Douin de Lavesne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Douin de Lavesne
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Activité
Période d'activité
XIIIe siècle ou XIIIe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata

Douin de Lavesne[1] est un écrivain français de la première moitié du XIIIe siècle, connu comme auteur d’un fabliau érotique, violent et cruel, Trubert.

Trubert[modifier | modifier le code]

Trubert est un fabliau de 2978 vers octosyllabiques à rimes plates[2]. Il relève par sa truculence et sa grossièreté du genre du fabliau, mais en raison de sa longueur, c’est plutôt un court roman satirique en vers, certains spécialistes y voyant un précurseur du roman picaresque. Il est conservé dans un seul manuscrit[3], daté des environs de 1270.

Le héros, Trubert, est un vilain, sadique et rusé, porté par la haine des puissants, qui ne respecte rien ni personne : sous divers déguisements, il trompe le duc de Bourgogne, le maltraite et le rosse, devient l’amant de sa femme ; puis, travesti en demoiselle sous le nom de « Coillebaude » (verge ardente), il engrosse la fille du duc, épouse un roi, Golias, et, la nuit des noces, se fait remplacer dans le rôle de la reine par une suivante qu’il a violée.

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Douin de Lavesne, Trubert. Fabliau du XIIIe siècle. Édition avec introduction, notes et glossaires, éd. Guy Raynaud de Lage, Genève, Droz, 1974 (Textes littéraires français, 210), 1974 ; 2e éd. Guy Raynaud de Lage et Isabelle Engammare, 2003.
  • Fabliaux érotiques, éd. Luciano Rossi et Richard Straub, Librairie Générale Française, 1992 (Le Livre de Poche, Lettres Gothiques).
  • C. Dona, Douin de Lavesne, Trubert, Parme, 1994
  • Nouveau recueil complet des fabliaux (NCRF), éd. Willem Noomen, Assen, Van Gorcum, t. 10, 1998, p. 143-262.

Traduction en français[modifier | modifier le code]

  • La chevalerie des sots. Le roman de Fergus. Trubert fabliau du XIIIe siècle, trad. Romaine Wolf-Bonvin, Paris, Stock, 1990.
  • Trubert de Douin de Lavesne, trad. Bertrand Rouziès-Léonardi, Caen, Éditions Lurlure, 2019.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Payen, Jean Charles, « Trubert ou le triomphe de la marginalité », dans Exclus et systèmes d'exclusion dans la littérature et la civilisation médiévale, Senefiance, 5, 1978, p. 119-134.
  • Pierre-Yves Badel, Le sauvage et le sot. Le fabliau de « Trubert » et la tradition orale, Paris, Champion, 1979.
  • Batany, Jean, « Trubert: progrès et bousculades des masques », dans Masques et déguisements dans la littérature médiévale, éd. Marie-Louise Ollier, Montréal, Presses de l'Université de Montréal ; Paris, Vrin, 1988, p. 25-34.
  • Anne-Françoise Labie-Leurquin, « Douin de Lavesnes », Dictionnaire des lettres françaises: le Moyen Âge, éd. Geneviève Hasenohr et Michel Zink, Paris, Fayard, 1992, p. 390-391.
  • Corinne Füg-Pierreville, « Le déguisement dans Trubert : l’identité en question », dans Le Moyen Âge, tome CXIV, 2008, p. 315-334.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il se nomme deux fois : « Douins » (v. 5) et « Douins de l’Avesne » (v. 2719) ; son surnom suggère qu’il est originaire du nord de la France : Avesnes ?, Avesnes-le-Comte ?, Avesnes-sur-Helpe ? La langue du seul manuscrit conservé ne permet pas de le situer dans une zone dialectale précise.
  2. Incipit : « En fabliaus doit fables avoir / Si a il ce sachiez de voir / Por ce est fabliaus apelez /… ; explicit : « A tant est li rois endormiz / et la damoisele avec lui / braz a braz se dorment andui. »
  3. Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 2188.

Liens externes[modifier | modifier le code]