Front populaire de libération de l'Érythrée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis EPLF)
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Le Front populaire de libération de l'Érythrée est une organisation politique et militaire créée par des dissidents chrétiens et des musulmans progressistes du Front de libération de l'Érythrée (FLE). Bien que fondée officiellement en février 1972, l'organisation avait émergé auparavant à travers diverses opérations. Elle a été remplacée en 1994 par le Front populaire pour la démocratie et la justice.

Naissance du FPLE[modifier | modifier le code]

Le FPLE émerge au début des années 1970, durant la guerre d'indépendance de l'Érythrée, alors que son organisation mère, le Front de Libération de l'Érythrée, tombait dans des luttes intestines entre chrétiens et musulmans, urbains et paysans, socialistes et conservateurs pro-arabes. Trois groupes quittent alors l'organisation, un nommé Obel, un nommé PLF, pour Popular liberation forces, et un groupe autour d'Issayas Afeworki et de son ouvrage Nous et nos objectifs. Les trois groupes se mettent d'accord sur une union, et en 1971 naissent les Forces populaires de libération de l'Érythrée.

Émergence du FPLE[modifier | modifier le code]

Les habitants des zones urbaines, informée de la naissance d'une nouvelle organisation, la rejoignent en masse[réf. nécessaire]. En 1977, alors que le FPLE et le FLE contrôlent la quasi-totalité de l'Érythrée[réf. nécessaire], le premier congrès du FPLE se tient sur les terres libérées et Romedan Mohammed Nur est élu secrétaire-général et un bureau politique est élu, dont Issayas Afeworki ou Mahmud Ahmed Sherifo font partie.

Le FPLE, seule force de résistance[modifier | modifier le code]

En 1981, les troupes du FPLE expulsent les dernières unités du FLE au Soudan. Les guérilleros résistent à toutes les tentatives du Derg et son allié soviétique. Le FPLE, retranché dans la province nord du Sahel, arrive à mettre en place des services sociaux d'une qualité inexistante en Afrique[réf. nécessaire]. Des écoles, des hôpitaux, des camps de réfugiés sont construits et protégés par le FPLE, qui tient à faire une lutte double, armée et sociale. D'obédience marxiste, le FPLE s'attèle à atteindre l'auto-suffisance.

La grande offensive[modifier | modifier le code]

En 1987, le FPLE lance sa grande offensive de libération de l'Érythrée. Afabet et Tessenei tombent en 1988, Massawa en 1990, et Dekemhare et finalement la capitale Asmara en 1991. Le FPLE met en place le Gouvernement provisoire de l'Érythrée, et prépare le référendum d'autodétermination d'avril 1993, où le peuple érythréen opte massivement pour l'indépendance.

Le FPLE donne ensuite naissance au Front populaire pour la démocratie et la justice, qui gouverne l'Érythrée en tant que parti unique.

Liste des secrétaires généraux du FPLE[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Chaliand, La pointe du couteau : Mémoires, t. 1, Paris, Robert Lafont,‎ , 460 p. (ISBN 978-2-221-10366-1), p. 432 Chapitre XIV