Edith Hudson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Edith Hudson
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Distinction

Edith Hudson (née en 1872) est une infirmière et suffragette britannique, membre de la branche d'Édimbourg de la Women's Social and Political Union.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hudson naît en 1872 en Écosse[1] Elle est infirmière à Édimbourg, puis se consacre au mouvement suffragiste[2].

Hudson est membre de la branche d'Édimbourg de la WSPU et participe à des manifestations en Écosse et à Londres. Elle organise des réunions de l'Union à son domicile de Melville Pace[3]. Elle est arrêtée une première fois en lors d'une manifestation organisée à l'occasion d'un discours prévu du député libéral Edward Gray[4]. Elle est accusée de trouble à l'ordre public et plaide coupable, mais elle indique que ses actions étaient « purement politiques » et nécessaires car le gouvernement refuse d'entendre des questions sur le droit de vote des femmes qui ont été posées de manière constitutionnelle et pacifique[5] Elle est condamnée à une amende de 5 £ ou à trente jours d'emprisonnement, et elle choisit d'aller en prison. Elle est incarcérée à la prison de Calton à Édimbourg, avec une autre suffragette, Elsie Roe-Brown. Des membres de la WSPU d'Édimbourg se rassemblent devant la prison pour encourager les deux détenues.

Elle participe le à une manifestation de la WSPU à la Chambre des communes, avec d'autres militantes suffragistes d'Édimbourg, dont Jessie C. Methven, Alice Shipley, Elizabeth et Agnes Thomson et Mme N. Grieve[6] Elle fait partie des nombreuses manifestantes arrêtées ce jour-là[7]. Hudson avait déjà été arrêtée à Londres en [1].

Grèves de la faim[modifier | modifier le code]

Edith Hudson est signataire du mouchoir des suffragettes.

En mars 1912, Hudson participe à la campagne de bris de vitre organisée par la WSPU à Londres. Elle est condamnée à une peine qu'elle effectue à la prison de Holloway[8]. Elle entame une grève de la faim et est nourrie de force[8],[9].

En mai 1913, Hudson est accusée d'avoir tenté de mettre le feu à la tribune de l'hippodrome de Kelso, avec Arabella Scott, Elizabeth Thomson et Agnes Thomson, et elle est condamnée à neuf mois d'emprisonnement à la prison de Calton[7]. Les prisonnières font une grève de la faim[10] et sont libérées, après sept jours, en vertu du Cat and Mouse Act[11].

Hudson reçoit une Hunger Strike Medal « pour la vaillance » décernée par la WSPU.

Après sa libération, Hudson séjourne chez le Dr Grace Cadell, qui offrait son hospitalité aux suffragettes libérées[8]. Elle y est interviewée par un journaliste qui indique qu'elle est suffisamment en forme pour retourner finir sa peine à la prison de Calton[12]. Cependant, aucune des suffragettes libérées selon le Cat and Mouse Act n'est revenue en prison et Hudson a « disparu ».

Comme beaucoup de suffragettes à l'époque, Hudson utilise un pseudonyme pour échapper à la police et est également connue sous l'identité de Mary Brown[8],[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Suffragette Amnesty of August 1914: index of women arrested 1906-1914. Home Office: Registered Papers. Suffragette Collection. National Archives. Ref. HO 45/24665.
  2. The Suffragist Disturbances. The Scotsman. Edinburgh. .
  3. Edinburgh Suffragists and the London Raids. The Scotsman. Edinburgh. .
  4. Exciting Suffragist Scenes in the Streets. The Scotsman. Edinburgh .
  5. The Leith Suffragist Disturbance. The Scotsman. Edinburgh. .
  6. The Suffragist Disturbances. The Scotsman. Edinburgh. .
  7. a et b Elizabeth Crawford, The Women's Suffrage Movement: A Reference Guide 1866-1928, Routledge, 1999.
  8. a b c et d Leah Leneman, A Guid Cause. Women's Suffrage Movement in Scotland, Aberdeen University Press.
  9. E.S. Pankhurst, The Suffragette Movement: An Intimate Account of Persons and Ideals, Londres, 1931, p. 218.
  10. J. F. Geddes, « Culpable Complicity: the medical profession and the forcible feeding of suffragettes, 1909–1914 », Women's History Review, vol. 17, no 1,‎ , p. 79-94 (lire en ligne, consulté le 29 juin 2020).
  11. Another Edinburgh Hunger-striker Released. The Scotsman. Edinburgh .
  12. Edinburgh Evening Dispatch. .
  13. Roll of Honour of Suffragette Prisoners 1905-1914. c.1960. Held by: London University: London School of Economics, The Women's Library.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Elizabeth Crawford, The Women's Suffrage Movement : A Reference Guide 1866-1928, Routledge, , 804 p. (ISBN 0415239265).
  • Leah Leneman, A Guid Cause : Women's Suffrage Movement in Scotland, 320 p. (ISBN 1873644485).

Articles connexes[modifier | modifier le code]