Douglas Reed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Douglas Reed
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Arme
Conflit
Site web
Œuvres principales
La Controverse de Sion (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Douglas Lancelot Reed né le et mort le est un journaliste et essayiste britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Reed commence à travailler à l’âge de 13 ans comme garçon de bureau d’abord, puis à partir de 19 ans comme employé de banque. Lors de la Première Guerre mondiale, il s’enrôle dans les troupes britanniques et est transféré dans le Royal Flying Corps, remportant une victoire dans un combat aérien. Vers 1921, il est embauché comme téléphoniste et employé au journal The Times, puis passe secrétaire de rédaction à l’âge de 30 ans. En 1927, il est désigné assistant correspondant à Berlin, puis il est muté à Vienne en tant que correspondant en chef pour l’Europe centrale, et poursuit ensuite sa carrière de reporter dans différentes capitales européennes, notamment à Varsovie, Moscou, Prague, Athènes, Sofia, Bucarest et Budapest[1].

Reed passa toute la Deuxième Guerre mondiale en Angleterre. En 1948, il se fixa à Durban, en Afrique du Sud. Dans son livre Far and Wide, de 1951, il observe :

« Pendant la Deuxième Guerre mondiale, je remarquai que les chiffres des pertes juives, dans les lieux où la guerre avait rendu toute vérification impossible, avaient été outrés de façon irresponsable, et je le dis dans un livre. Le processus continua jusqu’à la fin de la guerre, quand le nombre de six millions fut mis en avant… Aucune preuve ne peut être apportée. »

Reed est par la suite virtuellement proscrit par les éditeurs et par les libraires, et dans beaucoup de cas, ses anciens titres sont retirés des rayons des librairies[2].

Quoique dans les faits sa carrière d’auteur publié eût pris fin, Reed consacra néanmoins plusieurs années, notamment à New York et à Montréal, à rédiger son maître livre, The Controversy Of Zion (traduction française la Controverse de Sion). Malgré quelques amorces de pourparlers avec une maison d’édition, le manuscrit ne sera jamais soumis en vue de publication[2].

Dans les années 1960, Reed fut ouvertement opposé à la décolonisation de l’Afrique. Dans son The Battle for Rhodesia (1966), il compara explicitement cette décolonisation avec la susmentionnée politique d’apaisement envers Hitler ; il appuya fortement Ian Smith et sa déclaration unilatérale d'indépendance de la Rhodésie vis-à-vis du Royaume-Uni, arguant que la Rhodésie de Smith devait être défendue comme « le dernier bastion contre la Troisième Guerre mondiale », au même titre que la Tchécoslovaquie eût dû être défendue contre Hitler en 1938.

Reed mourut à Durban en 1976. Deux ans plus tard, The Controversy of Zion fut finalement mis sous presse, après que le manuscrit eut traîné pendant plus de deux décennies sur le haut d’une armoire au domicile de l’auteur[2].

Points de vue[modifier | modifier le code]

Dans son livre paru en 1938, Insanity Fair, il dénoncera la mégalomanie d'Adolf Hitler. Dans son livre La controverse de Sion, il explique que les élites juives ont instrumentalisé les deux guerres mondiales et en prépareraient une troisième dans le but d'installer un gouvernement mondial[3]. Il était également anticommuniste et opposé à la décolonisation de l'Afrique.[réf. souhaitée]

Dans La controverse de Sion, l'auteur s'emploie à démontrer qu'un projet biblique cherche à être atteint par un groupe politique, dont l'idéologie est celle de l'Ancien Testament. Ce projet consiste à détruire toutes les nations, pour mettre un gouvernement mondial en place. Pour appuyer ses propos, Douglas Reed se base sur l'Ancien Testament (qui est selon lui le document le plus vieux où le projet est exposé), sur les écrits de Joseph Kastein, Augustin Barruel, John Robison et d'autres de l'époque de la Révolution française (ainsi que sur les travaux de Nesta Webster), puis sur les Protocoles des sages de Sion, et de nombreux documents du XXe siècle, comme le Journal du major Jordan ou celui de James Forrestal.

Un point majeur développé dans ce livre est le fait que les gouvernements britanniques et américains soient sous la coupe du sionisme, depuis la déclaration Balfour. Douglas Reed apporte de nombreux éléments qui vont dans ce sens selon lui, comme des déclarations de Winston Churchill, ou Chaim Weizmann. Il cite souvent le journal de Weizmann, notamment lorsque celui-ci relate ses rencontres avec les chefs d'État. Par ailleurs, selon Douglas Reed, « on ne peut nier que la dictature communiste est une dictature juive », plusieurs chapitres sont consacrés à démontrer que le communisme est d'origine et sous contrôle de l'idéologie juive. Dans les derniers chapitres du livre, il retrace la création d'Israël et l'affrontement avec l'Égypte.

Œuvres[modifier | modifier le code]

en anglais
  • The Burning of the Reichstag (1934)
  • Insanity Fair: A European Cavalcade (Jonathan Cape, 1938)
  • Disgrace Abounding (do., 1939)
  • Fire and Bomb: A comparison between the burning of the Reichstag and the bomb explosion at Munich (do., 1940)
  • Nemesis? The Story of Otto Strasser (do,1940)
  • A Prophet at Home (do., 1941)
  • All Our Tomorrows (do., 1942)
  • Lest We Regret (do., 1943)
  • The Next Horizon;: Or, Yeomans' Progress, novel (do., 1945)
  • Downfall, play (do., 1945)
  • From Smoke to Smother (1938-1948): A Sequel to Insanity Fair (do., 1948)
  • Somewhere South of Suez (do., 1949)
  • Far and Wide: A further survey of the grand design of the twentieth century (do., 1951)
  • The Battle for Rhodesia (HAUM, 1966)
  • The Siege of Southern Africa, Macmillan Publishers, Johannesburg, 1974), (ISBN 0-86954-014-9)
  • Behind the Scene (Part 2 of Far and Wide) (Dolphin Press, 1975; Noontide Press, 1976, (ISBN 0-911038-41-8))
  • The Grand Design of the 20th Century (Dolphin Press, 1977)
  • Galanty Show, novel
  • Reasons of Health, novel
  • Rule of Three, novel
  • Prisoner of Ottawa
  • The Controversy of Zion (Veritas, 1985), préface de Ivor Benson
en français

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thurlow, Richard ; « Anti-Nazi Antisemite: The Case of Douglas Reed », dans Patterns of Prejudice (Londres, vol. 18, no. 1, janvier 1984), p. 23-34

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michael Billig, Methodology and Scholarship in Understanding Ideological Explanation, cité par Clive Seale, dans Social Research Methods: A Reader, accessed 27 January 2008
  2. a b et c Ivor Benson, dans sa préface à The Controversy of Zion, Dolphin Press, Durbin, 1978
  3. Douglas Reed, The Controversy of Zion (Veritas, 1985)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :