Edmond Lévy (cinéaste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Edmond A. Lévy)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lévy et Edmond Lévy.
Edmond Lévy
Naissance
Casablanca (Maroc)
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 69 ans)
Paris
Profession réalisateur

Edmond Lévy est un réalisateur français originaire de Gibraltar[réf. nécessaire], né de nationalité britannique le à Casablanca (Maroc), mort à Paris le (à 69 ans).

Biographie[modifier | modifier le code]

Études secondaires au lycée Lyautey de Casablanca. Élève de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, puis de l'IDHEC (quatrième promotion).

Élève de Georges Sadoul et Jean Mitry, Edmond Lévy est l'un des pionniers du film sur l'art au cinéma et à la télévision. Produit par Anatole Dauman (Argos Films) puis Pierre Schaeffer (Service de la recherche de la télévision Française), il réalise principalement des documentaires, consacrés notamment à Brueghel l'ancien (1952, sélection française au festival de Cannes 1953, texte d'André Chamson dit par Michel Bouquet), Denise Colomb (1960), Nicolas de Staël (1963) et Francis Bacon (1970), qui sont les premiers sur ces artistes. Il est le collaborateur artistique de Max-Pol Fouchet sur Terre des Arts (1964-1974), première série sur l'art à la télévision française. Mélomane lié à Henri Sauguet, Yvonne Lefébure et Maurice Ohana, il se tourne ensuite vers la musique avec des films sur Alfred Cortot, Jacques Thibaud et surtout Bohuslav Martinů en 1987, qu'il a contribué à faire connaître en France.

Diplômé de l'IDHEC en 1947 où il fréquente Alain Resnais, Claude Sautet, Jean-Christophe Averty et François Billetdoux, il fait son apprentissage au Maroc comme assistant-stagiaire sur Othello d'Orson Welles en 1952, puis auprès de Jean Renoir, Billy Wilder, Vincente Minnelli, Martin Ritt, Jacqueline Audry (Huis clos, 1954), Alexandre Astruc (Les Mauvaises Rencontres, 1955), ou André Cayatte. Dans les années 50, pour divers projets qu'il met en œuvre, il fréquente Le Corbusier (La Cité radieuse, 1950), Jean-Christophe Averty (L'érotisme, 1955), Jean Cocteau (La Chapelle Saint Pierre de Villefranche - avec Resnais, 1957) et Jean Cayrol (L'oiseau a vu tout cela, 1959). Tiré d'une nouvelle de Pierre Moinot, il réalise en 1960 un court métrage de fiction, La Blessure, co-produit par son ami Jean-Daniel Pollet (post-production), qui donne l'un de ses tout premiers rôles à Bernard Fresson et sort en salle en première partie de La Vérité de Clouzot.

Il est l'auteur d'un roman : La Fin du premier jour (Gallimard, 1956), de Scalpel de l'indécence, un ouvrage sur Jean Raine (Paroles d'Aube, 1994), ainsi que du catalogue commémoratif du cinquantenaire du Prix Long-Thibaud en 1993.

Son Max-Pol Fouchet, profil d'une œuvre (CD, éditions Adès) a obtenu le Grand Prix de l'Académie Charles-Cros en 1990 (Prix de la parole enregistrée).

Chevalier des Arts et Lettres en 1992, entré dans le Dictionnaire des réalisateurs de Jean Tulard (Bouquins-Laffont), il meurt à Paris le .

Il est le père de Stéphan Lévy-Kuentz et de François Lévy-Kuentz.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Réalisateur
Scénariste, dialoguiste

Télévision[modifier | modifier le code]

Documentaires
Émissions

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Fin du premier jour, roman, Gallimard, 1956, notice BnF no FRBNF41662271 (première liste Goncourt).
  • Scalpel de l'indécence, préface et entretiens avec Jean Raine, poète et peintre belge, éd. Paroles d'Aube, 1994
Presse
  • Ménalque et Chaplin, essai (Combat, 1957)
  • De Bruegel à Goya, essai (Les Lettres françaises, 1959)
Plaquettes commémoratives
  • Cent ans d'École alsacienne (1974), texte commémoratif du centenaire
  • Jacques Thibaud ou le violon heureux (1993), cinquantenaire du concours Long/Thibaud
Dictionnaires
  • Dictionnaire encyclopédique Quillet (1965) : « L'école documentaire française » (p. 1183), avec Franju, Resnais, Kast, Leenardt et Mitry.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Grand prix du disque de l'Académie Charles Cros, 1990. Prix de la Parole enregistrée pour Max Pol Fouchet, profil d'une œuvre, CD, éditions ADES
  • Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres, 1992

Divers[modifier | modifier le code]

  • Membre de la Commission du répertoire et sociétaire de la SCAM-SGDL (1987-1989)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bruegel l'Ancien sur film-documentaire.fr (page consultée le 3 juin 2009)
  2. festival de Cannes 1953
  3. Bohuslav Martinu sur Télérama.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]