Edmond Coignet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coignet.
Edmond Coignet
Edmond Coignet.png
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Inconnu
Nationalité
Formation
Activité
génie civil
Père
Fratrie
Lucy Coignet (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Ada Gosling (1861-1928)
Autres informations
Distinction

Edmond Coignet (né le à Ville-d'Avray[1] et mort en 1915), est un ingénieur et entrepreneur français qui a joué un rôle déterminant dans la théorie du béton armé.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de l'industriel François Coignet (1814-1888), inventeur du « béton aggloméré » consistant à renforcer le ciment avec des inserts métalliques, Edmond Coignet fit ses études à l'École centrale des arts et manufactures de Paris.

Il énonça en 1889 les principes du dimensionnement des poutres en ciment armé[2].

Il embaucha comme directeur du bureau d'études Napoléon de Tédesco. Ensemble ils ont développé la première formulation théorique du calcul du béton armé. Il les appliqua en 1892 à la construction de l'aqueduc d'Achères avec ses galeries elliptiques. Avec Napoléon de Tédesco, il présente la formulation théorique du calcul du béton armé en 1894 devant l'Académie des sciences et la Société des ingénieurs civils.

Il réoriente de façon définitive les activités de l'entreprise familiale de produits chimiques vers la construction. Avec son procédé de poutres à armatures symétriques, il obtient entre autres l'adjudication du dôme de la gare d’Anvers, le casino de Biarritz, le tablier du Pont Adolphe à Luxembourg (ville). Il fut le premier à utiliser des pieux en béton armé et construisit avec l'architecte Jacques Hermant les premiers immeubles parisiens dans ce matériau :

Il exerça jusqu'à sa mort la fonction de président de la chambre de commerce de Lyon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annuaire des titulaires de la Légion d'honneur
  2. Jacques Girault, Ouvriers en banlieue, XIXe-XXe siècle : Un initiateur, Coignet, Les éditions de l'atelier patrimoine sur books.google.fr (présentation en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'art de l'ingénieur, éd. du Moniteur, 600 p. (ISBN 2-85850-911-5)
  • Bernard Marrey, Les ponts modernes. 20e siècle, p. 43-44, Picard éditeur, Paris, 1995 (ISBN 2-7084-0484-9)