Duché de Poméranie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poméranie (homonymie).
Duché de Poméranie
Ducatus Pomeraniae

Herzogtum Pommern
Księstwo Pomorskie

11211648

Blason
Description de cette image, également commentée ci-après

Carte du Duché de Poméranie datant du XVIIe siècle.

Informations générales
Statut Monarchie
Capitale Kamień Pomorski, puis Szczecin
Démographie
Population 160 000
Superficie
Superficie 30 120 km²
Histoire et événements
1121 Warcisław Ier vassal du royaume de Pologne
1124-28 Évangélisation du pays par Othon de Bamberg
1185-1227 Occupation danoise
1534 Conversion du pays aux idées de la Réforme
1637 Guerre de Trente Ans et tutelle suédoise

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Selon les époques, le duché a été vassal de la Pologne, du Danemark, de la Saxe, du Brandebourg ou du Saint-Empire. Le duché s’est temporairement désagrégé en plusieurs districts : Szczecin, Wolgast, Barth, Darłowo, Demmin, Słupsk et Stargard Szczeciński.

Le duché de Poméranie fut durant environ cinq siècles le domaine héréditaire de la dynastie slave des Griffons. Malgré les bouleversements géographiques et politiques s'étalant du XIIe au XVIIe siècle, son emplacement occupa toujours celui de l'actuelle Poméranie. De ce pays, adossé à la côte méridionale de la mer Baltique de part et d'autre de l'estuaire de l’Oder, sont nées l’actuelle Poméranie occidentale du Land fédéral de Mecklembourg-Poméranie Occidentale, la Voïvodie de Poméranie occidentale et une partie de la Voïvodie de Poméranie de la République de Pologne.

Aperçu[modifier | modifier le code]

La Poméranie fut à l'origine divisée en plusieurs duchés, dont les contours géographiques et le destin politique ont subi les aléas des successions et des unions princières. Les ducs régnants étaient issus de la dynastie des Griffon (en allemand : "Greifen" et en polonais : "Gryfici"), leur nom est lié au choix du griffon comme animal héraldique. Les duchés, dont les noms accompagnent le titre des ducs qui les ont gouvernés, étaient :

– le duché de Barth (1372–1451) ;
– le duché de Poméranie-Demmin (autour de 1170–1264) ;
– le duché de Poméranie-Szczecin (autour de 1170/1295–1464, 1532/41–1625/37) ;
– le duché de Poméranie-Wolgast (1295–1474/8, 1532/41–1625/37) ;
– le duché de Poméranie-Stolp (1368/72–1459).

Depuis 1140, ces territoires étaient sous l'autorité religieuse d'une principauté ecclésiastique, le diocèse de Kamień Pomorski. Le chef-lieu de diocèse fut d'abord, de 1140 à 1150-55 environ, la ville de Wolin, puis ce fut le tour d’Usedom et finalement Kamień Pomorski après 1178. Avec la Réforme, il perdit son autorité et suite à l’élection du prince Jean-Frédéric, le fief temporel des évêques de Kamień Pomorski fut confisqué et annexé en 1556 au domaine héréditaires de la dynastie de Greifen, et y demeura jusqu'à l'extinction de la lignée. La principauté de Rügen, conquise en 1325 par les Greifen, appartenait aux diocèses de Schwerin (composante continentale) et de Roskilde (pour l’île de Rügen).

Histoire[modifier | modifier le code]

La naissance du duché[modifier | modifier le code]

Vers 995 le duc Boleslas Ier de Pologne (dit le Vaillant) avait conquis les terres situées à l'est de l’Oder ; mais au cours des guerres de Pologne entre 1005 et 1013, la Poméranie recouvra son indépendance. Les premières tentatives d’évangélisation de cette région avaient échoué jusque-là. Un évêché avait été créé à Kołobrzeg mais il est détruit quelques années plus tard, par les populations païennes locales qui refusaient la christianisation.

Le conflit larvé opposant depuis 1042 le prince Siemomysł de Poméranie au roi Casimir Ier de Pologne est soumis en 1046 à l'arbitrage de l’empereur Henri III et se conclut par un traité de non-agression ; mais lorsqu'en 1047 Casimir marche sur la Mazovie, Siemomysl ne respecte pas sa promesse et envoie, sans succès, des renforts pour soutenir Miecław de Mazovie. Casimir s'empare alors non seulement de la Mazovie, mais aussi la Poméranie orientale, et Siemomysl est contraint de rendre un hommage de vassalité à Casimir Ier. Son successeur, Boleslas II le Généreux, perd le contrôle de la Poméranie qui reprend son indépendance.

La première trace écrite de monarques poméraniens date de 1046. Elle mentionne Zemuzil dux Bomeranorum (Siemomysl, duc des Poméraniens). La chronique de Gallus Anonymus (début du XIIe siècle) cite plusieurs ducs poméraniens : Swantibor, Gniewomir, et un troisième duc dont le nom n’est pas connu et qui avait son siège à Kołobrzeg.

Il y eut jusqu'en 1100 plusieurs ducs de Poméranie, mais l'absence de sources ne permet pas de retracer leur lignage : l’arbre généalogique des princes de Greifen, dressé aux XVIe et XVIIe siècles évoque un certain Svantibor, sans toutefois le relier clairement aux autres Greifen, et il en va de même pour les autres seigneurs du début du XIIe siècle cités dans les sources (surtout les chroniques polonaises). Et c'est pourquoi les frères Warcisław Ier et Racibor Ier sont aujourd'hui généralement considéré comme les premiers ducs héréditaires de la lignée des Greifen.

Après trois campagnes militaires (1116, 1119 et 1121), la Poméranie est reconquise par Boleslas III le Bouche-Torse. Elle est divisée en quatre régions :

En 1121, Warcisław Ier se fit le vassal du roi de Pologne Boleslas III le Bouche-Torse. Boleslas entendait asseoir son autorité sur la Poméranie par l'évangélisation de ce pays. Les premières missions, effectuées par un prélat espagnol, échouèrent pourtant. Puis en mai 1124 Othon de Bamberg quitta Gnesne pour ses premiers voyages missionnaires, qui l'amenèrent à Cammin et Szczecin en passant par Pyritz. Il revint d’abord une première fois à Gnesne en février 1125, repartit pour fonder d'autres mission à Demmin et Usedom en 1128. À la mort du duc Warcisław Ier, ses fils Casimir et Bogusław se partagèrent donnant naissance vers la fin du XIIe siècle le pays à la Poméranie-Demmin et à la Poméranie-Szczecin. Bogusław Ier fut élevé au rang de prince d'empire en tant que duc de Slavie lors de la diète de Lübeck en 1181 ; cependant, dès 1185, il devait se soumettre à la couronne danoise, et ce n'est qu'avec la bataille de Bornhöved (1227) que la Poméranie recouvra son indépendance. Seulement dans l'intervalle, le titre échut aux margraves ascaniens de Brandebourg, à qui l'empereur Frédéric II attribua en 1231 le duché de Poméranie. Ceux-là exigèrent la vassalisation de la Poméranie et l'imposèrent par les traités de Kremmen (1236) et de Landin (1250), obtenant par la même occasion de nouvelles terres, entre autres le fief de Stargard et la Marche de l'Ucker.

L’île de Rügen a été conquise par le Danemark en 1168 et le souverain local a donné naissance à la dynastie des ducs de Rügen, vassaux du Danemark.

Les successeurs de Racibor Ier ont gouverné le duché de Poméranie centrale jusqu’en 1238. Par la suite, les ducs de Poméranie occidentale, de Poméranie orientale, de Rügen et du Brandebourg se sont disputé la région.

Jusqu’en 1294, les gouverneurs de Poméranie orientale ont progressivement obtenu de plus en plus de pouvoir pour devenir des ducs de plus en plus indépendants, tour à tour vassaux de la Pologne ou du Danemark. Le duché s’est temporairement désagrégé en plusieurs districts : Gdańsk, Białogard, Świecie et Lubieszewo-Tczew.

En 1325, le duché de Rügen a été phagocyté par la Poméranie. Enfin, 150 ans plus tard, le duc Bogisław X, parvient à réunifier sous son sceptre toute la Poméranie, et c'en sera fini pour deux siècles de la division.

Au début de la guerre de Trente Ans, en 1630, la Poméranie est alliée de la Suède ; mais en 1637, Bogusław XIV meurt sans héritier, et jusqu'aux traités de Westphalie (1648) le pays sera administré par la Suède, avant d'être finalement partagé entre la Poméranie orientale qui ira à l’Électorat de Brandebourg, et la Poméranie suédoise. À l'issue de la grande guerre du Nord (1700-1721), les territoires de Poméranie-Occidentale situés au sud de la Peene échoient au Royaume de Prusse, qui d'ailleurs obtiendra les territoires maritimes au terme du congrès de Vienne en 1815. Jusqu'en 1945, la Poméranie ne sera plus désormais qu'une province du Brandebourg-Prusse.

Le duché de Poméranie-Demmin[modifier | modifier le code]

Casimir Ier de Demmin, en 1170, fut le premier duc de cette région. Sa lignée s'éteignit assez tôt, avec la mort le 17 mai 1264 du duc Warcisław III de Poméranie, un cousin de Bogusław Ier. Wartisław II avait perdu en 1236 la Circipanie à l'ouest de Demmin, conquise par les princes de Mecklembourg et la même année il dut céder au Brandebourg le fief de Stargard, qui deviendra par la suite le Duché de Mecklembourg-Strelitz. Ces décennies marquent le début de la colonisation germanique de l'Europe orientale.

Le duché de Poméranie-Szczecin[modifier | modifier le code]

Bogislaw Ier, qui avait épousé Anastasie de Pologne, la fille de Mieszko III, régna sur la Poméranie-Szczecin. Son cousin, Barnim Ier, laissa à partir de 1230 les colons allemands s'installer sur ses terres et ainsi naquirent plusieurs villes qui adoptèrent le Droit de Lübeck. Par le traité de Landin, il dut céder en 1250 la Marche de l'Ucker, jusque-là poméranienne, au Brandebourg. À la mort de Wartislaw III en 1264, le duché échut à Barnim. À la mort prématurée de son demi-frère Barnim II en 1295, ses fils Bogislaw IV et Othon Ier se partagèrent le duché en Poméranie-Wolgast (qui alla à Bogislaw IV) et Poméranie-Szczecin (pour Othon Ier). Ainsi, la continuité dynastique sur le duché était malgré tout préservée.

Le duché de Poméranie-Wolgast[modifier | modifier le code]

Le duché de Poméranie-Wolgast fut fondé en 1295 par Bogislaw IV. Son fils Warcislaw IV obtint en 1317 la seigneurie de Schlawe-Stolp suite au partage de la dynastie (éteinte en 1295) des Samborides. À la mort du prince Wislaw III de Rügen en 1325, la Principauté de Rügen échut à la Poméranie-Wolgast. Entre 1368 et 1372, la Poméranie-Wolgast fut à son tour divisée en Poméranie orientale, héritage de Bogislaw V, et Poméranie occidentale, qui revint aux fils de Barnim IV, le frère de Bogislaw V. Le dernier frère, Wartislaw V n'obtint d'abord qu'un dédommagement en or, avant d'hériter en 1372 de Neustettin ; mort sans enfant, ses biens revinrent au duc de Poméranie-Wolgast.

L'année 1456 est marquée par la fondation de l’université de Greifswald. Les deux duchés furent réunis de façon éphémère sous le sceptre de Bogislaw X, entre 1478 et 1523. Au cours de la Réforme, Johannes Bugenhagen convertit en 1534 tout le duché à la nouvelle foi.

Warcisław IX de Poméranie meurt en 1457. Ses fils Warcislaw X, et Éric II se partagent le duché : Warcislaw est corégent à Rügen et Barth, et Eric lui succède à Wolgast. En 1459, Éric, comme époux de l'héritière Sophie de Poméranie-Słupsk, devient duc de Słupsk et de Slawno. Il cède alors Wolgast à son frère Warcislaw X. En 1464 après la mort de la peste d'Otto III de Poméranie, Eric devient duc à Szczecin où, malgré l'opposition de Frédéric II de Brandebourg, il règne jusqu'à sa mort. Son frère Warcislaw X, lui succéde jusqu'à son décès en 1478.

Unification de la Poméranie centrale et occidentale

En 1474, Bogusław X de Poméranie, le fils d'Éric II, duc de Szczecin, hérite de la Poméranie centrale et à la mort de son oncle Warcisław X, il reçoit également la Poméranie occidentale. Pour la première fois depuis deux cents ans, la Poméranie est gouvernée par un seul homme, mais dans un lien de vassalité avec le Brandebourg.

Allégeance à l'Empire

En 1493, Bogusław au traité de Pyritz, se défait du lien de vassalité qui le lie au Brandebourg, mais il doit en contrepartie reconnaître l'héritage de la Poméranie aux Hohenzollern en cas de disparition de la Maison ducale. Puis, en 1497, à Innsbruck chez l'Empereur Maximilien Ier, il fait reconnaître officiellement la Poméranie comme fief impérial, puis comme principauté à la diète de Worms, en 1521. Il se déplacera personnellement à la diète de Nuremberg en 1523 pour défendre les droits de la Poméranie contre les ambitions du Brandebourg.

Philippe Ier de Poméranie, seul fils survivant du duc Georges Ier, accède au gouvernement à Szczecin à l'âge de 16 ans après la mort de son père en 1531. Le 21 octobre 1532, avec son oncle Barnim IX, il partage la Poméranie et reçoit la Poméranie-Wolgast (dite Vorpommern). Cette division, initialement prévue pour neuf ans, est cependant confirmée en 1541.

Le duché de Poméranie-Stolp[modifier | modifier le code]

Au terme de l'accord passé le 15 mai 1368 à Anklam et confirmé le 8 juin 1372 au traité de Stargard, il fut attribué à Bogislaw V un duché de Poméranie-Stolp formé des territoires à l'est de la Świna. En 1374, les fils de Bogislaw, Casimir IV († 1377), Barnim V et Bogislaw VIII prirent sa succession. La veuve de Bogislaw VIII, Sophie de Holstein, assura la régence de 1418 à 1425, et son fils Bogislaw IX († 1446) gouverna ensuite le pays. Alors (en 1446), le roi Éric Ier retourna à Rügenwalde et s'y établit comme duc de Poméranie-Stolp. Son fils Éric II devint à son tour duc de Poméranie-Wolgast en 1459, tout en régnant sur la seigneurie de Rügenwalde-Stolp. Enfin le fils d’Éric II († 1474), Bogisław X de Poméranie, parvint à réunifier sous son sceptre toute la Poméranie, et c'en fut fini pour deux siècles de la division.

L'annexion du duché de Poméranie[modifier | modifier le code]

Au début de la guerre de Trente Ans, en 1630, la Poméranie était alliée de la Suède ; mais en 1637, Bogusław XIV mourut sans héritier., et jusqu'aux traités de Westphalie (1648) le pays sera administré par la Suède, avant d'être finalement partagé entre la poméranie orientale qui alla à l’Électorat de Brandebourg, et la Poméranie suédoise. À l'issue de la grande guerre du Nord (1700-1721), les territoires de Poméranie-Occidentale situés au sud de la Peene échurent au Royaume de Prusse, qui d'ailleurs obtiendra les territoires maritimes au terme du congrès de Vienne en 1815. Jusqu'en 1945, la Poméranie ne sera plus désormais qu'une province du Brandebourg-Prusse.

Voir également[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Herzogtum Pommern » (voir la liste des auteurs).
  • (de) Johann Jakob Sell, Geschichte des Herzogtums Pommern (en trois parties), Berlin,‎ 1819-20 (lire en ligne)
  • (de) Wilhelm von Sommerfeld: Geschichte der Germanisierung des Herzogtums Pommern oder Slavien bis zum Ende des 13. Jahrhunderts. Duncker & Humblot, Leipzig 1896. (réimpr. Elibron Classics 2005, (ISBN 1-4212-3832-2) et (ISBN 1-4212-3831-4), voir ici quelques extraits)
  • (de) Martin Wehrmann, Geschichte von Pommern. vol. 1. 2e éd. Verlag Friedrich Andreas Perthes, Gotha 1919. (réimpr. Augsbourg 1992, (ISBN 3-89350-112-6))