Ecocert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis ECOCERT)

Ecocert
Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs William Vidal
Forme juridique SA à conseil d'administration
Siège social L'Isle-Jourdain (Gers)
Drapeau de la France France
Direction Philippe Thomazo
Activité Analyses, essais et inspections techniques (d)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Produits certification biologique
Effectif 1 600[2] (2019)
SIREN 380 725 002
Site web www.ecocert.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Chiffre d'affaires 70 millions [2] (2019)
Résultat net 1 383 100  (2018)[3]

Ecocert est une entreprise française créée en 1991 agissant comme organisme de certification et utilisant son nom comme marque de certification, notamment pour l’agriculture biologique.

Son président et cofondateur est William Vidal.

Historique[modifier | modifier le code]

Ecocert est créé en 1991 avec William Vidal comme cofondateur[4].

En 1991, l'organisme reçoit le 1er agrément "organisme de contrôle en agriculture biologique"[5].

En 1994, Ecocert s’étend à l’international avec une première implantation au Portugal.[réf. nécessaire]

En 2002, l’organisation crée le premier référentiel cosmétique écologique. En 2006, l’entreprise emploie 200 salariés et s’internationalise avec 20 % de chiffre d'affaires à l’étranger[6]. Son siège déménage en à L'Isle-Jourdain dans le Gers[7][source insuffisante].

En 2011, Ecocert rachète le certificateur américain ICO[2].

En , les salariés se mettent en grève pour demander une augmentation de leur salaire[8],[9].

En 2016, Ecocert rachète la société argentine Argencert, et à la fin de l’année 2019, c’est à la société américaine Nature’s International Certification Services de se faire racheter, ce qui amène Ecocert à réaliser 18 % de son chiffre d’affaires mondial sur le continent américain[2].

En 2021, le groupe compte plus de 1 400 salariés et fête ses 30 ans. C'est aussi l'année de l'acquisition de Certysis, pionnier de la certification biologique en Belgique[10], et de Transitions, cabinet de conseil en en stratégie et ingénierie du développement durable[11].

Activité[modifier | modifier le code]

Le principal marché d’Ecocert est la certification de produits biologiques. L’entreprise est la première sur ce marché en France (où elle contrôlait 64 % des opérateurs dans l’agriculture biologique en 2015[12]) et dans le monde[2].

L’entreprise intervient dans divers secteurs et le label Ecocert « En Cuisine » est le premier cahier des charges français dédié à la restauration collective bio. Ce label décerne trois niveaux de certification, en fonction du degré d’engagement des acteurs et en faveur du bio afin de privilégier une alimentation durable[13].

Ecocert propose plusieurs labels[14][source insuffisante].

Depuis 2017, le label de Commerce Equitable Fair For Life délivré par Ecocert, certifie produits alimentaires, vins et cosmétiques mettant en avant des piliers clés : une rémunération juste des producteurs, des conditions de travail justes, le respect des écosystèmes en promouvant la biodiversité et la durabilité des pratiques agricoles ainsi que la recherche d’impact positif à échelle locale[15].

Le chiffre d'affaires de l’entreprise en 2019 s’élève à près de 70 millions d’euros (12 % de plus que l’année précédente), dont 18 % en Amérique, Aux États-Unis, il s’élève à 5 millions de dollars. L’entreprise française détient 23 filiales qui lui assurent 60 % de son activité dans 129 autres pays[2].

Organisation[modifier | modifier le code]

Selon son président William Vidal en 2015, Ecocert est détenue par la holding Sylvestris, dont lui et ses deux enfants sont les uniques gérants. Celle-ci détiendrait « une trentaine » de filiales dans le monde[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Système national d'identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements, (base de données)Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. a b c d e et f Le certificateur bio Écocert se renforce aux États-Unis, Les Échos, 23 décembre 2019.
  3. « ECOCERT (L’ISLE-JOURDAIN) Chiffre d’affaires, résultat, bilans », sur Societe.com, (consulté le ).
  4. « Ecocert et le bio : plaidoyer pour une économie vertueuse », (consulté le ).
  5. « Notre histoire • En Cuisine Bio » (consulté le )
  6. Jean-Luc Bénédini, « Ecocert : de plus en plus international, le groupe prévoit de multiplier par deux son activité dans les 5 prochaines années ! », sur Entreprises Occitanie, (consulté le ).
  7. « ECOCERT (380725002), tous les établissements de l'entreprise », sur Societe.com, (consulté le ).
  8. a et b Marine Vlhahovic, « Grève à Ecocert, le PDG répond : « Je suis un militant du bio, avec des moyens » », sur Reporterre, (consulté le ).
  9. Reporterre, « Les salariés du géant de l'agriculture bio, Ecocert, sont en grève », sur Reporterre, le média de l'écologie (consulté le )
  10. « Certification bio : Ecocert rachète le belge Certisys », sur Les Echos, (consulté le )
  11. First ECO, « Le cabinet parisien Transitions rejoint le groupe gersois Ecocert », sur First ECO, (consulté le )
  12. « Le Label et La Certification ECOCERT Canada » (consulté le )
  13. Le Chef, « Des exigences en bio revues à la hausse pour le label Ecocert « En Cuisine » », sur Restauration Collective, (consulté le )
  14. « Écocert : des certifications biologiques et durables de confiance », sur Toutvert, (consulté le )
  15. Sylvie Leboulenger, « Les marques responsables : Fair for Life, le label équitable qui monte », sur lsa-conso.fr, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]