Durango (Durango)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Durango (Mexique))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Durango.
Victoria de Durango
Blason de Victoria de Durango
Héraldique
Image illustrative de l'article Durango (Durango)
Administration
Pays Drapeau du Mexique Mexique
État État de Durango
Municipalité Durango
Maire José Ramón Enríquez Herrera
Code postal 34000
Fuseau horaire UTC -6
Indicatif (+52) 618
Démographie
Gentilé (es) duranguense ou durangueño
Population 565 300 hab.[1] (2014)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 24° 01′ 22″ nord, 104° 39′ 16″ ouest
Altitude 1 880 m
Superficie 1 004 100 ha = 10 041 km2
Divers
Fondation
Fondateur Francisco de Ibarra
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mexique

Voir la carte administrative du Mexique
City locator 14.svg
Victoria de Durango

Géolocalisation sur la carte : Mexique

Voir la carte topographique du Mexique
City locator 14.svg
Victoria de Durango
Liens
Site web http://municipiodurango.gob.mx

Durango est la capitale de l'État mexicain de Durango. Son nom officiel est Victoria de Durango, en référence au premier président du Mexique, Guadalupe Victoria, qui était originaire de cet État. Fondée le par Francisco de Ibarra sous le nom de Villa de Durango, elle fut la capitale de la Nouvelle-Biscaye.

La ville est située dans la Valle del Guardiana. En 2014, son territoire était découpé en 731 subdivisions (colonias, ejidos, fraccionamientos, pueblos, rancherias, villas…)[2].

En 2011, la ville comptait 518 709 habitants[3]. En 2014, ce nombre s'élevait à 565 300 habitants[1].

Le centre historique de la ville est constitué, comme beaucoup de villes de Nouvelle-Espagne, d'une place rectangulaire nommée la plaza de Armas, bordée par la cathédrale au nord. Le long de cette place passe la rue 20 de Noviembre, qui est la rue principale de la ville.

Le centre historique de la ville contient le plus grand nombre de bâtiments historiques classés par l'INAH[4]. Durango fait également partie du groupe de villes et villages d'« El Camino Real de Tierra Adentro », déclaré Patrimoine culturel par le UNESCO en 2010[5].

La ville est le site de la foire nationale de Durango tous les ans durant les mois de juin et juillet.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire avait été exploré par les conquistadors espagnols de Cristobal de Oñate, Nuño de Guzman en 1531 et José de Ángulo en 1533. En 1552, une expédition dans le nord de la Nouvelle-Espagne dirigé par Gines Vazquez de Mercado dans le but de trouver des filons d'argent, découvre un important gisement de fer qu'il nomma "Cerro del Mercado". En 1554, Francisco de Ibarra, un explorateur espagnol d'origine basque, est le premier à arriver sur ce territoire et le nomme Valle del Guadiana.

En 1556, Fray Diego de la Cadena, frère franciscain, atteint la vallée et construit la première mission franciscaine dans une petite ville appelée Tepehuano Analco et la baptise San Juan Bautista de Analco. Le nom Analco signifie « à travers l'eau », car la ville était située à proximité de l’Acequia Grande.

Francisco de Ibarra confie à Alonso de Pacheco le tracé de la ville en 1557. Il propose un plan urbain hippodamien avec des rues orientées du nord au sud et d'est en ouest. Étant situé dans une plaine encore déserte, ses bornes ont été fixées : au nord, au Cerro del Mercado, au sud par l'Acequia Grande, à l'ouest par une zone marécageuse et à l'est par la vallée. Les limites originelles de la ville comprennent les rues actuelles de Negrete au nord, 5 Febrero au sud , Francisco Ier Madero à l'est et Constitution à l'ouest. Dès la fondation de la ville, le choix des sites de la Plaza de Armas, de l'hôtel de ville et de la cathédrale de Durango était arrêté. Ce plan d'Alonso de Pacheco fût nommé Villa del Guadiana car situé dans la vallée du même nom : on ignorait le nom qu'Ibarra lui destinait.

La Villa Durango a été fondée le 8 juillet 1563 par Francisco de Ibarra basé sur les plans d'Alonso de Pacheco. Durango est le nom d'une ville de la province espagnole de Biscaye, où Ibarra est né. Son emplacement a été choisi parce qu'il est proche de la mission franciscaine de San Juan Bautista de Analco, d'un fossé d'irrigation, d'un approvisionnement en bois, en gibier et en poissons; de plus, ce site était proche de mines existantes. Pour éviter le dépeuplement de la nouvelle ville, Francisco de Ibarra fait don d'une mine aux indigènes et au clergé local à la condition qu'ils y habitent.

Alors décidé à continuer son expédition et à coloniser la province septentrionale de la Nouvelle-Galice entre 1554 et 1567, Francisco de Ibarra forme la province de Nouvelle-Biscaye - nommée en mémoire de sa province natale dans le Pays basque - qui comprend les états actuels de Durango, Chihuahua et une partie du Sonora, Sinaloa et Coahuila. Il définit la ville de Durango comme la capitale de cette nouvelle province.

Le vice-roi Luis de Velasco nomme Francisco de Ibarra gouverneur de la province le 24 juillet 1562.

En 1620, l'évêché de Durango est créé et en conséquence, en 1621 le roi d'Espagne Felipe IV élève Durango au statut de ville. En 1634, un incendie détruit l'église de l'Assomption de Marie, siège du diocèse. La construction de la cathédrale actuelle commence alors en 1635.

La ville a connu une période difficile au cours du XVIIe siècle, elle était sur le point d'être abandonnée et a subi des attaques d'indiens. Son emplacement stratégique et administratif l'aida pour obtenir du soutien afin d'empêcher son dépeuplement.

Le fer des mines à proximité de la ville n'avait pas, pour la couronne espagnole, la même importance que l'or ou l'argent ; cependant, au cours du XVIIIe siècle, la découverte de plusieurs veines de métaux précieux dans la Sierra Madre occidentale a donné un nouvel essor à la ville avec la construction de palais, manoirs et des bâtiments d'importance qui ont participé ainsi à une augmentation notable de la population. Le 4 décembre 1786, la municipalité de Durango, formée par des entités de Chihuahua et de Durango est créée par une ordonnance royale.

Climat[modifier | modifier le code]

Durango a un climat semi-aride, BSk selon la classification de Köppen.

Relevé météorologique de Durango
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,3 2,4 5,3 8,2 11,1 14 14 13,7 12,2 9,1 5 2,1 8,2
Température moyenne (°C) 10,9 12,2 14,9 17,7 20,6 22,2 21 20,7 19,4 17,4 14 11,3 16,9
Température maximale moyenne (°C) 20,5 22,1 24,5 27,2 30 30,4 28 27,6 26,7 25,6 23 20,5 25,5
Record de froid (°C)
date du record
−12
1951
−12
1956
−9,5
1942
−6
1960
1,4
1986
3,5
1949
1,3
1986
7
1958
2
1948
0
1942
−6
1947
−10
1942
−12
1951,1956
Record de chaleur (°C)
date du record
32
1960
32
1959
36
1991
36
1975
39,5
1980
38
1955
34
1974
36,8
1987
37
1977
34
1957
35
1941
32
1977
39,5
1980
Ensoleillement (h) 206,4 227 261,2 251,3 265 236,9 206,8 201 191,9 226,6 214,5 172,6 2 661,2
Précipitations (mm) 11,3 7,6 3,8 6,2 12,8 69,3 121,6 140,2 80,7 51,9 13,6 10 529
Nombre de jours avec précipitations 1,5 0,8 0,5 1 1,8 8 14,7 14,1 8,4 4,7 1,6 1,8 58,9
Humidité relative (%) 51 45 37 37 40 49 59 63 62 58 51 53 50
Nombre de jours avec grêle 0 0 0 0 0 0,5 1,2 0,8 0,6 0,2 0,1 0 3,4
Nombre de jours d'orage 0 0 0 0 0 0,5 1,2 0,8 0,6 0,2 0,1 0 3,4
Nombre de jours avec brouillard 0,2 0,5 0,3 0,6 0,7 0,9 0,5 0,9 0,4 0,4 0,5 0,3 6,2
Source : Servicio Meteorológico Nacional[6],[7], Colegio de Postgraduados[8]
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
20,5
1,3
11,3
 
 
 
22,1
2,4
7,6
 
 
 
24,5
5,3
3,8
 
 
 
27,2
8,2
6,2
 
 
 
30
11,1
12,8
 
 
 
30,4
14
69,3
 
 
 
28
14
121,6
 
 
 
27,6
13,7
140,2
 
 
 
26,7
12,2
80,7
 
 
 
25,6
9,1
51,9
 
 
 
23
5
13,6
 
 
 
20,5
2,1
10
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm


Maires de la ville[modifier | modifier le code]

Le maire, "président de la municipalité" est la traduction littérale, est élu au suffrage universel direct pour trois ans. Il est entouré par des conseillers municipaux, "régisseurs" en espagnol, de plusieurs partis politiques, qui vérifient le bon fonctionnement de la mairie et il est aidé par des directeurs de bureaux (développement industriel, développement rural, finances et administration publique, sécurité, protection civile, travaux publics, services publics, culture, tourisme, eau de la municipalité).

Archevêché[modifier | modifier le code]

Cathédrale de Durango
  • Archidiocèse de Durango
  • Cathédrale de Durango : une légende populaire prétend que durant l'Expédition du Mexique un militaire français s'éprit d'une sœur, Béatrice. Après le retrait des troupes françaises, la sœur, enceinte, se suicida en se jetant du haut d'une des tours de la cathédrale. La plaque touristique à son pied, explique qu'en regardant le balcon de la tour on peut encore apercevoir le profil de la sœur (ceci étant bien sûr causé par les détails architecturaux et un jeu de lumière).

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Transport[modifier | modifier le code]

Aérien[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par l'Aéroport international de Durango.

Routier[modifier | modifier le code]

Elle est reliée aux grandes villes du Nord par des axes routiers importants :

Ferroviaire[modifier | modifier le code]

Deux routes ferroviaires desservent la ville :

  • Durango-Coahuila : un des opérateurs est Linea Coahuila Durango, S.A. de C.V[9]. Cette ligne a été créée à la fin du XIXe siècle pour le transport de minerais par Peñoles.
  • Durango-Zacatecas : un des opérateurs est Ferromex.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Citypopulation, « Mexico: States and Major Cities », (consulté le 13 mai 2017)
  2. (es) « Listado de colonias en Durango, Durango », sur vivemx.com (consulté le 13 mai 2017)
  3. (en) « City population by sex, city and city type », sur data.un.org, UNdata, un site de l'Organisation des Nations unies, (consulté le 13 mai 2017)
  4. (es) « catalogación de monumentos históricos », (consulté le 5 mars 2016)
  5. « Camino Real de Tierra Adentro - UNESCO World Heritage Centre », sur [whc.unesco.org =UNESCO Centre du patrimoine mondial (consulté le 5 mars 2016)
  6. (es) « NORMALES CLIMATOLÓGICAS 1951-2010 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Servicio Meteorológico Nacional, (consulté le 5 janvier 2013)
  7. (es) « Extreme Temperatures and Precipitation for Durango 1941-2000 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Servicio Meteorológico Nacional (consulté le 21 janvier 2013)
  8. (es) « Normales climatológicas para Durango, DGO. », Colegio de Postgraduados (consulté le 5 janvier 2013)
  9. « FERROCARRIL COAHUILA DURANGO », sur www.lfcd.com.mx (consulté le 21 février 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]