Drakula halála

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un film <adj> image illustrant hongrois
Cet article est une ébauche concernant un film hongrois.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

La mort de Drakula
Description de cette image, également commentée ci-après

Couverture de la novélisation.

Titre original Drakula halála
Réalisation Károly Lajthay
Scénario Mihály Kertész (alias Michael Curtiz)
Károly Lajthay
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la Hongrie Hongrie
Genre Fantastique
Horreur

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La mort de Dracula (titre original : Drakula halála) est un film hongrois muet réalisé par Károly Lajthay en 1921.

Considérée aujourd'hui comme perdue[1], cette œuvre est une adaptation cinématographique fort libre du roman épistolaire éponyme (1897) de l'écrivain irlandais Bram Stoker.

Parue en 1924, une novélisation hongroise écrite par Lajos Pánczél permet de saisir partiellement le scénario du film[2].

Scénario d'après la novélisation[modifier | modifier le code]

Âgée de seize ans, la pauvre couturière Mary Land vit tristement au sein d'un petit village alpin perdu au milieu des monts enneigés. Une brusque maladie l'a récemment privée de l'affection de sa mère tandis que son père, miné par le chagrin, a perdu la raison. Interné dans un asile, le vieux Monsieur Land trouve un peu de réconfort dans les visites hebdomadaires que lui rend sa chère fille[3].

Affrontant courageusement les vicissitudes de l'existence, Mary nourrit des sentiments pour George Marlup, un brave bûcheron qui réside dans un village voisin. Les deux tourtereaux finissent par se fiancer puis décorent un sapin, symbole de leur amour. Mary reçoit alors une lettre du docteur Faigner, directeur et chirurgien en chef de l'asile municipal d'aliénés, qui l'informe que la condition de Monsieur Land a empiré[4]. Les yeux embués, Mary prend George par le bras et les fiancés s'en vont prier pour la guérison de Monsieur Land dans une petite chapelle, durant la messe de minuit. Dès la fin de l'office religieux, George se hâte d'atteler un traîneau pour conduire Mary à l'asile, où ils arrivent au petit matin. Le bûcheron dépose sa dulcinée devant l'établissement et la quitte après un dernier baiser[5].

Paul Askonas dans le rôle de Drakula.

Le docteur Tillner, médecin réputé de l'asile, emmène Mary voir son père. Durant le trajet, la jeune couturière prend peur face à plusieurs pensionnaires qui l'approchent lentement, débris humains « réduits à l'état d'ombres » pitoyables et effrayantes. Se détachant du groupe, un homme grand et décharné, à la chevelure en broussaille et au « visage ressemblant à Belzébuth », fixe intensément Mary de ses yeux noirs de prédateur. D'après le docteur Tillner, il s'agirait d'un talentueux musicien qui s'identifie désormais à un souverain. D'apparence « redoutable », cet individu ne quitte plus jamais sa cape noire, fut-ce pour dormir. Mary croit soudainement identifier l'ancien maître d'orgue qui lui avait appris autrefois à chanter[6]. Reconnaissant son incapacité à obtenir des informations auprès de l'énigmatique pensionnaire, Tillner encourage alors la jeune fille à aller lui poser elle-même quelques questions[7].

Surmontant sa peur, Mary s'approche de l'homme qui lui sourit sinistrement. Elle tente de raviver sa mémoire en l'appelant « maître » et en évoquant ses propres souvenirs d'écolière remontant à cinq ans. Le présumé maître d'orgue réplique ne pas s'en rappeler avant de proclamer fièrement être « Drakula l'immortel », âgé de plus d'un millier d'années. Il avertit Mary de ne pas le prendre pour un fou, puis affirme rester à l'asile en vue de rendre la vie aux « morts-vivants » qui le peuplent[7].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drakula (Paul Askonas) et Mary Land (Margit Lux).
La photographie de droite représente vraisemblablement le mariage entre Drakula et Mary.

Distribution[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (hu) Jenő Farkas, « Nosferatu Elött : A Magyar Drakula », Filmvilág, no 12,‎ , p. 34-37 (lire en ligne).
  • (en) Gary D. Rhodes, « Drakula halála (1921) : The Cinema's First Dracula », Horror Studies, Intellect Limited, vol. 1, no 1,‎ , p. 25-47 (lire en ligne).

Avis sur le film[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :