Droits LGBT en Uruguay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Localisation de l'Uruguay.

Les droits des personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres) en Uruguay sont les plus avancés d'Amérique du Sud. Les relations homosexuelles sont légales, des lois punissent la discrimination, et les homosexuel/les ont le droit de servir dans l'armée sans se cacher. De plus, les couples homosexuels peuvent contracter une union civile qui ouvre plusieurs des droits du mariage, y compris l'adoption.

Lois contre l'homosexualité[modifier | modifier le code]

L'homosexualité était criminalisée jusqu'en 1934[1]. Puis la majorité sexuelle a été portée à quinze ans, quelle que soit l'orientation sexuelle ou le genre, sachant que le détournement de personnes de moins de dix-huit ans soit criminalisé depuis 1994[2].

Reconnaissance des relations entre personnes de même sexe[modifier | modifier le code]

L'Uruguay a été le premier pays d'Amérique latine à légaliser les unions civiles dans la législation nationale. La sénatrice Margarita Percovich, auteure de la loi, disait que le projet accorderait aux couples en union civile les mêmes droits que le mariage. Sous cette loi, les couples devaient être formés depuis au moins cinq ans et signer un registre. Les couples devaient recevoir le droit à l'assurance maladie, l'héritage, la parentalité et la pension. Après que le Front large eut approuvé projet de loi proposé par Margarité Percovich en novembre 2007, les couples homosexuels et hétérosexuels allaient pouvoir entrer en union civile après avoir vécu au moins cinq ans ensemble, et recevoir certains des bénéfices accordés aux couples mariés. Le projet de loi est passé devant le Congrès le 30 novembre 2007 après être passé devant le Sénat en février ; le projet est approuvé lors de la même discussion par les deux chambres le 19 décembre[3], et signé par le président Tabaré Vázquez le 27 décembre[4]. La loi entre en vigueur le 1er janvier 2008[5].

Adoption homoparentale[modifier | modifier le code]

Article connexe : Adoption homoparentale.

Protections contre les discriminations[modifier | modifier le code]

L'incitation à la haine en raison de l'orientation sexuelle et l'identité de genre est interdite depuis 2003[6], et en 2004 une loi contre la discrimination[7] est passée pour créer une Commission honoraire pour combattre la discrimination raciale, la xénophobie et les autres formes de discrimination, y compris celles qui se fondent sur l'orientation et l'identité sexuelle. La Commission a été mise en place le 21 mars 2007.

Service militaire[modifier | modifier le code]

Depuis mai 2009, les homosexuels peuvent servir dans l'armée, après la signature d'un décret par le ministre de la défense[8].

Transgenres[modifier | modifier le code]

En septembre 2009, une loi permet aux personnes transgenres de plus de dix-huit ans de changer leur nom et leur genre légal sur les documents officiels, de façon à ce qu'ils soient en accord avec leur identité de genre[9].

Résumé[modifier | modifier le code]

Légalisation de l'homosexualité  depuis 1934
Égalité de majorité sexuelle  depuis 1934
Lois contre les crimes fondés sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre  depuis 2003
Lois contre la discrimination au travail  depuis 2004
Lois contre la discrimination dans tous les autres domaines  depuis 2004
Accès à la FVI pour les lesbiennes  depuis 2006
Reconnaissance des couples homosexuels (unions civiles)  depuis 2008
Adoption homosexuelle  depuis 2009
Autorisation pour les homosexuels de servir dans l'armée  depuis 2009
Droit de changer de sexe dans l'état-civil  depuis 2009
Mariage homosexuel  depuis 2013
Autorisation du don de sang pour les HSH  Oui

Notes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]