Edgar de Ségur-Lamoignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Edgar-Adolphe-Louis, comte de Ségur-Lamoignon, est un diplomate, homme de lettres et homme politique français, né le à Aube et mort le au château de Méry-sur-Oise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Eugène de Ségur et de Sophie Rostopchine, il entra dans la carrière diplomatique et fut, sous le second Empire, secrétaire de légation à Munich, puis premier secrétaire d'ambassade à Constantinople.

Le , il est élu député au Corps législatif dans la 3e circonscription de la Meuse. Son élection avait été l'une des deux contestée à l'ouverture de la législature, il donna sa démission ; Émile Ollivier, qui voulait engager un débat à fond sur les élections de 1857, à propos de l'élection de la Meuse, demanda en vain que la démission fût refusée : le président lui retira la parole, la démission mettant fin à toute discussion. Ségur obtint le renouvellement de son mandat le , critiqua en l'indécision de la politique impériale vis-à-vis du Piémont, et vota d'ailleurs avec la majorité dynastique jusqu'aux élections générales de 1863, qui l'éloignèrent de la vie politique.

En 1876, il devient redacteur en chef de l'Association catholique, revue des questions sociales et ouvrières, l'organe officiel de l'Œuvre des cercles catholiques d'ouvriers.

Retiré dans ses propriétés du Morbihan, il protesta, en , dans une lettre à L'Univers, contre le pillage de trente et une églises dans le seul arrondissement de Lorient.

Portrait de son épouse, par Ingres.

Son oncle Adolphe de Ségur-Lamoignon étant mort sans postérité, il fut autorisé à relever le nom de Lamoignon par décret du .

Marié à Marie de Reiset, fille de Frédéric Reiset, il est le père de :

Il était chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur, de l'ordre royal de Dannebrog, de l'ordre de Pie IX, de l'ordre de Charles III d'Espagne, de l'ordre royal de François Ier, commandeur de l'ordre de Saint-Grégoire-le-Grand de l'ordre du Saint-Sépulcre et de l'ordre du Médjidié.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • « Le Domaine et les seigneurs de Méry. Notice historique » (1869)
  • « Histoire seigneuriale, civile et paroissiale de Méry-sur-Oise:La seigneurie. Première partie » (1892)

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]