) est un caméraman, réalisateur et acteur letton, il fut notamment le directeur de la photographie de tous les films de Sergueï Eisenstein.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Liepāja dans le gouvernement de Courlande, aujourd'hui en Lettonie, Édouard Tissé se passionne très tôt pour la peinture. C'est à la fin de ses études d'art et de photographie, en 1914, que Tissé devient réalisateur officiel au front pour l'armée russe. Après la Révolution russe, en 1918, il sera chargé de photographier la fête du 1er mai et le premier anniversaire de la Révolution de 1917. Il continue de 1918 à 1924 en travaillant en qualité d'opérateur-chroniqueur qui rend compte de la conquête de la Crimée avant la défaite de Piotr Wrangel en novembre 1920, du 2e congrès de L'Internationale Communiste du 17 juillet au 7 août 1920, du 3e congrès de l'Internationale Communiste de juin au 12 août 1921[1]. Responsable de la section cinématographique du premier « agit-train » créé par Lénine (un train qui sillonnait toute la Russie et qui répandait la propagande de l'État), il rencontre Dziga Vertov avec lequel il réalisera des documentaires. La même année, il est aussi le caméraman du premier film de fiction produit par l'État soviétique, Le Signal, réalisé par Alexandre Arkatov. En 1921, Édouard Tissé commence à enseigner à l'Institut national de la cinématographie. À partir de 1924, il devient le caméraman et le directeur de la photographie de tous les films de Sergueï Eisenstein. Au mois de mars-avril 1926, avec Eisenstein ils entament leur voyage en Europe par la visite des studios UFA à Berlin. Ils le poursuivent, en août 1930, en compagnie de Grigori Aleksandrov aux États-Unis, où ils participent aux projets The Glass House, Sutter's Gold, An American Tragedy et d'autres encore à Hollywood. Leur trio est allé jusqu'au Mexique. Là, les séquences du film ¡Que viva México! ont été tournées, mais le film ne sera toutefois pas achevé du vivant d'Eisenstein[2]. Comme réalisateur Tissé fera en tout et pour tout trois films (voir la filmographie) et sera récompensé par le titre de travailleur émérite des arts par arrêté de Comité Exécutif Central de l'URSS en 1935[1] et par le Prix Staline à trois reprises, en 1946, 1949 et 1950. On lui remet également le diplôme d'honneur au Festival de Venise, en 1956, pour son film La Garnison immortelle. La caméra préférée de Tissé était une Parvo Debrie, il continuait à l'utiliser même à l'époque du cinéma parlant, notamment pour filmer les séquences de Alexandre Nevski[3]. Il meurt à Moscou en novembre 1961[4]. Il est inhumé au Cimetière de Novodevitchi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le Cinéma en URSS. Rédacteur en chef : A. Aroseff. Moscou 1936 (page 104)
  2. « Edouard TISSE. », sur Internet Encyclopedia of Cinematographers (consulté le 25 janvier 2015)
  3. « Parvo Debrie model L. », sur vanalphenav.nl (consulté le 25 janvier 2015)
  4. « Edouard TISSE. », sur kinoglaz.fr (consulté le 16 janvier 2015)

Filmographie de réalisateur[modifier | modifier le code]

Filmographie en tant que caméraman (longs métrages de fiction)[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :