Écotay-l'Olme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ecotay-l'Olme)
Aller à : navigation, rechercher
Écotay-l'Olme
Le donjon d'Écotay.
Le donjon d'Écotay.
Blason de Écotay-l'Olme
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Canton Montbrison
Intercommunalité Communauté d'agglomération Loire Forez
Maire
Mandat
Pierre Bayle
2014-2020
Code postal 42600
Code commune 42087
Démographie
Population
municipale
1 245 hab. (2014 en augmentation de 13,08 % par rapport à 2009)
Densité 191 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 23″ nord, 4° 02′ 26″ est
Altitude Min. 416 m
Max. 667 m
Superficie 6,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Écotay-l'Olme

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Écotay-l'Olme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Écotay-l'Olme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Écotay-l'Olme
ECOTAY.jpg

Écotay-l'Olme est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ecotay-l'Olme fait partie de l'aire urbaine de Montbrison, une sous-préfecture du département de la Loire dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Histoire[modifier | modifier le code]

En haut d'un éperon rocheux situé au confluent de deux rivières, le Cotayet et la Chavaran, se trouve le village pittoresque de Vieil Écotay.
Ce site était le siège d'une des quatre baronnies du Forez[1]. Un de ses premiers seigneur serait un Écossais. Il aurait donné son nom au site, d'abord écrit Escotay puis Écotay. Le château a d'abord appartenu aux comtes de Forez. Le site comprenait le château des barons d'Écotay et une église. On note un Bertrandus d'Escotay entre 1203 et 1215. En 1217, consécration de l'église Saint-Étienne.

La seigneurie d'Écotay passa au XIIIe siècle à la famille de Lavieu. À la mort de Jean de Lavieu, baron d'Écotay sans héritier direct en 1478, la seigneurie revint à la famille de Talaru-Chalmazel. Les seigneurs suivant ont été les de La Rue, de Rivarol et de Meaux. La seigneurie a été transférée au XVIIIe siècle au château de Quérezieux.

En 1789, Écotay est dit village annexe de la paroisse de Bard.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Écotay-l'Olme Blason De gueules au dauphin d'or entortillé sur une croix latine du même; chaperonné crénelé à plomb d'argent.; à la bordure d'azur chargée de onze grains de blé d'or ordonnés 5, 2, 2 et 2 et d'une jumelle ondée d'argent en pointe.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Écotay-l'Olme
Parti:au 1er de sable semé d’étoiles d’or, au lion du même brochant sur le tout, au 2e de gueules au chef de vair de deux tires.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Le maire sortant ne s'est pas représenté aux élections municipales de 2014 avec un taux de participation de 69,74 %. 15 sièges sont pourvus mais seul le maire, Pierre Bayle, représente la commune au conseil communautaire[2].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Michel Drutel    
mars 2014 en cours Pierre Bayle    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2014, la commune comptait 1 245 habitants[Note 1], en augmentation de 13,08 % par rapport à 2009 (Loire : +1,5 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
225 254 252 392 392 404 437 496 468
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
456 474 456 419 448 488 507 481 466
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
420 419 389 356 332 308 302 258 284
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
285 339 598 853 1 001 1 111 1 115 1 116 1 190
2014 - - - - - - - -
1 245 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Donjon d'Écotay. Il subsiste les vestiges du donjon du château dont la construction a été entreprise dès le XIe siècle. Le château appartenait aux comtes de Forez. La famille Chauderaon d'Écotay était proche des comtes de Forez. Les derniers propriétaires du donjon, la famille de Meaux, en a fait don à la commune en 1982.
  • Église d'Écotay[7]. Une chapelle existait dans l'enceinte du château. Probablement trop petite, les barons d'Écotay décidèrent d'en reconstruire une plus grande à l'extérieur. Elle était dédiée à saint Étienne et a été consacrée en 1217 par l'archevêque d'Embrun, Bernard Ier Chabert. Avant la Révolution, la paroisse d'Écotay avait été déplacée à l'église de Bard.
    En 1841, une paroisse est rétablie à Écotay. Le nouveau curé, Jean-Marie Georges Rival (1809-1879)[8] décide d'agrandir l'église d'Écotay en lui ajoutant un transept et un chœur à l'ouest. Le chœur est couvert d'une coupole octogonale sous un haut clocher crénelé. En 1845, le cardinal Bonald, archevêque de Lyon, vient visiter le chantier. En 1856, l'église est pratiquement terminée grâce à un don de l'impératrice Eugénie. Le portail a été fait suivant les plans de Lassus. Mais pour assurer la stabilité de la voûte de la chapelle, il faut la buter. Pour ce faire, l'architecte du département Favrot construisit en 1860 un porche devant le portail
  • Château de Quérézieux[9]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alfred de Meaux (1830-1907), député et sénateur de la Loire, ministre du commerce et de l'agriculture, est mort au château d'Écotay-l'Olme.
  • Le groupe de rock Mickey 3D a débuté dans l'ancienne école d'Écotay-l'Olme reconvertie en salle de répétition, avec l'accord de la mairie[10].
  • Yannick Rolland, Gagnant du championnat 2011 de karting dans la catégorie 125 cm3 à Los Angeles.[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J-E Dufour, Dictionnaire topographique du département de la Loire, 299, Publications de l'Université de Saint-Étienne, Saint-Étienne, 2003 (ISBN 2-86272-412-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]