Edmond Kaiser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kaiser.
Edmond Kaiser par Erling Mandelmann

Edmond Kaiser, né à Paris le et mort à Coimbatore, Inde, , est un pharmacien délégué médical vaudois qui fonda en 1960 l’association humanitaire Terre des hommes puis en 1980 le mouvement Sentinelles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Edmond Kaiser effectue une formation d'employé de bureau. Après un séjour linguistique en Allemagne (1932-1933), il se trouve envoyé au front (1940), puis résistant (1943-1945), il est accusé de trahison sous l'Occupation et emprisonné pendant un mois avant d'être innocenté en 1947.

En 1948, il s'installe à Lausanne avec sa famille. La mort accidentelle de son fils à l'âge de 2 ans (1941), son expérience de l'injustice, son dévouement pour l'innocence meurtrie le conduisent à l'action : il crée l'association des amis puis des compagnons d'Emmaüs à Lausanne en 1957-58 et fonde Terre des hommes en 1960[1], en faveur des enfants victimes de la faim et de l'exploitation, puis Sentinelles (1980), une organisation destinée à lutter contre les mutilations sexuelles, la prostitution enfantine et d'autres détresses extrêmes dont celle des enfants atteints de Noma alors que personne ne s'en préoccupait.

Edmond Kaiser est également poète et écrivain, auteur du Mémorial d'une poupée (1951) et de La marche aux enfants (1979). Il décède 4 mars 2000 à Coimbatore (Inde)[2].

Terre des hommes[modifier | modifier le code]

Les objectifs généraux de cette association sont la mise en avant des droits des enfants, la lutte contre leur exploitation (travail, prostitution), l’aide au développement des pays du Sud, la promotion de l’alphabétisation dans les pays pauvres, etc. À la suite de conflits internes, Kaiser quitte l’association en 1980 pour fonder Sentinelles, « au secours de l’innocence meurtrie ».

C’est à partir de 1980, après la parution du livre écrit par le Suisse Guido Franco Desert patrol[3], qui relate sans détours les aventures de son auteur parmi les prostitués du Sri Lanka et des Philippines, que Kaiser se lance dans une attaque de ce qui sera appelé plus tard le « tourisme sexuel ». La médiatisation qu’obtient Kaiser éveille l’opinion publique européenne, qui se passionne pour le sujet. Cette mobilisation ira en s’amplifiant, relayée par le scandale provoqué par le documentaire de François Debré Les trottoirs de Manille, diffusé sur les télévisions européennes (en décembre 1981 sur la télévision française).

En 1983, Guido Franco décrit Edmond Kaiser, sous le pseudonyme transparent d’Édouard Lempereur, dans la suite de Desert patrol, intitulée Prières pour des paradis meilleurs ; Terre des hommes y apparaît comme “Les Enfants de la Terre”, et Sentinelles comme “Le Trombone”[4].

Sentinelles[modifier | modifier le code]

Edmond Kaiser fonde en 1980 Sentinelles, au secours d’êtres choisis parmi les plus meurtris. Axe de marche: le sens du sacré, le sens de l'urgence, la recherche et découverte d'êtres laissés pour compte, victimes de détresses majeures. Leur secours et accompagnement individuel, une par une, un par un, de l'urgence immédiate à la vie au long cours, et la lutte vigilante contre ce qui les broie. Les êtres secourus: enfants affamés, handicapés ou malades, martyrisés, captifs, esclaves, rejetés, victimes d'infanticide, jeunes filles et femmes persécutées ou à massacrer, rejetées, victimes de mutilations sexuelles et du mariage précoce forcé, petits vieux à l'abandon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. TdH histoire
  2. Le Matin, Edmond Kaiser mort anonyme, 7 mars 2000.
  3. G. F., Desert patrol : une aventure sous les tropiques, Paris, Éd. de la Jungle, 1980.
  4. Guido Franco, Prières pour des paradis meilleurs, Paris, Éd. de la Jungle, 1983, p. 59-72 et 101-104.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Mémorial d’une poupée. – 1951.
  • La marche aux enfants. – 1979.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]