Dottignies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dottignies
(nl) Dottenijs
Dottignies
L'église Saint-Léger en août 2015.
Blason de Dottignies
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Tournai-Mouscron
Commune Mouscron
Code postal 7711
Zone téléphonique 056
Démographie
Gentilé Dottignien(ne)
Population 7 130 hab. (31/12/2005)
Densité 500 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 43′ nord, 3° 18′ est
Superficie 1 427 ha = 14,27 km2
Localisation
Localisation de Dottignies
Localisation de Dottignies au sein de Mouscron
Géolocalisation sur la carte : Hainaut
Voir sur la carte administrative du Hainaut
City locator 14.svg
Dottignies
Géolocalisation sur la carte : Région wallonne
Voir sur la carte administrative de Région wallonne
City locator 14.svg
Dottignies
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Dottignies
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Dottignies
Liens
Site officiel www.dottignies.org

Dottignies (en néerlandais Dottenijs, en picard Dot'gnie) est un village belge de la commune de Mouscron située dans la province de Hainaut en Wallonie picarde et en Flandre romane. Géographiquement, Dottignies fait partie de la Wallonie picarde.

Étymologie[modifier | modifier le code]

872 Dottiniacas : propriétés de ceux de (suffixe -iniacas) Dotto, anthroponyme germanique, hypocoristique de Dodon[1],[2],[3].

La forme néerlandaise est un emprunt tardif au roman[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1101, commence la lignée des seigneurs de Dottignies, avec Maria de Dothegnies, suivront les familles d'Halluin, de Stavele, Van der Gracht, de Croy, Richardot, de Jonghe et de Berthout.
Au lendemain de la bataille des éperons d'or, les Français en fuite sont pourchassés par les Flamands jusqu'à Dottignies. En 1303, les Flamands ravagent la région jusqu'à Tournai et mettent le feu à la ferme du Vallemprez.
Le 18 juillet 1693, à la tête de deux corps d'armée alliés, le duc de Wurtemberg attaque les Français à Dottignies, la bataille est âpre et de nombreux édifices n'y résistent pas.
En 1792 et 1793 les révolutionnaires français font de régulières incursions dans la localité et terrorisent la population. Prêts à mettre le feu à l'église, une rançon de 1 000 couronnes arrange la situation.
À la suite de modifications administratives et territoriales sous le régime français, Dottignies entre dans le département de la Lys en 1795.
La commune fera partie du canton de Courtrai en 1815, puis du canton de Mouscron en 1882[5].

La population du village s'élève en 1765 à 2.578 habitants, en 1801 à 2.923 habitants, en 1846 à 3.995 habitants[6], en 1934 à 5.948 habitants[7].

Appartenances territoriales[modifier | modifier le code]

Faisant partie du département de la Lys sous le régime français, elle fut transférée de la province de Flandre-Occidentale à celle de Hainaut le 8 novembre 1962. Depuis cette date, ses habitants néerlandophones minoritaires bénéficient de facilités administratives.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Origine du symbole de Dottignies : la main[modifier | modifier le code]

Le symbole de Dottignies, la "Main dottignienne", a des origines plus qu'obscure. Bien qu'il n'existe aucun acte écrit, ni de preuve tangible, il existe quelques hypothèses quant aux débuts de cette main :

  • Relation étymologique avec "Dottignies", qui aurait pu signifier par analogie plaisante « doigts qui tiennent » ; sans rapport avec l'étymologie réelle ;
  • Relation entre la main de Dottignies et les armoiries des ducs de Bourgogne (en 1450) ou celles d'Anvers ;
  • Pose de cet emblème à la suite du terme des conflits opposant la Flandre et la France (XIIIe siècle) ;
  • Signe d'unité créé entre des populations de cultures différentes au sein d'une même patrie ;
  • Marque de réconciliation entre les partis au moment de la Révolution, vers 1793[8].
  • à la suite de la rançon de 1000 couronnes payée aux révolutionnaires français, la main fut posée sur le clocher en signe d'alliance et de paix

Armoiries[modifier | modifier le code]

Armoiries de Dottigies

Le scel échevinal employé en 1763 et octroyé par le vicomte Guillaume-François Bertout de Carillo a été retenu comme armoiries communales par Arrêté royal du 31 mai 1932[9].

Blasonnement : Écartelé : au 1 et au 4 d'azur au chevron d'argent accompagné en chef de deux étoiles d'or ; aux 2 et 3 de gueules à une tour crénelée d'argent surmontée d'une aigle de sable tenant dans sa griffe dextre une couronne d'or ; l'écu timbré d'une couronne à trois perles séparées par deux pointes et supporté par deux lévriers d'argent colletés de gueules bordés et bouclés d'or[10],[11].

Monuments[modifier | modifier le code]

Dans le cimetière, vingt-quatre tombes de soldats britanniques de la Première Guerre mondiale sont présentes.

L'église paroissiale Saint-Léger[modifier | modifier le code]

L'église mesure 62,35 m et les nefs ont une largeur de 20,54 m. Le clocher a une hauteur de 64 m. La surface de l'édifice est de 800 m2 et donne la possibilité d'accueillir 2 000 personnes. Cette église a été consacrée en 1913 par Monseigneur Waffelaert, évêque de Bruges. En 2013, plusieurs évènements religieux et culturels seront organisés afin de célébrer le centenaire de l'église.

Le vieux clocher[modifier | modifier le code]

Le clocher de l'ancienne église.

Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1939, no 54007-CLT-0007-01)

Le clocher de l'église primitive, édifiée au début du XIIIe siècle, coexiste, à quelques centaines de mètres, avec l'église actuelle. Il accueille, ponctuellement, différentes manifestations festives et culturelles[12].

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Leonard du Bus de Gisignies

La Dottignienne, hymne du village[modifier | modifier le code]

L’hymne de Dottignies fut composé par l'abbé Louis-Marie Goormachtigh. Les sociétés musicales de la commune débutent tous les concerts par cette composition. La Dottignienne s'associe régulièrement à La Brabançonne lors des festivités et des célébrations diverses du village. La Dottignienne est composée de 4 couplets, d'un refrain et d'une ritournelle. Ceux-ci seront entonnés après chaque couplet. Des couplets ont été ajoutés après la seconde guerre mondiale mais voici la version originale :

Sports[modifier | modifier le code]

Grand Prix international de Dottignies[modifier | modifier le code]

Le Grand Prix international de Dottignies est une compétition cycliste féminine créée en 2002. Elle fait partie du Calendrier international féminin UCI en catégorie 1.2 et de la Lotto Cycling Cup pour Dames.

Ronde de Dottignies[modifier | modifier le code]

Marc Duquesnoy lors de l'arrivée de la 3e étape de l'Eurométropole Tour 2014 à Middelkerke.

La Ronde de Dottignies est une compétition cycliste formée de plusieurs manches ; celles-ci sont des courses locales disséminées au cours de la saison, et un classement par points donne lieu à un classement général qui constitue la compétition. Créée en 1970 et réservée aux 15 et 16 ans, elle est organisée par le Vélo Club Dottignies. Jean-Luc Vandenbroucke remporte la compétition en 1971 grâce à sa victoire sur les neuf manches[13].

L'édition 2018 est remportée par la Wallon Dayan Van Rillaert, le dernier wallon à avoir remporté la course était alors Sébastien Grignard. Marc Duquesnoy cesse fin 2019 l'organisation de la Ronde de Dottignies, il s'agit alors de la cinquantième édition[14]. La compétition doit alors devenir à partir de 2020 la Ronde de Mouscron[13].

Année Vainqueur Deuxième Troisième
1970 Marc Demeyer
1971 Jean-Luc Vandenbroucke[13]
1972 Michel Fiévez
1973 Danny Vanderbeke
1974 Jean-Claude Dupont
1975 Philippe Vanderghinste
1976 Patrick Duchau
1977 Johan Kindt
1978 Marc Goethals
1979 Rik Debaere
1980 Pascal Clément
1981 Chris Mahieu
1982 Patrick Vaeyens
1983 Jean-François Filmotte
1984 Chris Sabbe
1985 Fabrice Naessens
1986 Dominique Kint
1987 Carmino Baelen
1988 Dimitri Naessens
1989 Émile Amorison
1990 Lieven Desplenter
1991 Bart Raevens
1992 Olivier Génicot
1993 Tony Hias
1994 Frédéric Amorison
1995 Vincent Renard
1996 Giovanni Debeyter
1997 Geoffrey Coupé
1998 Bill Vandererven
1999 Kurt Vanhereweeghe
2000 Guillaume Lernould
2001 Jérémy Devaux
2002 Jérémy Devaux
2003 Jeremy Hammel
2004 Ward Vandekerkhove
2005 Brian Ligneel
2006 Jonathan Breyne[13]
2007 Jonathan Breyne[13]
2008 Ludwig Verstraete
2009 Seppe Verschuere
2010 Quentin Jauregui
2011 Jimmy Duquennoy[15]
2012 Antoine Loy
2013 Quentin Thérain
2014 Harold Boquet
2015 Sébastien Grignard
2016 Jarne Van Dijk
2017 Laurens Vandaele[16],[17]
2018 Dayan Van Rillaert[14],[16] Xander Catteeuw Simon Vandevannet
2019 Theo Lowie

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A. Carnoy, Origines des noms des communes de Belgique, Louvain, Éditions Universitas, , 2 vol.
  2. (nl) Maurits Gysseling, Toponymisch Woordenboek van België, Nederland, Luxemburg, Noord-Frankrijk en West-Duitsland (vóór 1226), Tongres, Belgisch Interuniversitair Centrum voor Neerlandistiek, (lire en ligne)
  3. A. Vincent, Les noms de lieux de la Belgique, Bruxelles,
  4. Jean-Jacques Jespers, Dictionnaire des noms de lieux en Wallonie et à Bruxelles, Racine, Bruxelles, 2005
  5. Jean Deroubaix, Dictionnaire de l'arrondissement Mouscron-Comines, 1973
  6. Mémoires de la société d'histoire de Mouscron et de la région, Tome 5, fasc. 2, 1983
  7. Journal « Le Sud », [1], 13 janvier 1935
  8. Le Mystère de la Main
  9. « Histoire - Dottignies - Ville de Mouscron »
  10. Lieve Viaene-Awouters et Ernest Warlop, Armoiries communales en Belgique, Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, t. 2 : Communes wallonnes M-Z, Communes bruxelloises, Communes germanophones, Bruxelles, Dexia, , p. 571
  11. En héraldique, aigle est féminin. Voir Aigle (héraldique)
  12. Patrimoine monumental de Belgique, volume 6-2, p. 863-864.
  13. a b c d et e Benoît Veys, « Dottignies : La Ronde dans leur jardin », sur https://www.dhnet.be/, La Dernière Heure/Les Sports,  : « Jean-Luc Vandenbroucke, en 1971, et Jonathan Breyne, en 2006 et 2007, ont remporté le classement final sur leurs terres. »
  14. a et b Julien Gillebert, « La dernière Ronde de Dottignies en 2019 », sur https://www.dhnet.be/, La Dernière Heure/Les Sports,  : « Marc Duquesnoy va arrêter l’an prochain son organisation, dont l’édition 2018 a été remportée par le régional Dayan Van Rillaert »
  15. Vincent Coppenolle, « Jimmy Duquennoy plus que comblé », sur https://www.lavenir.net/, L'Avenir,  : « Il remporte le Bush-Beer et aussi la Ronde de Dottignies. »
  16. a et b James Odvart, « Dayan Van Rillaert remporte le classement général de la Ronde 2018 », sur https://www.vcdottignies.com/, Vélo Club Dottignies,  : « Déjà vainqueur de la cinquième étape de la Ronde de Dottignies, Dayan Van Rillaert s'est adjugé le classement final de la Ronde de Dottignies. Il a terminé cinquième de la dernière manche et a profité aussi des malheurs de Xander Catteeuw, le leader. Du coup, c'est le coureur de Sprint 2000 Charleroi qui s'impose et succède à Laurens Vandaele. »
  17. « Dottignies : Ronde 2017 - 5e étape - Laurens Vandaele le plus rapide au sprint », sur https://mouscron.blogs.sudinfo.be/,  : « Laurens Vandaele (Cycling Team Luc Wallays - Jonge Renners) a remporté ce samedi la cinquième étape de la Ronde de Dottignies, le Mémorial Pierrot Deleersnijder sur 63 kilomètres. [...] Laurens Vandaele est d'ores et déjà assuré de la victoire finale sur la Ronde de Dottignies. »

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Site (non officiel) de Dottignies

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine monumental de la Belgique, vol. 6, t. 2 : Wallonie, Hainaut, Tournai/Mouscron, Liège, Pierre Mardaga, éditeur, , 911 p. (ISBN 2-87009-588-0, lire en ligne)