Edith Tudor-Hart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Suschitzky.
Edith Tudor-Hart
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 64 ans)
Brighton, Angleterre
Nom de naissance
Edith Suschitzky
Nationalité
Activité
Mouvement
Compléments
Espionne pour le NKVD

Edith Tudor-Hart, née Suschitzky le à Vienne (Autriche) et morte le à Brighton, en Angleterre, est une photographe britannique d'origine austro-hongroise dont certaines des œuvres sont exposées à la National Gallery de Londres. De convictions communistes, elle recruta pour le NKVD avant-guerre des étudiants d'Oxford et de Cambridge, dont Kim Philby et Arthur Wynn. Son frère Wolfgang Suschitzky est un photographe connu en Grande-Bretagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

icône image Image externe
Portrait d'Edith Tudor-Hart.

Edith Suschitzky naît dans la famille d'un libraire juif de Vienne. Elle étudie la photographie au Bauhaus de Dessau, mais gagne ensuite sa vie comme jardinière d'enfants pour les classes maternelles de l'école Montessori de Vienne. Elle utilise la photographie comme un moyen d'expression et de propagation de ses idéaux anti-fascistes et pro-communistes. Elle fait la connaissance en 1926 du Britannique Alex Tudor-Hart, qui étudie alors la chirurgie orthopédique à Vienne et qui appartient à une famille d'artistes cultivée de gauche. C'est un ancien étudiant de John Maynard Keynes à Cambridge, et plus tard de Melanie Klein. Le couple se marie en 1933, puis s'installe à Londres pour échapper à la surveillance policière. Lui aussi communiste, il fait la guerre d'Espagne du côté républicain en tant que médecin entre décembre 1936 et octobre 1938 et développe un système de soins post-fractures.

Pendant ce temps Edith Tudor-Hart photographie pour des magazines comme The Listener, The Social Scene ou Design Today. Elle fait des reportages photographiques sur les réfugiés de la guerre d'Espagne et sur la région du nord-est de l'Angleterre en plein déclin industriel. Elle se focalise à la fin des années 1930 sur les problèmes de société, en particulier ceux de la politique du logement et des enfants handicapés.

Ce changement est peut-être dû à la séparation d'avec son mari à son retour de la guerre d'Espagne et à la naissance de leur fils Tommy,schizophrène incurable. Leur autre fils Julian (né en 1927) sera médecin aussi.

La vie d'Edith Tudor-Hart est racontée en 2016 par son neveu Peter Stephan Jungk[1].

Recrutement pour le NKVD[modifier | modifier le code]

Edith Tudor-Hart a été un élément-clef pour le recrutement des Cinq de Cambridge et ceux autour d'Arthur Wynn qui firent tant de dommages aux services secrets britanniques après-guerre, jusqu'à leur découverte dans les années 1960.

Elle avait fait la connaissance à Vienne avant son mariage d'Arnold Deutsch en 1926 qui la fait aussitôt collaborer pour le département des relations internationales du Komintern, organisme international de liaison. Elle suggère à Deutsch de recruter Kim Philby et sa future épouse Litzi, à leur retour de Vienne et elle recrute elle-même Arthur Wynn qui formera un cercle d'influence à Oxford. Elle agit en tant qu'intermédiaire entre Anthony Blunt et Bob Stewart en 1940.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Peter Stephan Jungk (trad. de l'allemand par Denis Michelis), La chambre noir d'Edith Tudor-Hart : histoire d'une vie, Jacqueline Chambon, (ISBN 9782330070342, OCLC 968337566, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]