Dragoslav Šekularac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dragoslav Šekularac
Image illustrative de l’article Dragoslav Šekularac
Dragoslav Šekularac en 2007.
Biographie
Nationalité Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
Drapeau de la République fédérale de Yougoslavie RF Yougoslavie (1992-2003)
Drapeau de Serbie-et-Monténégro Serbie-et-Monténégro (2003-2006)
Drapeau : Serbie Serbie
Naissance
Lieu Chtip (royaume de Yougoslavie)
Décès (à 81 ans)
Lieu Belgrade (Serbie)
Taille 1,71 m (5 7)
Poste Milieu offensif puis entraîneur
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1954-1966Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Étoile rouge de Belgrade153 (31)
1966-1967Drapeau : République fédérale d'Allemagne Karlsruher SC 17 (2)
1967Drapeau des États-Unis Saint Louis Stars 8 (1)
1968-1969Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie OFK Belgrade 38 (5)
1969-1970Drapeau de la Colombie Independiente Santa Fe ? (?)
1971-1972Drapeau de la Colombie Millonarios ? (?)
1973Drapeau de la Colombie América Cali ? (?)
1975-1976Drapeau de la France Paris FC 9 (2)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1956-1962Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 41 (6)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1984-1985Drapeau : Guatemala Guatemala
1989-1990Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Étoile rouge de Belgrade
1990-1991Drapeau du Mexique Club América
1992-1993Drapeau de la Nouvelle-Zélande Heidelberg United SC
2006Drapeau du Canada Serbian White Eagles
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Dragoslav Šekularac, surnommé « Šeki », est un footballeur international yougoslave né le à Štip (Banovine du Vardar) dans le royaume de Yougoslavie (aujourd'hui en Macédoine) et mort le à Belgrade en Serbie[1],[2],[3],[4].

Il fut jusqu'à sa mort très populaire parmi les supporteurs serbes de l'Étoile rouge de Belgrade, il déclara lui-même avoir toujours joué pour les supporteurs et pas pour l'argent[5]. Il est le second joueur de l'Étoile rouge après Rajko Mitic à avoir reçu la distinction suprême du club qui est le titre d'Étoile de l'Étoile Rouge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dragoslav Šekularac quitte Stipdès à 6 mois avec ses parents[6]. Seki (son surnom) montre des capacites pour le foot des son jeune age, à 13 ans il fait un test à l'Étoile rouge de Belgrade, mais à sa grande déception, on le refuse en raison de sa petite taille, quelque semaine plus tard il est remarque dans sa cour de récréation par un recruteur du même club[6].

C'est Dimitrije Milojevic, ancien joueur du BASK devenu entraîneur et imprimeur, qui l'accueille et le forme[7]. À 16 ans, il est déjà joueur de l'Étoile rouge de Belgrade et à 17, il est sélectionné pour jouer en équipe nationale.

En 1956, il remporta une médaille d'argent avec la Yougoslavie aux Jeux olympiques de Melbourne et, en 1958, il faisait partie de l'équipe talentueuse qui battait l'Angleterre 5 à 0 lors d'une chaude après-midi à Belgrade[6]. Il était un joueur essentiel pour son pays lors de la phase finale de la Coupe du monde en Suède, où la Yougoslavie n'avait pas réussi à passer de la phase de groupes uniquement en raison de la différence de buts[6].

C’est lors des finales de la Coupe du monde de 1962 au Chili que Šekularac a atteint son zénith, à la fois agressif et bâtisseur du jeux dans une équipe qui a battu l’Allemagne de l’Ouest 1-0 à Santiago en quart de finale[6]. Ils se sont inclinés 3-1 face aux Tchèques en demi-finale et 1-0 face aux hôtes chiliens lors du match pour la troisième place à Santiago. Tout au long du tournoi, Šekularac, qui était déployé à l'intérieur dans un milieu de terrain à quatre joueurs, a été remarquable[6]. Entre 1956 et 1966, il a remporté 41 sélections pour son pays et a marqué six buts.

Cet attaquant de l'Étoile rouge de Belgrade est champion de Yougoslavie en 1956, 1957, 1959, 1960 et 1964.

En coupe des clubs champions, il est demi-finaliste en 1957 et 1962 et quart de finaliste en 1958.

Il est finaliste de la coupe d'Europe des nations en 1960 avec la Yougoslavie.

Devenu par la suite entraîneur, il exerce notamment en Amérique latine (Millonarios, Independiente Santa Fé, équipe nationale du Guatemala, Club América), en Arabie saoudite et en Australie.

Sekularac était le seul joueur qui était aime des supporters du Partizan de Belgrade, des dirigeants et des joueurs du Partizan[8]. Sa popularité était si important à un époque ou les médias n'existait que à travers la presse écrite, qu'il mettait parfois 4 heures à atteindre le stade de l'Etoile, de son domicile, les jours de match, l'obligeant à se cacher[8].

Carrière[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Avec l'Étoile rouge de Belgrade[modifier | modifier le code]

Distinction personnelle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (hr) « Umro Dragoslav Šekularac, legenda jugo-nogometa i Crvene zvezde », sur tportal.hr (consulté le 5 janvier 2019)
  2. (es) « Fallece el legendario futbolista Dragoslav Sekularac », sur abc, (consulté le 5 janvier 2019)
  3. (bs) « Odlazak još jedne legende: Preminuo Dragoslav Šekularac », sur sport1.ba (consulté le 5 janvier 2019)
  4. (hr) « TUGA U SUSJEDSTVU Preminuo Dragoslav Šekularac, bivši reprezentativac Jugoslavije i jedan od najvećih igrača u povijesti Crvene zvezde - Sportske Novosti », sur sportske.jutarnji.hr (consulté le 5 janvier 2019)
  5. RTS 1, journal télévisé du 5 janvier à 12 h et 19 h 30, hommage à Dragoslav Šekularac.
  6. a b c d e et f (en-GB) Brian Glanville, « Dragoslav Šekularac obituary », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 8 janvier 2019)
  7. (sr) [https://www.b92.net/sport/fudbal/vesti.php?yyyy=2019&mm=01&dd=05&nav_id=1489756 « Oti�la je druga Zvezdina zvezda � preminuo Dragoslav �ekularac »], sur B92.net (consulté le 5 janvier 2019)
  8. a et b RTS 8 janvier 2019, Oko Mazagin, Sekularac- Beli Pele, Mesi pre Mesija
  9. « Fiche de Dragoslav Šekularac », sur footballdatabase.eu

Annexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Marc Barreaud, Dictionnaire des footballeurs étrangers du championnat professionnel français (1932-1997), L'Harmattan, 1998, 320 p. (ISBN 2-7384-6608-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :