Drapeau de l'unification coréenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Drapeau de l'unification coréenne
Drapeau
Utilisation Drapeau et pavillon national Version officielle
Caractéristiques
Création 1990
Proportions 2:3
Éléments La péninsule de Corée, les îles de Jeju et Ulleungdo, les rochers Liancourt et le rocher de Socotra.

Le drapeau de l'unification coréenne est utilisé pour représenter des délégations communes de la Corée du Nord et du Sud lorsque ces dernières participent par exemple à un évènement sportif.

Il représente, sur fond blanc, le territoire de la Corée unifiée colorée en bleu.

Utilisations sportives[modifier | modifier le code]

Lors des Jeux asiatiques de 1990, des négociations ont lieu pour former une équipe unifiée pour les deux Corées. Elles n’aboutissent pas, mais le drapeau de l’unification est dessiné pour l’occasion. Il représente la péninsule coréenne, y compris l’île de Jeju, en bleu clair sur fond blanc[1].

La première utilisation du drapeau a lieu en 1991, lorsque les deux pays présentent une seule équipe aux championnats du monde de tennis de table à Chiba, au Japon ; ainsi qu’à la Coupe du monde de football des moins de 20 ans, qui se déroule au Portugal[2].

Pour les cérémonies d’ouverture des Jeux olympiques de Sydney en 2000, des Jeux asiatiques de 2002 à Busan, des Universiades d’été de Daegu en 2003[3], des JO d’Athènes en 2004, de ceux de Turin en 2006 et des Jeux asiatiques organisés au Qatar en 2006, les équipes sportives nationales des deux Corées défilent ensemble, mais concourent séparément.

En 2008, aux Jeux olympiques de Pékin, les deux délégations ne défilent pas ensemble et sont séparées par trois autres pays, contrairement à ce que prévoyait l’ordre alphabétique[4].

En 2018, les Jeux olympiques d'hiver se déroulent à Pyeongchang, en Corée du Sud, et les deux pays défilent à nouveau ensemble sous le drapeau unifié[5]. Une équipe unifiée de Corée est également composée pour l’épreuve de hockey sur glace féminin[6].

Autres utilisations[modifier | modifier le code]

Le drapeau est également apparu dans d’autres contextes, notamment :

  • lors de la visite officielle du président sud-coréen Roh Moo-hyun en Corée du Nord en 2007, il est déployé à la frontière[7] ;
  • en 2010, lors d’une visite de l’activiste sud-coréen et pro-unification Han Sang-ryol, des habitants de la Corée du Nord agitent le drapeau en guise d’au revoir ; Han Sang-ryol est toutefois arrêté dès son retour en Corée du Sud[8],[9];
  • en 2012, Ro Su-hui, un autre activiste sud-coréen, passe du nord vers le sud à travers la zone démilitarisée en agitant le drapeau de la Corée unifiée[10]. Il est lui aussi arrêté[11],[12].

Variantes[modifier | modifier le code]

Depuis 1990, année au cours de laquelle les deux Corées s'accordent sur un premier drapeau de la Corée unifiée, cet emblème a connu plusieurs changements liés principalement aux revendications territoriales de la Corée du Nord.

Le drapeau existe sous plusieurs formes : les couleurs sont les mêmes, seules changent les îles représentées autour de la péninsule de Corée.

La première version, sur laquelle s'accordent les deux Corées, représente uniquement la péninsule de Corée et l’île de Jeju. En 2002, de commun accord, l'île d'Ulleungdo est rajoutée, mais en 2003, la Corée du Nord inclut unilatéralement les rochers Liancourt, pourtant une source majeure de friction entre les deux États et une solution jugée « inacceptable[13] » par le Japon qui rėclame lui aussi ce territoire. En 2006, de la même manière, la Corée du Nord introduit le rocher de Socotra alors qu'il fait l'objet d'une dispute maritime[1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en-US) Hailey Jo, « A history of the unified flag the two Koreas will march under at the Winter Olympics », Quartz,‎ (lire en ligne)
  2. (en) Brian Bridges, « Playing Games: The Two Koreas and the Beijing Olympics », Center for Asian Pacific Studies Working Paper Studies,‎ , p. 20 (lire en ligne)
  3. (en-US) « 2015 SU Update: Both Koreas Marching Together Again after 2003 SU? », www.fisu.net,‎ (lire en ligne)
  4. « JO : les deux Corée défilent séparément », sur lefigaro.fr, (consulté le 9 février 2018)
  5. (en-GB) « Winter Olympics 2018: South and North Korean athletes unite during opening ceremony in Pyeongchang », BBC Sport,‎ (lire en ligne)
  6. (en-GB) « When North met South: Unified Korean hockey team makes history », The Independent,‎ (lire en ligne)
  7. (en) Reuters Editorial, « Two Koreas' 'one flag' emblematic of once better ties », CA,‎ (lire en ligne)
  8. (en-US) Choe Sang-Hun, « South Korea Arrests Activist for Visiting North », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  9. (en) stimmekoreas, « South Korean Pastor in North Korea / Südkoreanischer Pastor in Nordkorea » [vidéo], (consulté le 9 février 2018)
  10. Voir photo dans l'article : (en) S. Korean activist arrested after trip to N. Korea, Yahoo News avec AFP, 5 juillet 2012.
  11. (en) stimmekoreas, « S. Korean activist crosses Border in Panmunjom! - Ro Su Hui » [vidéo], (consulté le 9 février 2018)
  12. (en-US) Choe Sang-Hun, « South Korea Arrests Activist After Unauthorized Trip to North », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne).
  13. Japan protests inclusion of disputed islands on Korea's unified Olympic flag, Tom Ravenscroft, deezen.com, 6 février 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]