Drop shipping

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Principe du drop shipping (« livraison directe »).

Le drop shipping (en français la « livraison directe » ou l'« expédition directe »[1]) est un système tripartite[2] où le client (le consommateur) passe commande sur le site internet du distributeur (le revendeur), lequel transmet celle-ci au fournisseur (le grossiste) pour que celui-ci assure la livraison et gère les stocks[3].

Il existe deux formes de drop shipping :

  • Le système (a) : le distributeur reçoit les commandes et va alors fixer la quantité à produire par le fournisseur, c’est le distributeur qui supporte les coûts de surstocks (système de flux tirés ou du juste à temps).
  • Le système (b) : le fournisseur reçoit les commandes passées par les internautes d’un site web marchand et décide lui-même des quantités à fabriquer. Contrairement à la situation du premier système, c’est le fournisseur qui subit les coûts liés à un surplus de stocks (système de flux poussés).


Définition[modifier | modifier le code]

Le drop shipping (ou dropshipping) est un concept qui a vu le jour aux États-Unis et au Canada, même s'il n'existe aucune date précise de son origine. En français, on parle de « livraison directe » ou d'« expédition directe ». Le concept signifie « vendre ce qu'on ne possède pas ». Autrement dit, celui qui fait du drop shipping est l'intermédiaire entre le client (demandeur, acheteur, etc.) et le fournisseur (usine, grossiste, revendeur, etc.).

Qu’est-ce que le dropshipping ?

Les procédures[modifier | modifier le code]

Certains revendeurs peuvent garder des produits de présentation pour leur boutique physique ou salle d'exposition afin que le consommateur puisse inspecter un objet qui est alors considéré comme échantillon. La plupart ne proposent qu’un catalogue papier ou un site internet. Les revendeurs s'efforcent de cacher tout signe de cette organisation pour préserver l’identité du grossiste.

Ceci est obtenu de trois façons différentes :

  • L'expédition sans adresse de retour : la marchandise est envoyée sans adresse de retour.
  • L'expédition avec adresse de retour du revendeur : la marchandise est envoyée avec une adresse de retour personnalisée par le revendeur. Les documents joints à l’envoi portent le logo et le nom du revendeur.
  • L'exécution intégrale : la marchandise est confiée à une troisième entreprise, une plateforme logistique. Les retours sont faits à son nom et les documents portent le nom de la société d'exécution. Le consommateur l’identifie comme société de logistique et s’en remet à ce gestionnaire de stock, d’envoi et de retour qui lui apparaît comme un partenaire du revendeur et non du grossiste.

Le revendeur est appelé en anglais dropshipper.

L'importance de l'automatisation des flux[modifier | modifier le code]

Les flux d'informations[modifier | modifier le code]

Ils sont représentés par toutes les informations nécessaires à l’élaboration, la fabrication et la vente du produit (décision de fabriquer, commande client, commande matière, contrôle, organisation de la production, expédition, facturation, etc.) et désignent un transfert d’informations entre deux acteurs du système d’information.

Les flux d’informations sont les premiers flux utilisés dans le système de livraison par grossiste et vont être de différents types :

  • informations descriptives des produits (code barre du produit, prix d’achat et de vente, poids, descriptifs),
  • informations sur les commandes : produit, quantité, adresse de livraison,
  • informations de production : dans le cas où le fournisseur travaille en flux tirés, il reçoit l’information des quantités et références à produire,
  • envoi des stocks restants,
  • informations sur l’acheminement du produit, etc.

Les flux de marchandises[modifier | modifier le code]

Les flux de marchandises s'effectuent du fournisseur au client dans le cas d'une commande multiple.

Les flux financiers[modifier | modifier le code]

Ils ont lieu entre le client et le commerçant, puis entre le commerçant et le fournisseur une fois la commande envoyée.

En cas d’automatisation via les Application Programming Interface (APIs), toutes ces tâches se retrouvent facilitées car ils permettent une édition facile des factures, feuilles de TVA ou bons de livraison mais également la synchronisation des stocks. Enfin, la tâche du data marketing pourra être menée plus aisément : panier moyen, géolocalisation des clients, demande pour un produit.

Ainsi, la pertinence et la performance du système d’information et la gestion des flux qui en découlent (informations, marchandises auxquels on peut rajouter financiers) dans la chaine de production du transport, est très importante et peut procurer à l’entreprise un véritable avantage concurrentiel.

Typologie[modifier | modifier le code]

Le drop shipping intéressera :
- les revendeurs souhaitant augmenter la gamme de leurs produits sans arbitrer tous les impacts de leur référencement (frais d’édition, de distribution, financiers, de fret, etc.) ;
- les petits revendeurs souhaitant augmenter la gamme de leurs produits sans avoir à gérer les expéditions ;
- les revendeurs souhaitant proposer temporairement pour une opération ou un événement un produit dont ils ne souhaitent pas gérer le suivi ;
- les site d’enchères : un revendeur eBay propose un produit ne lui appartenant pas tout en animant les enchères et en respectant la politique d'eBay de vente et de protection du consommateur ; le produit est envoyé directement par le grossiste au gagnant de l’enchère ; le revendeur gagne la différence entre le prix de l’enchère et le prix d'achat grossiste diminué des frais de mise en ligne de l’annonce.

Une nouvelle tendance dans l'expédition directe est l'expédition avec adresse de retour du revendeur. Le grossiste est alors aussi fabricant et personnalise chaque produit selon son revendeur. C’est déjà le cas de porte clés, de t-shirts ou de produits de régime portant le logo et le conditionnement du revendeur et envoyés au client directement par le fabricant.

Intérêt et risques[modifier | modifier le code]

Le drop shipping possède divers avantages et inconvénients, que ce soit du point de vue des fabricants et fournisseurs, que de celui des e-commerçants référençant leurs offres.

La nature même du drop shipping laisse le revendeur, et surtout le client, plus vulnérable que le fournisseur dans cette relation commerciale à trois parties, d'autant plus que la loi en France reconnaît le revendeur seul responsable du processus de la commande[4].

Les détails des modalités de règlements (moyen, délai, etc.) peuvent être précisés dans un contrat[5] entre le revendeur et le fournisseur pour protéger les intérêts des deux parties.

Légalement, le propriétaire d'une boutique de dropshipping se doit de créer sa micro entreprise avant d'ouvrir son site marchand par un site hébergeur.[6]

D'un point de vue client, ce genre de pratique est souvent condamnable car mise en oeuvre d'une plus-value sans valeurs ajoutée et suppression du service client originel. (notamment via amazon, ebay, aliexexpress ou tout autre site marchand).

Déroulement d'une vente[modifier | modifier le code]

Un produit est choisi chez un fournisseur (le grossiste) et mis dans la boutique par le revendeur (le commerçant). Un client vient sur la boutique et achète un article. Il paye directement à la boutique. Le revendeur se connecte à l'interface web du fournisseur et lui transmet la commande de son client (quels produits, quelles quantités, l'adresse de livraison, etc). Le revendeur paye le fournisseur, lequel va livrer directement le client sans se dévoiler ; le client n'a aucun moyen de savoir que le produit n'est pas passé par le revendeur.

Cette méthode peut permettre de monter une boutique sans constituer de stocks.

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Le drop shipping est très développé aux États-Unis. 33 % des web-marchands américains utilisaient ce réseau de distribution en 2002[7]. 53,3 % des e-commerçants ayant leur siège social dans ce pays ont eu recours en 2013 au drop shipping. La moyenne de leurs expéditions par ce système était de 17,66 % de leur produit[8]. 5 % de ces e-commerçants réalisent jusqu’à 90 % de leurs expéditions.

En France[modifier | modifier le code]

Beaucoup de fournisseurs américains, polonais et chinois pratiquent le drop shipping. En France, la revente de livres numériques par les libraires est un bon exemple de drop shipping : les libraires affichent sur leur site tous les titres disponibles à un instant donné et, une fois la commande de leur client validée et payée, font suivre la requête au distributeur chargé d'acheminer les fichiers. Généralement, le distributeur renvoie non pas les fichiers eux-mêmes, mais des URLs d'accès uniques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « livraison directe », Le Grand Dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française (consulté le 3 août 2019).
  2. Le qualificatif drop, « goutte » en français, renvoie à la forme du schéma figurant ce système, voir infra.
  3. Hafsa, Soler, & Hovelaque, 2002.
  4. Article L.121-20-3 du Code de la Consommation
  5. Règles et contrat en dropshipping
  6. « Faire du dropshipping : les obligations légales pour créer un site en ligne », sur Faire du dropshipping, (consulté le 3 octobre 2019)
  7. David et Saïdi-Kabeche, 2002
  8. MCM Outlook 2013 Report

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hafsa, S., Soler, L. G., & Hovelaque, V. 2002, Novembre, Décembre. Organisation des chaînes d'approvisionnement et commerce. (Persée, Éd.) Économie rurale (272).
  • David, A., & Saïdi Kabeche, D. (2002). Logistique et transport dans le commerce électronique : stratégie, organisation et processus d’apprentissage. ARMINES - Centre de gestion scientifique.
  • Randall, T., Netssine, S., & Rudi, N. (2002). Inventory structure and Internet Retailing : an empirical examination of the role of inventory ownership.
  • F.G., Le "Drop Shipping" pour relier marques et e-commerçants, Le Journal des Entreprises, 7 mai 2013.
  • Frook, J. (1998). Commerce sites need inventory management. Internet week.
  • Tayur S., G. R. (1999). Quantitative models for supply chain management. Kluwer Academic Publishers.
  • Yannis, G. (1995). Gestion des flux et stratégie concurrentielle dans le transport. Université Nationale Technique d´Athènes, Département de planification et ingénierie des transports.