Eaux du Pré-Saint-Gervais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fontaine du Pré-Saint-Gervais, en face de l'hôtel-de-ville

Les eaux du Pré-Saint-Gervais sont un ensemble d'aménagements hydrauliques situés à Paris et au Pré-Saint-Gervais, en France, permettant de conduire les eaux des sources des collines du Pré-Saint-Gervais vers les zones en contrebas[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Les aménagements s'étendent sur la commune du Pré-Saint-Gervais et le 19e arrondissement de Paris.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les eaux du Pré-Saint-Gervais sont un ensemble de rigoles acheminant les suintements du sol sablonneux de la colline vers des bassins, puis vers un aqueduc central permettant le transport de l'eau vers Paris, en contrebas.

Le parcours du réseau est jalonné de regards permettant de contrôler la qualité des eaux. Certains de ces regards ont disparu, mais subsistent encore les regards du Trou-Morin, des Maussins, du Bernage, ainsi que la fontaine du Pré-Saint-Gervais.

Historique[modifier | modifier le code]

Selon Bournon (1903), la captation des eaux du coteau de Romainville et notamment celles du Pré-Saint-Gervais serait d’abord l’œuvre des religieux du prieuré Saint-Lazare afin d’alimenter leur monastère. En 1178, les moines de la léproserie de Saint-Lazare acquirent le droit de construire un aqueduc à travers les vignes d'un particulier et d'y envoyer des ouvriers y faire les réparations nécessaires. Les eaux d’une source voisine du village du Pré-Saint-Gervais auraient ainsi été conduite vers le regard de la fontaine du Pré-Saint-Gervais avant d’être dirigées vers le prieuré. Les sources du Pré-Saint-Gervais sont canalisées par les moines de la léproserie de Saint-Lazare, à qui appartiennent alors les terrains.

Vers 1182, le roi Philippe-Auguste négocie avec les religieux de Saint-Lazare pour que les eaux alimentent désormais les premières fontaines publiques parisiennes.

Avec l’industrialisation de la commune ce sont des eaux polluées qui stagnent avant de s’infiltrer dans le sol. Bientôt, les eaux souterraines, dont le volume a énormément baissé, deviennent impropres à la consommation. Dès 1862, l’eau de source du Pré Saint-Gervais, pourtant courue deux cents ans auparavant, est décrite comme dure et plâtreuse et ne sert plus qu’au nettoyage des rues et des égouts.

Plusieurs sources dont quatre regards sur l'aqueduc construit au XIIIe siècle par la léproserie de Saint-Lazare (située à l'emplacement de l'ancienne Prison Saint-Lazare à Paris) pour acheminer les eaux du Pré vers leurs établissements constituaient le réseau des « anciennes eaux » de la ville.

Il subsiste quatre regards :

Ces ouvrages sont classés au titre des monuments historiques en 1899.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Histoire d'eau dans le Pré », Ville du Pré-Saint-Gervais