Edme Mentelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Edme Mentelle
Image dans Infobox.
Edme Mentelle (1801)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Pseudonymes
M. l'abbé D. C. d'H ***, M ***Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de

Edme Mentelle, né le [1] à Paris où il est mort le [2], est un géographe français. Il est l'auteur d'un grand nombre d'ouvrages dont plusieurs ont eu beaucoup de succès et d'un Atlas universel composé de 170 cartes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le frère de François Simon Mentelle (1731-1799 Cayenne), ingénieur géographe en Guyane[3].

Élève de Jean-Baptiste-Louis Crevier au collège de Beauvais, Mentelle obtient un emploi dans l'administration des fermes générales. Il publie quelques poésies et comédies sans rencontrer le succès, puis se met à l'étude de la géographie et devient professeur de géographie et d'histoire à l'École militaire (attesté en 1781).

En 1786, pour le fils aîné de Louis XVI, il réalise avec Jean Tobie Mercklein un globe composite, voire « gigogne », comprenant trois éléments : sa face externe représente le globe terrestre ; sa face interne, la voûte céleste ; à l'intérieur, une boule figure les profondeurs des mers. Il est exposé dans les appartements du dauphin au château de Versailles (V 5243 ; dépôt du département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France, Ge A 356 Rés.).

Il est l'auteur des volumes consacrés à la Géographie ancienne par l'Encyclopédie méthodique.

Dès les années 1780, il est très proche de Jacques Pierre Brissot (il est parrain de son second fils en 1785) et de Madame Roland[4].

Partisan de la Révolution, il enseigne aux Écoles centrales, puis à l'École normale. Il est élu membre de l'Institut national des sciences et des arts en 1795.

Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1814.

Famille[modifier | modifier le code]

Il épouse en premières noces Catherine Vincent, fille de Bernard Vincent, maître de danse de l’École royale militaire, et de Marie Madeleine Malter, issus d'une grande famille de maîtres de danse[5]; en secondes noces en 1806 Pomme Reine de la Gorinière, âgée de 34 ans.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Biographie universelle, tome XXVII, p. 658.
  2. « Précis analytique des travaux de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen », Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen, p. 39.
  3. Noyer, « Notice sur la vie et les travaux de Simon MENTELLE, ingénieur géographe à Cayenne », Annales maritimes et coloniales, Volume 19, p. 297-310. Numérisé.
  4. Claude Perroud, « Appendice S. MENTELLE », Lettres de Madame Roland de 1780 à 1793, Paris, Imprimerie nationale, 1900-1902, p. 767-777. Numérisé.
  5. Archives nationales, Y5081A, 1e mai 1781, envoi en possession Vincent, suivi d'un acte de notoriété du 28 avril 1781 établi par Jacques Pierre Brissot. Numérisé sur famillesparisiennes.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michael Heffernan, « Edme Mentelle’s Geographies and the French Revolution », dans David N. Livingstone, Charles W. J. Withers (éd.), Geography and Revolution, Chicago, University of Chicago Press, 2005, p. 273-303.
  • Leslie R. Marchant, « Edmunde Mentelle, 1730–1815 and François-Simon Mentelle, 1731–1799 », Geographers: Biobibliographical Studies, 11, 1987, p. 93-103.
  • Claude Perroud, « Appendice S. MENTELLE », Lettres de Madame Roland de 1780 à 1793, Paris, Imprimerie nationale, 1900-1902, p. 767-777. Numérisé.
  • Claude Perroud, « Jany, le dernier correspondant de Madame Roland », La Révolution française, janvier 1896, tiré à part de 36 pages, numérisé.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :