Duc d'Enghien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Enghien (homonymie).
Armes de la Maison d'Enghien, 1ers seigneurs d'Enghien

Le titre de comte puis duc d'Enghien a été porté depuis le XVIe siècle dans la maison de Condé, branche cadette de la maison de Bourbon.

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie d'Enghien avait fait partie de la dot apportée par Marie de Luxembourg (décès en 1546) lors de son mariage avec François de Bourbon, comte de Vendôme.

Enghien est une ville du Hainaut pratiquement depuis sa fondation au XIe siècle. Lorsque le comté d'Enghien fut inclus dans l'apanage constitué au profit de la maison de Condé, le petit-fils de Marie, Louis Ier de Bourbon-Condé transporta le nom d'Enghien sur sa seigneurie de Nogent-le-Rotrou qu'il fit renommer « Enghien-le-Français », puis ériger en duché-pairie en 1566. Il mourut en 1569 avant l'enregistrement des lettres patentes. Le titre aurait donc dû s'éteindre avec lui, mais son fils Henri Ier de Bourbon-Condé, puis son petit-fils Henri II de Bourbon-Condé, continuèrent de porter, entre autres, conjointement avec le titre de prince de Condé, celui de duc d'Enghien.

En 1621 toutefois, ce fils d'Henri Ier, Henri II de Bourbon-Condé (1588-1646), donna à son fils Louis nouveau-né (le futur Grand Condé) son titre de duc d'Enghien. L'usage fut ainsi inauguré de nommer « duc d'Enghien » le fils aîné du prince de Condé en titre.

Cependant, ce même Henri II de Bourbon-Condé, fut créé duc de Montmorency en 1633 après l'exécution de son beau-frère, Henri II de Montmorency, le dernier duc de Montmorency, en 1632. En septembre 1689, pour donner définitivement au titre de duc d'Enghien une légitimité jusque-là contestable, le petit-fils d'Henri II et fils du Grand Condé, Henri Jules de Bourbon-Condé, fait renommer le duché de Montmorency en duché d'Enghien (d'où le nom d'Enghien-les-Bains), au profit de son propre fils Louis III de Bourbon-Condé (1668-1710). (Peu après, le duché de Beaufort fut renommé duché de Montmorency : voir l'article Duc de Beaufort). Le titre de duc d'Enghien continua donc d'être porté comme titre de courtoisie par le fils aîné du prince de Condé en titre, toutefois, si ce fils aîné avait lui-même un fils, c'est ce dernier qui prenait le titre de duc d'Enghien, le fils aîné du prince de Condé en titre gardant dans ce cas le titre de duc de Bourbon.

Liste des comtes et ducs d'Enghien[modifier | modifier le code]

Armes des ducs d'Enghien, fils aînés des princes de Condé

Succession[modifier | modifier le code]

Le duché-pairie de Montmorency, rebaptisé Enghien, était donné en 1633 en succession masculine et féminine (M-F, ci-après) [1].

La succession en lignée féminine est néanmoins, traditionnellement, conditionnée à l'édit de 1711 sur les pairies :

  • la candidate féminine à la succession doit descendre du premier titulaire
  • le Roi doit approuver son mariage
  • la succession doit faire l'objet d'une lettre-patente de transfert [2]

L'héritier cognatique du titre de duc d'Enghien, à la mort du dernier prince de Condé, est le duc Louis-Philippe III d'Orléans, devenu Louis-Philippe Ier, Roi des Français, peu de temps auparavant. Il n'y a pas de successeur possible hors la succession féminine. Mais aucun acte n'a rien précisé en cette matière. Et le titre n'a pas été utilisé sous la Monarchie de Juillet, contrairement aux titres de prince de Condé ou de duc de Guise, pour la descendance du duc d'Aumale en relation avec l'héritage matériel du prince de Condé échu au duc d'Aumale.

Il n'y a pas d'héritier clairement défini et le titre est réputé éteint.

Pour information, l'héritière cognatique du Roi Louis-Philippe est, à son tour, Margherita de Savoie-Aoste (en), veuve de l'archiduc Robert d'Autriche-Este (en) et après elle, son fils, l'archiduc Lorenz d'Autriche-Este, gendre du Roi Albert II des Belges.

Son héritier, hors transmission féminine, serait l'actuel « comte de Paris », Henri d'Orléans (1933-).

La même discussion de succession est valable pour les titre de duc de Bourbon et duc de Guise (voir généalogie ci-dessous).

Généalogies cognatiques[modifier | modifier le code]

Succession cognatique du prince de Condé[modifier | modifier le code]

Henri, prince de Condé (1588-1646), 1er titulaire du titre de duc de Montmorency (1633, M-F, Duc d'Enghien en 1689)

Succesion cognatique de Louis-Philippe Ier[modifier | modifier le code]

Si succession féminine autorisée et si succession féminine non autorisée

Louis-Philippe Ier (1773-1850)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Père Anselme, Histoire de la Maison Royale de France et des grands officiers, 1728, tome III p. 551, 552, 564 & 565
  2. Notes on the French Peerage
  3. Armory of Old Regime (pre-1789) French Peerage : "Montmorency/Enghien (1633, D F): for Charlotte Marguerite de Montmorency and her husband Henri de Condé. Name changed to Enghien in 1689. Passed to Orléans in 1830."