Edmond de Cazalès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cazalès.
Edmond de Cazalès
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
Nationalité
Activité

Louis Marie Edmond de Cazalès, né le à Grenade (Haute-Garonne) et mort le à Plougrescant (Côtes-d'Armor)[1], est un homme politique français qui fut membre des Assemblées constituante et législative de 1848 et 1849.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Jacques Antoine Marie de Cazalès.

Entré dans les ordres après avoir été nommé juge au tribunal de Provins, il se fit ordonner prêtre en 1843 et devint vicaire-général à Montauban, puis chanoine de Versailles.

Il collabora notamment à la rédaction du journal L'Avenir dont il fut membre du comité de rédaction dès décembre 1829.

L'abbé de Cazalès siège comme député du Tarn-et-Garonne au sein de de l'Assemblée nationale constituante de 1848 à 1849 puis de l'Assemblée nationale législative de 1848 à 1851. Il s'y classe parmi les parlementaires conservateurs du Parti de l'Ordre.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Diverses publications dans l'Université catholique et dans les Annales de philosophie chrétienne.
  • Étude historique et critique sur l'Allemagne contemporaine.
  • Traduction de la Vie et révélation de Catherine Emmerich.

Sources[modifier | modifier le code]

  • J.-P. Claverie, Notes historiques et renseignements divers sur la ville de Grenade et les communes du canton, Le Livre d'histoire, Paris.
  • « Edmond de Cazalès », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, [détail de l’édition]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales des Côtes-d'Armor, état-civil numérisé de la commune de Plougrescant, décès 1875-1881, acte de décès n° 5 de l'année 1876, vue 35 de la numérisation.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]