Édouard Dermit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Edouard Dermit)
Aller à : navigation, rechercher
Édouard Dermit
Description de l'image defaut.svg.
Nom de naissance Antoine Dermit
Surnom Édouard Dermithe
Naissance
Gradisca, Comté de Gorizia et Gradisca (Italie)
Nationalité Drapeau : France Française
Décès (à 70 ans)
Paris (France)
Profession Acteur
Artiste peintre
Films notables Les Enfants terribles
Orphée
Le Testament d'Orphée
Thomas l'imposteur

Édouard Dermit (ou Dermithe), nom de scène d'Antoine Dermit, né le à Gradisca (comté de Gorizia et Gradisca, Italie)[1], et mort le à Paris, est un acteur et peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Édouard Dermit est le fils adoptif, et légataire universel de Jean Cocteau.

Avant de devenir acteur, il est mineur en Lorraine.

Au cinéma, joue le juvénile Paul dans le film Les Enfants terribles, réalisé par Jean-Pierre Melville d'après le roman de Jean Cocteau (1950).

Extrêmement beau, et doté d'une silhouette de dieu grec, il garde pour toujours le surnom de « Doudou » pour sa gentillesse jamais feinte, la douceur de son caractère et sa sagesse bienveillante.

Également artiste peintre — il a exposé plusieurs fois à la galerie Lucie Weill —, Édouard Dermit a notamment achevé, en 1965, la chapelle Notre-Dame-de-Jérusalem de Fréjus, que Jean Cocteau avait commencé de dessiner et n'avait pas eu le temps de terminer à sa mort survenue le .

Il s'est occupé avec un soin tout particulier de gérer l'œuvre de Cocteau et a partagé son existence entre les résidences de l'écrivain situées dans le quartier du Palais-Royal et à Milly-la-Forêt.

À la fin des années 1960, il a épousé, Eliane Dubroca, une jeune femme mannequin chez Dior et elle lui a donné deux fils, l'aîné Jean (Jacqueline Picasso était sa marraine et Jean Marais son parrain), et Stéphane (Francine Weisweiller étant sa marraine et Pierre Bergé son parrain).[réf. nécessaire]

En février 1966, il réalise les décors du ballet L'Échange d'un regard sur un livret de Françoise Sagan, créé à l'Opéra de Marseille par Jacques Chazot et Tessa Beaumont[réf. nécessaire].

En 1979, Édouard Dermit publie avec Bertrand Meyer-Stabley l'ouvrage Mes monstres sacrés aux éditions Encre qui regroupe les plus beaux textes de Cocteau sur ses contemporains.

En 1983, il reconnut publiquement avoir été bisexuel et avoir été l'amant de Jean Cocteau[réf. nécessaire].

Son fils Stéphane a cédé à Pierre Bergé, dont il était le filleul, la dernière maison que Jean Cocteau possédait à Milly-la-Forêt et qui est devenue la Maison Jean Cocteau, inaugurée le .

Un documentaire (Cocteau Marais - Un couple mythique) diffusé sur France 5 en octobre 2013, consacré principalement à la liaison entre Jean Marais et Jean Cocteau, a également abordé la relation entre Edouard Dermit et Jean Cocteau.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source Les Gens du Cinéma
  2. Source : témoignage de Claude Pinoteau dans les bonus du DVD Les Parents terribles de Jean Cocteau, TF1 Vidéo, 2010, DVD zone 2, PAL, Dolby Digital 2.0 mono, son et image remastérisés (EAN 3384442216104)Document utilisé pour la rédaction de l’articleBonus : Apprentissage de la mise en scène (souvenirs de Claude Pinoteau) — Essais inédits (Jean Marais, Yvonne de Bray, Marie Déa, Germaine Dermoz).
  3. Nom de plume de Léo Dilé, auteur, traducteur, et correspondant de Jean Cocteau. Source : catalogue général de la BnF.