Earth Moving

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Earth Moving
Album de Mike Oldfield
Sortie
Enregistré Roughwood Studios
Durée 41:15
Genre Pop
Producteur Daniel Lazerus et Mike Oldfield
Label Virgin

Albums de Mike Oldfield

Earth Moving est le 11e album studio du musicien britannique Mike Oldfield ; il est sorti en 1989.

Titres[modifier | modifier le code]

No Titre Durée
1. Holy (Adrian Belew) 4:37
2. Hostage (Max Bacon) 4:09
3. Far Country (Mark Williamson) 4:25
4. Innocent (Anita Hegerland) 3:30
5. Runaway Son (Chris Thompson) 4:05
6. See The Light (Chris Thompson) 3:59
7. Earth Moving (Nikki 'B' Bentley) 4:03
8. Blue Night (Maggie Reilly) 3:47
9. Nothing But/Bridge To Paradise (Carol Kenyon/Max Bacon) 8:40

Certifications[modifier | modifier le code]

Pays Ventes Certification
Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest[1] 250 000+ Disque d'or Or
Drapeau de l'Espagne Espagne[2] 50 000+ Disque d'or Or
Drapeau de la France France[3] 100 000 + Disque d'or Or

Personnel[modifier | modifier le code]

Notes et anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Il s'agit du premier album d'Oldfield composé exclusivement de chansons. Il réitèrera cette formule avec son album Man on the rocks paru en 2014.
  • Parmi les chanteurs et chanteuses sollicités, on notera entre autres la présence d'Anita Hegerland (la femme d'Oldfield à l'époque), mais aussi celle d'Adrian Belew de King Crimson et le retour de Maggie Reilly, ainsi que Max Bacon anciennement de GTR et Chris Thompson que l'on peut aussi entendre avec Alan Parsons Project.
  • Contrairement aux apparences, Nothing But/Bridge To Paradise n'est pas un instrumental de fin d'album (comme The Lake sur Discovery, mais deux chansons, qui de plus sont clairement séparées. Parmi les raisons à cette "curiosité", certains avancent comme argument qu'il fallait tromper le public.
  • Avec cet album, Oldfield exploite pleinement les possibilités de la technologie avec des claviers et des synthétiseurs dernier cri ; l'intégralité de la percussion, par exemple, est synthétique. Mais insatisfait par les sonorités et surtout la direction artistique choisie (ou subie par Richard Branson), il décidera de changer radicalement avec son album suivant, Amarok.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mike Oldfield Search sur musikindustrie.de
  2. (es) Fernando Salaverri, Sólo éxitos: año a año : 1959-2002, Iberautor Promociones Culturales, (ISBN 8480486392), p. 925
  3. Certifications Mike Oldfield sur infodisc.fr