Dries Devenyns

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dries Devenyns
Isbergues - Grand Prix d'Isbergues, 20 septembre 2015 (B143).JPG

Dries Devenyns au Grand Prix d'Isbergues 2015

Informations
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Équipes amateurs
2006 Beveren 2000
Équipes professionnelles
08.2006-12.2006 Davitamon-Lotto (stagiaire)
2007 Predictor-Lotto
2008 Silence-Lotto
2009-2011 Quick Step
2012-2013 Omega Pharma-Quick Step
2014 Giant-Shimano
2015-2016 IAM
2017- Quick-Step Floors

Dries Devenyns, né le à Louvain, est un coureur cycliste belge, membre de l'équipe Quick-Step Floors. Passé professionnel en 2007, après avoir été champion de Belgique sur route espoirs en 2005 et champion de Belgique du contre-la-montre élites sans contrat en 2006, il a notamment remporté le Tour de Belgique et le Tour de Wallonie en 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Kluisbergen, Dries Devenyns est membre d'un club de Courtrai lorsqu'il remporte le championnat de Belgique sur route en catégorie espoirs en 2005[1]. Il est engagé par le club Beveren 2000 l'année suivante. Il gagne avec lui le Tour de Bretagne, première course d'une semaine à laquelle il participe[1], et le championnat de Belgique du contre-la-montre élites sans contrat. En 2006, Devenyns termine ses études d’éducation physique[1]. Approché par plusieurs équipes professionnelles, il participe à un camp d'entraînement de l'équipe danoise CSC[1]. C'est toutefois au sein de Davitamon-Lotto qu'il est stagiaire en fin d'année 2006 puis devient professionnel en 2007.

Sa première année professionnelle avec cette équipe, désormais appelée Predictor-Lotto, est d'abord perturbée par une chute lors de sa première course, l'Étoile de Bessèges, qui lui cause une fracture du radius. Il est ensuite renversé à l'entraînement par une camionnette. Souffrant d'une hémorragie cérébrale, il ne reprend la compétition qu'en juin[2],[3]. En 2008, il termine notamment huitième du Tour de Turquie et du Ster Elektrotoer.

En 2009, il rejoint l'équipe Quick Step. Il se révèle alors comme un bon coureur complet en montagne et en vallons. Il est en vue sur les classiques ardennaises du printemps en attaquant lors des trois courses mais ne fait que seizième de la Flèche wallonne. Il termine également quinzième du Tour du Pays basque[n 1]. Il participe à son deuxième Giro mais ne réussit pas à remporter une étape malgré sa tentative dans la 17e étape et termine 95e au classement général. Après les championnats de Belgique, il fait un bon Tour d'Autriche où il remporte la 5e étape et termine treizième du classement général. Il est ensuite septième du Tour de Wallonie, cinquième du Tour du Poitou-Charentes et neuvième du Tour du Piémont.

En 2010, il se classe neuvième du Tour du Pays basque, douzième du Tour de Belgique, septième du championnat de Belgique. Il dispute son premier Tour de France, durant lequel il est troisième d'étape à Gap. Durant les derniers mois de la saison, il prend la quinzième place de l'Eneco Tour, la cinquième du Tour de Piémont, la quatorzième du Tour de Lombardie.

Septième du Tour d'Oman en début d'année 2011, il est ensuite sixième de la Flèche brabançonne. Au Tour de France, il est sixième à Super Besse, où il sprint parmi les favoris de la « grande boucle »[5], et obtient son meilleur classement général sur un grand tour, terminant 46e. Une semaine plus tard, il prend la cinquième place de la Classique de Saint-Sébastien, puis termine huitième de l'Eneco Tour en août.

Au printemps 2012, il est huitième de la Flèche brabançonne, treizième de l'Amstel Gold Race. Au Tour de France, il est deux fois cinquième d'étape[6],[7]. Il obtient une première sélection en équipe nationale élite pour les championnats du monde sur route, en remplacement de Stijn Vandenbergh[8],[9],[10].

Au printemps 2013, une chute lors du Tour du Pays basque lui cause une fracture du radius[11]. De retour en compétition, il obtient plusieurs places d'honneur durant l'été : cinquième du Tour d'Autriche, onzième du Tour de Wallonie, dixième du Tour de l'Ain, où il n'est battu que de douzième centièmes de seconde par son coéquipier Gianni Meersman lors du prologue[12]. En fin de saison, ayant souffert d'un refroidissement à son retour des classiques canadiennes, il doit déclarer forfait pour les championnats du monde de Florence[13].

En 2014, Dries Devenyns court pour l'équipe Giant-Shimano. Il y est principalement équipier de John Degenkolb lors des classiques[14]. Il se classe notamment huitième du Circuit Het Nieuwsblad, onzième de la Flèche brabançonne, quatorzième du Tour des Flandres en début d'année. Lors du Tour de France, il chute durant la 14e étape. Il abandonne et est hospitalisé plusieurs jours, étant atteint d'une commotion cérébrale, d'un pneumothorax, d'une fracture de l'omoplate droite et d'une luxation acromio-claviculaire[15]. Il est ainsi absent pour la majeure partie de la fin de saison[14].

Après une année chez Giant-Shimano, Dries Devenyns s'engage avec l'équipe suisse IAM, où il est notamment attendu pour les classiques[16]. En début de saison, il prend la treizième place du Tour d'Oman, puis effectue 180 km en tête de course lors du Grand Prix E3, avant qu'une crevaison ne l'empêche de suivre Geraint Thomas, Zdenek Stybar et Peter Sagan[17]. Souffrant du dos, il est diminué lors des classiques ardennaises[18].

Devenyns commence l'année avec une victoire au Grand Prix d'ouverture La Marseillaise fin janvier, en devançant Thibaut Pinot au sprint. C'est son premier succès depuis juillet 2009. En mai, il prend la tête du Tour de Belgique en gagnant la troisième étape à Herzele et s'impose au classement général, devant son coéquipier Reto Hollenstein, après une étape-reine annulée à la suite d'un accident en course. Malade en juin, il doit abandonner le Tour de Suisse et renoncer à participer au Tour de France[19]. Rétabli à la fin du mois de juillet, il s'impose sur le Tour de Wallonie en gagnant la dernière étape à Dison. Il est dixième de la Classique de Saint-Sébastien trois jours plus tard. Au Tour d'Espagne, il figure dans un groupe de douze échappés lors de la neuvième étape, puis attaque seul avant d'être rejoint par David de la Cruz. Celui-ci le distance dans l'ascension finale de la Monte Naranco et il prend la deuxième place de l'étape[20].

En fin d'année 2016, l'équipe IAM disparaît. Dries Devenyns revient en 2017 au sein de la formation belge Quick-Step Floors[21].

Palmarès et classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Dries Devenyns lors du Circuit du Houtland 2014.

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Dries Devenyns durant le Tour de France 2011.

4 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

2 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

1 participation

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Classement ProTour 209e[23]
Classement mondial UCI 134e[24]
UCI World Tour 84e[25] 189e[26] nc nc nc[27]
UCI Europe Tour 159e[28]
Légende : nc = non classé

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Antonio Colom, initialement deuxième du Tour du Pays basque 2009, a été déclassé par l'UCI[4]. Devenyns, initialement 16e, est reclassé 15e.
  2. Carlos Barredo, initialement deuxième de la Classique de Saint-Sébastien 2011, a été déclassé en juillet 2014 par l'UCI[22].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Devenyns en devenir », sur cyclismag.com,‎ (consulté le 26 février 2014)
  2. « Rentrée de Devenyns », sur dhnet.be,‎ (consulté le 19 avril 2009)
  3. « Dries Devenyns, ma vie sur le goudron », sur cyclismag.com,‎ (consulté le 19 avril 2009)
  4. (en) «  Results - Cycling - Road 2009 - Men Elite Vuelta Ciclista al Pais Vasco (ESP/UPT) - 06 Apr-11 Apr 2009 - General classification: Ataun - El Corrillo », sur uci.ch, Union cycliste internationale (consulté le 1er août 2014)
  5. « Wilfried Peeters : "Devenyns doit plus croire en lui-même" », sur dhnet.be,‎ (consulté le 17 janvier 2017)
  6. (nl) « Devenyns: ‘Toch had ik graag een rit gewonnen’ », sur nieuwsblad.be,‎ (consulté le 17 janvier 2017)
  7. « Fédrigo s'impose en baroudeur, encore raté pour Devenyns », sur dhnet.be,‎ (consulté le 17 janvier 2017)
  8. (nl) « Dries Devenyns: ‘Ik hoor wel wat bondscoach wil' », sur nieuwsblad.be,‎ (consulté le 17 janvier 2017)
  9. (nl) « Dries Devenyns: 'Mijn werk opgeknapt' », sur nieuwsblad.be,‎ (consulté le 17 janvier 2017)
  10. (nl) « Dries Devenyns vervangt Stijn Vandenbergh in WK-selectie », sur nieuwsblad.be,‎ (consulté le 17 janvier 2017)
  11. (nl) « Devenyns gerepatrieerd naar ziekenhuis Herentals », sur nieuwsblad.be,‎ (consulté le 17 janvier 2017)
  12. « Tour de l'Ain : Le belge Meersman remporte le prologue », sur france3-regions.francetvinfo.fr,‎ (consulté le 17 janvier 2017)
  13. (nl) « Serge Pauwels vervangt Dries Devenyns in wegrit », sur hln.be,‎ (consulté le 17 janvier 2017)
  14. a et b (en) « Devenyns to join IAM? », sur cyclingquotes.com,‎ (consulté le 17 janvier 2017)
  15. Julie Dremière, « Infirmerie - Commotion cérébrale pour Dries Devenyns », sur cyclismactu.net,‎
  16. (en) « Verbrugghe explains new IAM signings », sur cyclingquotes.co,‎ (consulté le 17 janvier 2017)
  17. (en) « Impressive ride by Devenyns in Harelbeke », sur cyclingquotes.com,‎ (consulté le 17 janvier 2017)
  18. (nl) « Dries Devenyns raakt niet verlost van rugproblemen », sur hln.be,‎ (consulté le 17 janvier 2017)
  19. (en) « Howard replaces Devenyns in IAM Cycling Tour de France team », sur cyclingnews.com,‎ (consulté le 17 janvier 2017)
  20. (en) « De La Cruz takes it all with big ride in Vuelta mountains », sur cyclingquotes.com,‎ (consulté le 17 janvier 2017)
  21. « Le journal des transferts », sur velo101.com,‎ (consulté le 9 août 2016)
  22. (en) « Menchov case an example of the UCI's "new way of communicating" on doping violations », sur cyclingnews.com,‎ (consulté le 15 juillet 2014)
  23. « Classement ProTour 2007 », sur uciprotour.com (consulté le 16 juillet 2011)
  24. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 12 janvier 2015)
  25. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 29 février 2012)
  26. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2012)
  27. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 5 octobre 2015)
  28. « Classements Route UCI 2005-2006 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :