Drapeau arc-en-ciel LGBT

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
À la Marche des fiertés de Taïwan (2004).

Le drapeau arc-en-ciel LGBT est un symbole du mouvement LGBT depuis les années 1970.

Histoire[modifier | modifier le code]

Drapeau originel à 8 couleurs.

Le premier drapeau arc-en-ciel utilisé comme symbole du mouvement LGBT a été conçu et réalisé à la main par le graphiste et militant américain Gilbert Baker, alors âgé de 27 ans, pour la Gay and Lesbian Freedom Day Parade de San Francisco le . L'origine du drapeau n'est pas établie : il a été suggéré qu'il aurait été inspiré par la chanson Over the Rainbow chantée dans le film Le Magicien d'Oz par l'actrice Judy Garland[1] ou destiné à représenter par la diversité des couleurs la diversité des orientations sexuelles. Gilbert Baker a aussi peut-être été inspiré par le « drapeau des races » utilisé sur les campus américains dans les années 1960 et qui comportait cinq bandes horizontales de couleurs différentes. En 2017, Gilbert dévoile une nouvelle version de son drapeau arc-en-ciel [2] à la suite de l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, drapeau auquel il a rajouté une neuvième bande lavande pour représenter la diversité[3],[4].

Des nationalistes polonais piétinent et brûlent le drapeau arc-en-ciel durant le jour de l'indépendance nationale à Varsovie (Pologne), tandis qu'un appartement arborant un drapeau LGBT et un drapeau en faveur des droits des femmes est incendié[5].

En 2016, l'émoji du drapeau arc-en-ciel ( 🏳️‍🌈 ) est proposé[6] avant d'être rendu disponible en novembre de la même année[7].

Description[modifier | modifier le code]

Le premier drapeau comporte huit bandes. Gilbert Baker donne à chacune des couleurs une signification[8] :

Rose : la sexualité
Rouge : la vie et la guérison
Orange : la santé et la fierté
Jaune : la lumière du soleil
Vert : la nature
Turquoise : la magie / l'art
Bleu : la sérénité / l'harmonie
Violet : l'esprit

Lors de la marche organisée en novembre suivant pour protester contre l'assassinat de Harvey Milk, le premier élu ouvertement gay de San Francisco, la Paramount Flag Company produit des versions à sept bandes car le rose n'est pas disponible industriellement. Par la suite, Gilbert Baker fait également supprimer le turquoise, pour maintenir un nombre pair de couleurs pour une décoration de Market Street : le drapeau compte alors six bandes (rouge, orange, jaune, vert, bleu, violet) et devient définitif[8].

Aujourd'hui, le drapeau arc-en-ciel LGBT a acquis une renommée mondiale. Il est largement utilisé par les organisations du mouvement LGBT ainsi que par les commerces à destination d'un public LGBT. La station Beaudry du métro de Montréal, situé dans le village gai, est ainsi décorée des six couleurs LGBT.

Le , le Museum of Modern Art (MoMA) de New York acquiert le premier drapeau arc-en-ciel[9],[10].

Adaptations[modifier | modifier le code]

À plusieurs reprises dans l'histoire récente du mouvement LGBT, des couleurs supplémentaires ont été introduites dans le drapeau. On peut citer deux bandes supplémentaires noire et marron, au-dessus du rouge, pour représenter les personnes de couleur à la gay pride de Philadelphie en 2017[11],[12], ainsi que les couleurs bleu clair - rose - blanc du drapeau transgenre dans un triangle à la hampe[13].

Les communautés LGBT de différents pays utilisent parfois le drapeau de leur pays adapté avec les couleurs de l'arc-en-ciel[réf. souhaitée].

Critiques[modifier | modifier le code]

Le drapeau arc-en-ciel est parfois dénoncé comme un symbole blanc, eurocentré, et colonialiste[15]. Durant le mois des fiertés LGBTQ, de nombreuses entreprises arborent les couleurs arc-en-ciel dans leurs publicités, à travers leurs logos ou en vendant des produits aux couleurs LGBT, tandis que des militants remarquent que tout s'interrompt une fois le mois des fiertés achevé[16]. L'utilisation du drapeau est également critiquée pour s'être fortement éloignée de son but initial, à savoir la lutte pour les droits LGBT. Ceci en particulier dans sa forme de "progress".[15][source secondaire nécessaire].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source
  2. (en) « Gilbert Baker, Gay Activist Who Created the Rainbow Flag, Dies at 65 » (consulté le )
  3. (en-US) Curtis M. Wong, « The History And Meaning Of The Rainbow Pride Flag », Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. (en-US) « Flags by Gilbert Baker », sur gilbertbaker.com (consulté le )
  5. Tim Hume, « The Far-Right Brought Chaos to Warsaw on Poland's Independence Day », sur Vice,
  6. Ananya Bhattacharya, « Unicode receives proposal to add a rainbow flag emoji by the end of 2016 », sur Quartz, (consulté le )
  7. « Emoji Version 4.0 List », sur Emojipedia, (consulté le )
  8. a et b Laura Delbrassinne et Alicia Paulet, « Orlando: d'où vient le drapeau de la communauté LGBT ? », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  9. (en) Paola Antonelli et Michelle M. Fisher, « MoMA acquires the Rainbow Flag » [« Le MoMA acquiert le drapeau arc-en-ciel »], sur Museum of Modern Art, (consulté le ).
  10. « Le premier drapeau arc-en-ciel fait son entrée au musée », sur M, le magazine du Monde, (consulté le ).
  11. (en-US) Post Staff Report, « New pride flag divides Philly’s gay community », sur New York Post, (consulté le )
  12. Hornet Networks, « Voici pourquoi Philadelphie a ajouté le noir et le marron au rainbow flag », sur Hornet, (consulté le )
  13. (en) « Birmingham LGBT unveils inclusive Pride flag today », sur www.midlandszone.co.uk (consulté le )
  14. (en) « Why ROMEO uses the traditional pride flag », sur https://www.romeo.com/en/blog/ (consulté le )
  15. a et b Pia Laskar, Anna Johansson et Diana Mulinari, « Decolonising the Rainbow Flag », Culture Unbound, vol. 8, no 3,‎ , p. 193–217 (ISSN 2000-1525, DOI 10.3384/cu.2000.1525.1683193, lire en ligne)
  16. (en) « Opinion | As more companies wade in, it’s time to ask: Is Pride for sale? », sur Washington Post (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]