Edmond Becquerel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Becquerel (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Becquerel.

Alexandre Edmond Becquerel, né à Paris le 24 mars 1820 et mort à Paris le 11 mai 1891, est un physicien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il découvre en 1839 l’effet photovoltaïque, qui correspond à l’apparition d’une tension aux bornes d’un matériau semi-conducteur exposé à la lumière[1].

Alexandre Edmond Becquerel occupe la chaire de physique appliquée aux Arts au Conservatoire national des arts et métiers à partir de 1852, et, à la suite de son père, devient professeur de physique au Muséum national d'histoire naturelle.

Il s'intéresse tout d'abord à la phosphorescence et à l'étude de la spectroscopie, parvenant à obtenir grâce à la photographie une reproduction du spectre solaire.

Par la suite, ses recherches s'orientent vers le magnétisme, puis la conductibilité thermique des gaz. En 1866, il effectue les premières mesures de température à l'aide de la pile thermoélectrique.

À la suite de la création de l'École pratique des hautes études, il prend la tête du laboratoire de recherche en physique du Muséum. Son fils Henri le rejoint plus tard et oriente les travaux du laboratoire vers la physique.

Membre de La Société d'encouragement pour l'industrie nationale, succédant à Jean-Baptiste Dumas, il fut son quatrième président de 1884 à 1888.

En 1863, il est élu membre de l'Académie des sciences et membre étranger de la Royal Society en 1888.

Edmond Becquerel a collaboré à quelques ouvrages de son père (Éléments de physique terrestre et de météorologie).

Famille[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • « Mémoire sur l'analyse de la lumière émise par les composés d'uranium phosphorescents », lu dans la séance du 5 août 1872, dans Mémoires de l'Académie des sciences de l'Institut de France, Gauthier-Villars, Paris, 1878, tome 40, p. 1-40 (lire en ligne)

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Edmond Becquerel - « Mémoire sur les effets électriques produits sous l'influence des rayons solaires », le 29 juillet 1839, sur le site gallica.bnf.fr, consulté en février 2018.
  2. Bernard Pire, « La Découverte de la radioactivité naturelle », sur Encyclopædia universalis (consulté le 2 avril 2017).
  3. Jérôme Fatet, Les recherches d'Edmond Becquerel sur la nature de la lumière entre 1839 et 1843 : Histoire d'une interaction réussie entre science et photographie, Université Claude-Bernard-Lyon-I, , 213 p. (lire en ligne), p. 28.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]