Eberhard von Mackensen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Eberhard von Mackensen
Eberhard von Mackensen, deuxième à partir de la gauche
Eberhard von Mackensen, deuxième à partir de la gauche

Naissance
Bydgoszcz, Empire allemand
Décès (à 80 ans)
Alt-Mühlendorf, Allemagne
Origine Allemand
Allégeance Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand (en 1918)
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of the German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Grade General der Kavallerie
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Distinctions Croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne

Eberhard von Mackensen ( à Bydgoszcz à Alt-Mühlendorf) est un général allemand durant la Première et Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils du maréchal August von Mackensen et le frère de Hans Georg von Mackensen.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il commanda le III. Armeekorps, devenu ensuite le III. Panzerkorps. Puis la 1. Panzer-Armee à partir du , alors engagée dans le Caucase à la suite de l'opération Fall Blau. À la suite de la deuxième phase de la contre offensive soviétique de Stalingrad, l'unité doit se replier fin janvier 1943 vers Rostov, puis est envoyée en Ukraine dans le secteur de Sloviansk par Erich von Manstein début février. Von Mackensen participe ainsi à la Troisième bataille de Kharkov. Après divers combats défensifs en été sur le Donetz puis en automne sur le Dniepr, il part commander la nouvelle 14. Armee formée en Italie le

Il dirige la 14. Armee jusqu'en juin 1944. En mars 1944, il est informé par Kurt Mälzer d'une attaque partisane à Rome contre le régiment SS Bozen. Kurt Mälzer, sous les ordres de Adolf Hitler, ordonne le massacre qui est ensuite planifié et exécuté par les SS, sous Herbert Kappler qui avait demandé une rafle et l'exécution sommaire de résidents italiens de la Via Rasella, où l'attaque avait eu lieu. Mackensen a déclaré que l'exécution était excessive. Les ordres étaient l'exécution de dix Italiens pour chaque soldat allemand tué, considéré comme le Massacre des Fosses ardéatines[1].

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Citations
  1. (de) Veit Scherzer, Die Ritterkreuzträger : die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchivs, Ranis/Jena, Scherzers Militaer-Verlag, (réimpr. 2005, 2006), 846 p. (ISBN 3-938-84517-1 et 978-3-938-84517-2, OCLC 891773959).
  2. a et b Scherzer 2007, p. 522.
Bibliographie
  • (de) Dr Gerd F. Heuer – Die Generalobersten des Heeres, Inhaber höchster Kommandostellen 1933-45, (ISBN 3-8118-1408-7)
  • (de) Scherzer, Veit (2007). Ritterkreuzträger 1939–1945 Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives. Jena, Allemagne: Scherzers Miltaer-Verlag. (ISBN 978-3-938845-17-2).