Dours

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dours
Place de la mairie, salle des fêtes (gauche) et église (fond)
Place de la mairie, salle des fêtes (gauche) et église (fond)
Blason de Dours
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Tarbes
Canton Les Coteaux
Intercommunalité Communauté de communes des Coteaux de Pouyastruc
Maire
Mandat
Yves Bruno
2014-2020
Code postal 65350
Code commune 65156
Démographie
Gentilé Doursois
Population
municipale
228 hab. (2012)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 17′ 48″ N 0° 08′ 21″ E / 43.2967, 0.139243° 17′ 48″ Nord 0° 08′ 21″ Est / 43.2967, 0.1392
Altitude Min. 244 m – Max. 343 m
Superficie 4,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Dours

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Dours

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dours

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dours

Dours est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées en région Midi-Pyrénées.

Son nom en occitan (gascon) est Dors[1], ses habitants sont nommés les Doursois.

Église et maisons vues depuis la vallée de la rivière Loulès.
Vallée de la rivière Loulès au niveau du territoire communal (270m) et maisons du village sur la colline (320m).
Départementale D119 traversant le centre du village.

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Tarbes dont le village est situé sur une colline des coteaux de Pouyastruc, Dours se situe à 10 km au nord-est de la ville de Tarbes, préfecture des Hautes-Pyrénées. Le reste de la commune, constitué de champs et bois, se répartit dans deux vallées de part et d'autre de la colline du village.

Son territoire a la forme d’un long rectangle s’étendant du sud au nord limité par les territoires d'Escondeaux et de Lescurry au nord, par ceux de Sabalos et d’Orleix au midi, par ceux de Louit, de Soréac et de Castéra-Lou au levant (est), desquels il est séparé par la rivière Loulès, au couchant (ouest) par ceux de Chis, Aurensan et Tostat dont il est séparé en partie par le canal d'Alaric et en partie par l'Aule[2],[3].

Au nord-ouest un bois occupe un quart du territoire communal, le reste constituant des champs d'agriculture ou de pâturage. Le village est traversé en long par la route départementale D 119.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Aule, un affluent gauche de l'Estéous, arrose les terres de la commune.

Commune voisines[modifier | modifier le code]

Rose des vents Tostat Ville de Rabastens-de-Bigorre,
Escondeaux
Lescurry Rose des vents
Aurensan,
Chis
N Castera-Lou,
Soreac et Louit
O    Dours    E
S
Orleix,
Ville de Tarbes (~10km)
Sabalos,
Oléac-Debat
Collongues,
Pouyastruc

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est tempéré de type océanique du à l'influence proche de l'Océan Atlantique situé à peu près 150 km plus à l'ouest. La proximité des Pyrénées fait que la commune profite d'un effet de foehn, il peut aussi y neiger en hiver, même si cela reste inhabituel.

Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Année
Températures maximales moyennes (°C) 9,9 11,0 12,9 14,8 18,3 21,7 24,5 24,0 22,6 18,6 13,4 10,4 16,8
Températures minimales moyennes (°C) 0,6 1,3 2,7 5,2 8,3 11,6 14,1 13,9 11,7 8,0 3,6 1,3 6,9
Températures moyennes (°C) 5,3 6,1 7,8 10,0 13,3 16,7 19,3 19,0 17,2 13,3 8,5 5,8 11,9
Ensoleillement (h) 108,8 118,8 155,6 157,2 181,3 191,5 215,5 196,4 194,5 164,4 124,4 104,4 1912,7
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 112,8 97,5 100,2 105,7 113,6 80,7 57,3 70,3 71,0 85,2 93,0 112,1 1099,6
Source : Climatologie mensuelle à Tarbes[4].
Article connexe : Climat des Pyrénées.

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[5] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

Nom occitan : Dors.

Histoire[modifier | modifier le code]

Situation de Dours sur la Carte de Cassini (1756-1789).

Dours est un village situé dans le pays de Bigorre dont il portait encore le nom au XVIIe siècle : Dours-en-Bigorre.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Présence d'un château ou d'une motte castrale.

Période moderne[modifier | modifier le code]

La région fut dévastée durant les guerres de religion, l'église fut notamment incendiée.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Dours[6] :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Jacques Duboé   1er maire élu
Jean Dumestre   2ème maire élu
Pierre Mailles    
Jacques Duboé    
Dominique Baudéan    
1798 Jean Castaing    
1798 Jean Paletou    
Jean Mailles    
Jean Castaing    
Jacques Duboé    
1815 Arnaud Durac    
1815 Jacques Duboé    
Arnaud Durac    
Jean Castaing    
Bertrand Vignes    
Jean-Marie Dandreau    
Jean Cieutat    
Bertrand Vignes    
Jean-Marie Dandreau    
Bernard Mailles    
Louis Claverie    
Jean père Cénac    
Bernard Mailles    
Jean Cénac    
Bernard Dours    
Jean Clausel Durac    
Jean Cénac    
Julien Duffar    
1909 Célestin Mailles    
1909 1914 Joseph-Raymond Délas    
1914 1925 Jean-Louis Dumestre   maire élu durant la 1ère guerre mondiale
         
 ? mars 2001 Henri Dumestre    
2014 Yves François Bruno    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Dours appartient à la communauté de communes des Coteaux de Pouyastruc créée en janvier 2013 qui réunie 27 communes.

Démographie[modifier | modifier le code]

Lotissement récent de maisons à caractère résidentiel

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Après une phase de croissance (révolution agricole), la population décroît dans la deuxième moitié du XIXe siècle à cause de la crise agricole qui entraîne un exode rural. Cette tendance se poursuit durant le XXe siècle, toutefois depuis les années 1990, on assiste à un phénomène dit de rurbanisation où les citadins de l'agglomération tarbaise viennent s'établir à la campagne, mais gardent un mode de vie urbain, un travail en ville. Ce phénomène produit un « mitage » du paysage par un bâti parsemé, ou au mieux réparti en lotissements.

De plus le nombre de maisons augmente, l'habitat s'étale : si au XIXe siècle toute la famille sur plusieurs générations et degrés habitait dans une même maison, soit en moyenne 8 à 10 habitants par maison, aujourd'hui l'occupation d'une maison se réduit à la famille nucléaire (parents et enfants) soit 3 à 4 habitants par maison. Ceci explique que le nombre d'habitants reste encore plus faible qu'il y a un siècle alors que le nombre de maisons a pratiquement doublé.

En 2012, la commune comptait 228 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
210 191 157 240 220 256 272 265 275
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
271 250 250 214 204 200 194 190 178
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
175 153 150 147 152 146 145 157 170
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012 -
173 141 143 141 183 217 227 228 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Diagramme montrant les différents recensements[7],[9] de la population doursoise depuis la Première République française :

  • 1811 et 1816, guerres napoléoniennes;
  • Le recensement de 1826, qui ne serait qu'une réactualisation de celui de 1821, n'a pas été retenu ;
  • Le recensement de 1871 a été, pour cause de guerre, repoussé à l'année 1872, la commune fut alors oubliée sur la publication du recensement ;
  • Le recensement de 1916 n'a pas eu lieu pour cause de Première Guerre mondiale ;
  • Le recensement de 1941, réalisé selon des instructions différentes, ne peut être qualifié de recensement général, et n'a donné lieu à aucune publication officielle.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]


Pyramide des âges à Dours en 2006 en pourcentage[10].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90 ans ou plus (avant 1917)
0,9 
6,1 
75 à 89 ans (1917-1931)
5,3 
16,7 
60 à 74 ans (1932–1946)
14,2 
28,1 
45 à 59 ans (1947-1961)
18,6 
21,9 
30 à 44 ans (1962-1976)
26,5 
11,4 
15 à 29 ans (1977-1991)
14,2 
15,8 
0 à 14 ans (1992-2006)
20,4 

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie est principalement liée à agriculture : pâturage et filière bois, qui devient depuis quelques années une zone résidentielle dû à la proximité de Tarbes.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
d'azur au loup hurlant d'or soutenu d'un annelet du même.
Commentaires : Blason officiel vérifié auprès de la mairie

Vie locale[modifier | modifier le code]

Culture et éducation[modifier | modifier le code]

Sur la commune de Dours il existe une école maternelle ainsi qu'une salle des fêtes dite "Paul Etchalus".

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie occitane des communes de Hautes-Pyrénées
  2. Visualisation sur Géoportail.
  3. (fr) Monographie « Commune de Dours - Situation géographique, description physique du pays, eaux potables, température, climat, salubrité », sur http://www.dours.com/, Cyrille Saint-Upery, instituteur de Dours en 1887,‎ 1887 (consulté le 22 mai 2007)
  4. Climatologie mensuelle - Tarbes, France.
  5. Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes Pyrénées intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Conseil Général des Hautes Pyrénées, 2000.
  6. (fr) « Les maires de Dours », sur http://www.francegenweb.org/mairesgenweb/ MairesGenWeb - Recensement des Maires de France à travers l'Histoire (consulté en )
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.
  9. (fr) « Commune de Dours », sur http://www.recensement.insee.fr/ recensement de mars 1999, Insee (consulté en )
  10. Pyramide des âges communale sur le site de l'Insee. Consulté le 25/01/2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]