Duruelo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Duruelo
Blason de Duruelo
Héraldique
Drapeau de Duruelo
Drapeau
L'église de la Nativité de Notre-Seigneur, classée  Monument historique
L'église de la Nativité de Notre-Seigneur, classée Monument historique
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Castille-et-León
Province Province de Ségovie
Comarque Comunidad de Villa y Tierra de Sepúlveda
Budget 413,300 € (2010)
Maire
Mandat
Gregorio San Juan Asenjo
2011
Code postal 40312
Distance de Madrid 6 km
Démographie
Population 176 hab. (2012)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 14′ 09″ N 3° 38′ 55″ O / 41.23583, -3.6486141° 14′ 09″ Nord 3° 38′ 55″ Ouest / 41.23583, -3.64861
Altitude 1 265 m
Superficie 1 726 ha = 17,26 km2
Localisation
Localisation de Duruelo

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Duruelo

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Duruelo
Liens
Site web Ayuntamiento de Duruelo

Duruelo est une commune espagnole proche de Madrid. Elle est située dans la province de Ségovie, communauté autonome de Castille-et-León.

Ce village est célèbre dans les écrits de Thérèse d'Avila car elle y a fondé le premier couvent de carmes déchaux au XVIe siècle, avec Saint Jean de la Croix. Elle y consacre un chapitre dans son ouvrage Les Fondations.

Géographie[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Evolution démographique
1842 1857 1910 1950 1991 1981 1996 2001 2006 2008 2010 2012
149 291 419 369 112 119 155 140 138 163 176 176

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité et Moyen-Age[modifier | modifier le code]

Bien que la présence de pièces de monnaie et de poteries sur le lieu indique un habitat ancien[1], Duruelo est connu historiquement depuis la reconquête castillane et la venue de population venant du village de Duruelo de la Sierra de la Province de Soria. Son nom apparait pour la première fois dans le Cartulario de Silos, acte de donnation du roi Alphonse VI de León daté de l'année 1076[2].

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Le , Thérèse vient fonder à Duruelo[3], le premier couvent de frères Carmes suivant sa réforme de l'Ordre du Carmel. Cette fondation se fait très pauvrement aux dires mêmes de Thérèse, dans une simple maison, avec deux moines : Jean de la Croix et Antoine de Heredia. Thérèse, qui leur rend plusieurs visites, raconte avoir vu les deux frères carmes aller pieds nus dans la neige pour prêcher l'Évangile dans les hameaux voisins[4]. Les oppositions et conflits liés à la réforme Thérésienne ont des répercussions dans le couvent de Duruelo : dans la nuit du , Jean de la Croix est fait prisonnier par une troupe de carmes armés opposés à la réforme des carmes déchaussés. Il est emmené à Tolède et enfermé dans un cachot du couvent. Durant neuf mois il subit des mauvais traitements, qu'il interrompt par son évasion. Après quatre années de tumultes, le calme revient dans l'Ordre du Carmel, et Jean de la Croix pourra revenir dans son couvent de Duruelo.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Saint Jean de la Croix fonde le premier couvent de carmes déchaux de la réforme Thérésienne dans ce village.

Monuments[modifier | modifier le code]

L'église de la Nativité de Notre-Seigneur (Iglesia de la Natividad de Nuestra Señora) est classée au titre des monuments historiques espagnols, comme « bien culturel ». Elle comporte notamment un retable, œuvre peinte au XVIe siècle par un artiste anonyme appelé le maître de Duruelo, ainsi que des peintures d'Alonso de Herrera[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dont des pierres de meule datant de la période romaine.
  2. (es) « Duruelo (Segovia) », sur pueblos-espana.org, Pueblos de Espana (consulté le 21 janvier 2015).
  3. En ancien français, l'orthographe du village de Duruelo est parfois Durvelo.
  4. Thérèse d'Avila et P. Marcel Bouix, Oeuvres de Sainte Thérèse : Livre des fondations, t. 2, Paris, Le Coffre Fils,‎ , 520 p. (lire en ligne), p. Chapitre XIV pages 172 à 184 et notes.
  5. (es) « Iglesia de la Natividad de Nuestra Señora », sur monumentalnet.org, MonumentalNet (consulté le 21 janvier 2015).