Douglas Murray (écrivain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Douglas Murray (auteur))
Douglas Murray
Description de cette image, également commentée ci-après
Douglas Murray en 2019.
Nom de naissance Douglas Kear Murray
Naissance (42 ans)
Londres, Angleterre, Royaume-Uni
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni britannique
Profession

Douglas Murray, (né le dans le quartier d'Hammersmith à Londres), est un écrivain, journaliste et commentateur politique britannique[1]. Il a dirigé le Centre for Social Cohesion de 2007 à 2011[2] et été directeur associé de la Henry Jackson Society[3].

Murray exprime régulièrement, à la télévision et à la radio, un point de vue néo-conservateur. Connu notamment pour ses critiques envers l'islam, il écrit pour de nombreux périodiques, dont Standpoint, the Wall Street Journal et The Spectator. Il est l'auteur de Neoconservatism: Why We Need It (2005) qui a remporté un vif succès dans les pays anglophones, ainsi que de Bloody Sunday: Truths, Lies and the Saville Inquiry (2011).

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Murray est né et a été éduqué avec son frère à Hammersmith (Londres). Sa mère est une fonctionnaire anglaise et son père est écossais, s'exprimant aussi en gaélique, et enseignant de profession[4]. La famille passe ses vacances d'été dans la maison ancestrale de son père à l'île de Lewis, où il s'adonne enfant à la pêche[4],[5].

Murray poursuit ses études à la St Benedict's School (en) d'Ealing dans le Grand Londres[6], puis reçoit une bourse pour Eton[7], avant de suivre des études de littérature anglaise au Magdalen College d'Oxford[8].

Publications[modifier | modifier le code]

Encore étudiant à Oxford, il écrit à dix-neuf ans[9] une biographie de Lord Alfred Douglas, que Christopher Hitchens qualifie de « magistrale »[10]. Après sa sortie d'Oxford, Murray écrit une pièce de théâtre, Nightfall, à propos du diplomate suédois Raoul Wallenberg[11].

En 2005, il fait paraître un panégyrique du néo-conservatisme, intitulé Neoconservatism: Why We Need It, entreprenant dans la foulée une tournée promotionnelle de l'ouvrage aux États-Unis[12].

En 2007, il collabore à Towards a Grand Strategy for an Uncertain World: Renewing Transatlantic Partnership, co-écrit par le général allemand Naumann, le général américain Shalikashvili, le maréchal britannique Lord Inge, l'amiral français Lanxade et le général néerlandais van den Breemen[13], sur la nécessité de l'Alliance Transatlantique. Son livre Bloody Sunday remporte le Prix du Mémorial Ewart-Biggs 2011-2012 pour l'avancée de la paix et de la compréhension[14]. Il fait paraître en juin 2013 son livre Islamophilia: a Very Metropolitan Malady.

En 2017, son livre L'étrange suicide de l'Europe: Immigration, identité, Islam (traduit de The Strange Death of Europe: Immigration, Identity, Islam) est un succès de librairie. Il y développe l'idée que l'Europe meurt sous le poids de l'immigration[15].

En 2019, il publie The Madness of Crowds: Gender, Race and Identity[16]. L'ouvrage est l'une des meilleures ventes en 2020 en Grande-Bretagne[17]. Ilest paru en français en 2020 sous le titre : La grande déraison: Race, genre, identité.

Journaliste et apparitions dans les médias[modifier | modifier le code]

Douglas Murray intervient régulièrement dans les médias britanniques, notamment à la BBC, à l'émission Question Time[18], à This Week et Today (BBC Radio 4)[19], The Big Questions... ou encore à The Daily Politics[20], où il émet l'opinion que la notion de multiculturalisme n'est pas à confondre avec celle de multiracialisme. Douglas Murray écrit aussi pour The Guardian et pour Standpoint ; il est chroniqueur régulier de The Spectator depuis 2012[21].

Points de vue sur l'islam[modifier | modifier le code]

Douglas Murray - « The migrant crisis of 2015 and its ongoing effects ».

Murray critique régulièrement l'islam, au sein duquel il identifie une « croyance teintée de fascisme islamique [qui est] un fondamentalisme pervers, né à l'âge des ténèbres pour nous attaquer ici et maintenant. »[22]. Il considère que le relativisme culturel ne fait qu'exacerber le problème. Il qualifie l'islamophobie de non-sens, car « il y a un nombre considérable de raisons de craindre certains aspects — certes, pas tous — ainsi que certaines versions de l'islam. »[23]. À cause de ses commentaires sur l'extrémisme islamique tel qu'on peut le rencontrer aux Pays-Bas, il est aujourd'hui obligé, lorsqu'il se rend dans ce pays, de se faire accompagner d'un policier.

Douglas Murray a écrit en mars 2009 à la Home Secretary (ministre de l'Intérieur) Jacqui Smith, la prévenant qu'il allait demander un mandat d'arrêt international contre le représentant du Hezbollah Ibrahim Moussawi, si celui-ci voulait pénétrer au Royaume-Uni[24]. Le Home Office finit par refuser à Moussawi son visa d'entrée[25]. En 2009, Murray est empêché de présider, à la London School of Economics, un débat entre Alan Sked et Hamza Tzortzis. Cela provoque une levée de boucliers de la part de la presse conservatrice, notamment The Daily Telegraph et The Spectator[26].

De la même façon, en 2009, la police interdit à Douglas Murray de participer à un débat avec Anjem Choudary, de crainte que Murray ne soit attaqué. Il apparaît ensuite que le service d'ordre était recruté parmi les membres du groupe islamiste Al-Muhajiroun[27].

En 2010, Murray débat encore sur le sujet : « l'Islam est-il vraiment une religion de paix ? », accompagné de Ayaan Hirsi Ali, et contre Zeba Khan et Maajid Nawaz[28].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Douglas Murray, qui a grandi dans l'Église anglicane, se considère aujourd'hui comme athée, mais de culture chrétienne[29]. Il est ouvertement homosexuel[30].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Monographies originales en anglais[modifier | modifier le code]

  • Douglas Murray, Bosie : A Biography of Lord Alfred Douglas, , 374 p. (ISBN 0-340-76771-5) - Prix Lambda Literary
  • Douglas Murray, Neoconservatism : Why We Need It, , 223 p. (ISBN 1-904863-05-1)
  • Douglas Murray, Bloody Sunday : Truths, Lies and the Saville Inquiry, Londres, Dialogue, , 338 p. (ISBN 978-1-84954-149-7), p. 320
  • Douglas Murray, Islamophilia : a very metropolitan malady, emBooks, (ISBN 978-1-62777-050-7), p. 57
  • Douglas Murray, The Strange Death of Europe : Immigration, Identity, Islam, Bloomsbury Continuum, , 352 p. (ISBN 978-1-4729-4224-1), p. 352
  • Douglas Murray, The Madness of Crowds : Gender, Identity, Morality, Bloomsbury, , 288 p. (ISBN 978-1-4729-5997-3), p. 288

Traduction en français[modifier | modifier le code]

  • L'étrange suicide de l'Europe : Immigration, identité, Islam [« The Strange Death of Europe: Immigration, Identity, Islam »] (trad. de l'anglais), Paris, L'Artilleur, , 544 p. (ISBN 978-2-8100-0825-4)
  • La grande déraison : Race, genre, identité [« The Madness of Crowds: Gender, Identity, Morality »] (trad. de l'anglais), Paris, L'Artilleur, , 416 p. (ISBN 978-2810009886)

En tant que coauteur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « 4 Douglas Murray », The Scotsman, (consulté le 11 mars 2015)
  2. (en) « Official Douglas Murray Site »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Douglasmurray.co.uk (consulté le 11 mars 2015)
  3. La Henry Jackson Society est un think-tank britannique pro-Union européenne, défenseur des droits de l'homme et de l'alliance avec les États-Unis. Il est maintenant Associate Editor de l'hebdomadaire The Spectator
  4. a et b (en) Richard Holloway, « Sunday Morning With... », BBC Radio Scotland,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « 4 Douglas Murray », sur The Scotsman, (consulté le 26 avril 2012)
  6. (en) « St. Benedicts Activities Bulletin » [PDF] (consulté le 12 novembre 2010)
  7. (en) « Education Supplements: Chance of a lifetime – Douglas Murray », spectator.co.uk (consulté le 11 mars 2015)
  8. Dinitia Smith, « Article », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2015)
  9. « Pass Notes: Douglas Murray », The Guardian, Londres,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2015)
  10. (en) Christopher Hitchens, « Christopher Hitchens: Young Brit defends American people, politics and policies », washingtonexaminer.com/, (consulté le 11 mars 2015)
  11. (en) Daniel Freedman, « Mugged by Reality », nysun.com, (consulté le 11 mars 2015)
  12. Daniel Freedman, « Mugged by Reality », New York Sun,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2015)
  13. (en) « Towards a Grand Strategy for an Uncertain World: Renewing Transatlantic Partnership » [PDF] (consulté le 11 mars 2015)
  14. (en) « The 2011 – 2012 Prize | Christopher Ewart-Biggs Memorial Prize », Ewartbiggsprize.org.uk, (consulté en 4 11 mars 2015)
  15. Douglas Murray : "Le rêve que les mosquées côtoient les bars gay ne se concrétise pas", entretien, lepoint.fr, 14 juin 2017
  16. « Subscribe to read | Financial Times », sur www.ft.com (consulté le 24 juin 2020)
  17. Épisode 1 : Douglas Murray : quand politique de l'identité rime avec déraison, franceculture.fr, 8 février 2021
  18. « This week's panel », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2015)
  19. (en) « Radio 4 – Today Programme Listen Again », BBC, (consulté le 11 mars 2015)
  20. « Douglas Murray: 'multiculturalism is not multiracialism' », bbc.co.uk,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2015)
  21. Roy Greenslade, « Chancellor returns to The Spectator », Guardian, Londres,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2015)
  22. (en) Douglas Murray, « Neoconservatism: why we need it – a talk to the Manhattan Institute », Web Review, The Social Affairs Unit, (consulté le 11 mars 2015)
  23. (en) Douglas Murray, « Standpoint », UK (consulté le 11 mars 2015)
  24. David Barrett, « Campaigners will seek arrest of Islamic radical », The Daily Telegraph, Londres,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2015)
  25. Rosa Prince, « Ibrahim Moussawi denied visa over Hezbollah », The Daily Telegraph, Londres,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2015)
  26. Melanie Phillips, « The LSE caves in to terror », The Spectator,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2015)
  27. « Douglas Murray: Why we must debate with extremists like al-Muhajiroun | Comment is free », theguardian.com,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2015)
  28. « Is Islam a Religion of Peace? », NPR,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2010)
  29. « Studying Islam has made me an atheist », The Spectator,‎ (lire en ligne)
  30. (en) The Pro-Islamist Left; Douglas Murray & Maryam Namazie [Youtube video] () Consulté le . La scène se produit à 1:32.

Liens externes[modifier | modifier le code]