Échenoz-le-Sec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Echenoz-le-Sec)

Échenoz-le-Sec
Échenoz-le-Sec
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Montbozon et du Chanois
Maire
Mandat
Denis Pageaux
2020-2026
Code postal 70000
Code commune 70208
Démographie
Population
municipale
289 hab. (2021 en diminution de 5,86 % par rapport à 2015)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 32′ 28″ nord, 6° 07′ 21″ est
Altitude Min. 305 m
Max. 469 m
Superficie 15,47 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Besançon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Rioz
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Échenoz-le-Sec
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Échenoz-le-Sec
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
Échenoz-le-Sec
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
Échenoz-le-Sec

Échenoz-le-Sec, prononcé [eʃno'lə'sɛk], est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, la région culturelle et historique de Franche-Comté et la région administrative Bourgogne-Franche-Comté. Le village de Échenoz-le-Sec appartient à l'arrondissement de Vesoul et au canton de Rioz. Le code postal du village de Échenoz-le-Sec est 70000 et son code Insee est 70208.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'altitude de la mairie est de 320 mètres environ. Les altitudes minimum et maximum sont respectivement de 305 et 469 m.

La superficie du village est de 15,47 km2 soit 1 547 hectares. La latitude d'Échenoz-le-Sec est de 47,54 degrés nord et sa longitude est de 6,121 degrés est.

Les coordonnées géographiques de la commune en Degré Minute Seconde calculées dans le système géodésique WGS84 sont 47° 32' 26 de latitude nord et 06° 07' 19 de longitude est. Les coordonnées géographiques d'Échenoz-le-Sec en Lambert 93 du chef-lieu en hectomètres sont: X = 9 348 hectomètres Y = 67 202 hectomètres.

La commune est traversée par la N 57E 23.

Situation d'Échenoz-le-Sec.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Le hameau des "Gambes" se situe à ≈4 km d'Échenoz-le-Sec, à proximité de la D25.

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Lorraine, plateau de Langres, Morvan, caractérisée par un hiver rude (1,5 °C), des vents modérés et des brouillards fréquents en automne et hiver[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,9 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 081 mm, avec 13 jours de précipitations en janvier et 10 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Frotey_sapc », sur la commune de Frotey-lès-Vesoul à 10 km à vol d'oiseau[3], est de 11,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 914,2 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 38,5 °C, atteinte le ; la température minimale est de −14,9 °C, atteinte le [Note 1],[4],[5].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[6]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Échenoz-le-Sec est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[8],[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Besançon, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 312 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (56,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (56,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (44 %), forêts (43,8 %), prairies (10,5 %), terres arables (1,7 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le site d'Échenoz-le-Sec était sans doute déjà occupé pendant la préhistoire : un dolmen, dit de la « Grosse Pierre », existe toujours dans la commune. Cette tombe néolithique datant de 3000 ans avant notre ère est classée Monument Historique.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, un bourgeois s'installe dans la commune et y fait construire une belle maison (en contrebas du cimetière actuel). La bâtisse fut détruite pendant la guerre de 1870 et ses éléments ont été utilisés pour d'autres constructions de maisons dans le village. Ce fief aurait appartenu à des membres de la famille Ebaudy-de-la-Rochetaillée, riche noblesse de Champagne possédant plusieurs domaines en Haute-Saône[14].

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la commune décide de construire une mairie-lavoir, rue du château (à proximité du carrefour des rues Agelenne, du Magnoray et du Château). Le projet de mairie fut abandonné à la suite de plusieurs constats de malfaçons sur les maçonneries. À partir de 2014, la commune mit en œuvre un programme de restauration de cet édifice dont la structure (notamment les fermes de charpente et les pierres de taille de la façade) étaient déchaussées[15].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom d' "Echenoz-le-Sec" vient du germain esche, le chêne, et de node, vallon encaissé[réf. nécessaire].

À l'origine du toponyme syntagmatique "le-Sec", nous pouvons déduire que Echenoz-le-Sec était un site marécageux, il a donc fallu assécher les marais pour pouvoir y construire le château; d'où le terme de "le sec". N'en reste plus qu'un petit ruisseau qui traverse le village d'est en ouest[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Échenoz-le-Sec faisait partie depuis 1801 du canton de Montbozon[17]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est rattachée au canton de Rioz.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Échenoz-le-Sec était membre de la Communauté de communes du Chanois, créée le .

Dans le cadre de la mise en œuvre du schéma départemental de coopération intercommunale approuvé en décembre 2011 par le préfet de Haute-Saône, et qui prévoit notamment la fusion la fusion des communautés de communes du Pays de Montbozon et du Chanois, afin de former une nouvelle structure regroupant 27 communes et environ 6 500 habitants[18], la commune est membre depuis le de la communauté de communes du Pays de Montbozon et du Chanois[19].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1981   Louis Borey    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 En cours
(au 15 juillet 2020)
Denis Pageaux DVG[20] Chef d'entreprise
Président de la CC du Chanois (juillet 2013 → décembre 2013)
Vice-président de la CC du Pays de Montbozon et du Chanois (2014 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[21],[22],[23]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Evolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[25].

En 2021, la commune comptait 289 habitants[Note 4], en diminution de 5,86 % par rapport à 2015 (Haute-Saône : −1,43 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
462384423473454509505456466
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
477448422389397382345344320
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
303297300254238208202217194
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
144159166255263282305316316
2014 2019 2021 - - - - - -
307292289------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Classement démographique[modifier | modifier le code]

source: annuaire mairie

Classement Habitants Superficie Densité
France 22 174e 11 842e 26 533e
Bourgogne-Franche-Comté 711e 210e 1 237e
Haute-Saône 179e 72e 336e
Arrondissement de Vesoul 100e 47e 191e
Canton de Rioz 17e 7e 39e
Répartition de la population par sexe

Le nombre d'hommes habitant en 2010 est de 50,0 % d'hommes pour 50,0 % de femmes. Sources: annuaire mairie[réf. nécessaire].

Naissances et décès
  • Évolution annuelle
    • 1999 : 4 naissances et 0 décès
    • 2000 : 4 naissances et 4 décès
    • 2001 : 1 naissances et 0 décès
    • 2002 : 2 naissances et 3 décès
    • 2003 : 4 naissances et 2 décès
    • 2004 : 6 naissances et 0 décès
    • 2005 : 5 naissances et 1 décès
    • 2006 : 3 naissances et 3 décès
    • 2007 : 3 naissances et 3 décès
    • 2008 : 4 naissances et 0 décès
  • Évolutions entre deux recensements
    • Entre 1968 et 1975 : 19 naissances et 18 décès.
    • Entre 1975 et 1982 : 16 naissances et 19 décès.
    • Entre 1982 et 1990 : 16 naissances et 24 décès.
    • Entre 1990 et 1999 : 21 naissances et 19 décès.
    • Entre 1999 et 2007 : 29 naissances et 13 décès.
Logements

Lors du recensement de 2007, la commune comptait 130 maisons et 16 appartements

  • Évolution du nombre de logements
    • Recensement de 1968 : 79
    • Recensement de 1975 : 76
    • Recensement de 1982 : 98
    • Recensement de 1990 : 101
    • Recensement de 1999 : 115
    • Recensement de 2007 : 146
  • Nombre d'habitants moyen par logement
    • Recensement de 1968 : 2,01 habitants par logement
    • Recensement de 1975 : 2,18 habitants par logement
    • Recensement de 1982 : 2,60 habitants par logement
    • Recensement de 1990 : 2,60 habitants par logement
    • Recensement de 1999 : 2,45 habitants par logement
    • Recensement de 2007 : 2,16 habitants par logement
  • Répartition du nombre de résidences principales de la commune par nombre de pièces en 2007 :
    • Nombre de résidences principales d'une pièce : 0
    • Nombre de résidences principales de deux pièces : 4
    • Nombre de résidences principales de trois pièces : 12
    • Nombre de résidences principales de quatre pièces : 12
    • Nombre de résidences principales de cinq pièces et plus : 74
  • Date d'emménagement des ménages dans leur logement (données 2007)
    • Nombre de ménages ayant emménagé depuis moins de 2 ans : 12
    • Nombre de ménages ayant emménagé depuis 2 à 4 ans : 15
    • Nombre de ménages ayant emménagé depuis 5 à 9 ans : 29
    • Nombre de ménages ayant emménagé depuis 10 ans ou plus : 70
  • Forme d'habitation des résidences principales de Échenoz-le-Sec en 2007
    • Nombre de résidences principales occupées par des propriétaires : 96
    • Nombre de résidences principales occupées par des locataires : 26
    • Nombre de résidences principales occupées gratuitement : 4

Densité[modifier | modifier le code]

La densité de population d'Échenoz-le-Sec est de 20,7 hab/km².

Équipements municipaux[modifier | modifier le code]

Le village comprend une salle polyvalente, un stade ainsi qu'un terrain de pétanque et d'une aire de jeu pour les enfants de moins de 6 ans.[réf. nécessaire]

Économie[modifier | modifier le code]

Taxe d'habitation 5.07 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties 8.42 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties 24.37 %

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Échenoz-le-Sec et Frotey-lès-Vesoul », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Frotey_sapc », sur la commune de Frotey-lès-Vesoul - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Frotey_sapc », sur la commune de Frotey-lès-Vesoul - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  6. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le ).
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le ).
  8. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Besançon », sur insee.fr (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  14. « Échenoz-la-Méline. L’ancienne maison bourgeoise devenue école », sur estrepublicain.fr (consulté le ).
  15. « Les deux lavoirs d'Échenoz-le-Sec », sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté (consulté le ).
  16. « Cadastre Echenoz-le-Sec », sur lecadastre.com (consulté le ).
  17. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011, portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le ), p. 3.
  19. « Présentation de la CCPMC », Communauté de communes du Pays de Montbozon et du Chanois (consulté le ).
  20. « Extrait de la fiche de M. Denis Pageaux », sur lesbiographies.com, (consulté le ).
  21. « Échenoz-le-Sec : Denis Pageaux, prêt pour un second mandat », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  22. « Échenoz-le-Sec : nouveau mandat pour Denis Pageaux », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  23. « Denis Pageaux reconduit pour un troisième mandat », L'Est républicain,‎ 24/5/2020 mis à jour le 2/6/2020 (lire en ligne, consulté le ).
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  27. Notice no PA00102149, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.