Dorure sur bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Dorure sur bois *
UNESCO-ICH-blue.svg Inventaire du patrimoine culturel
immatériel en France
Karl Schreibe et F. Koelner, Bergère (1815), Russie
Karl Schreibe et F. Koelner, Bergère (1815), Russie
Domaine * Savoir-faire
Lieu d'inventaire Bourgogne
Saône-et-Loire
Chapaize
* Descriptif officiel Ministère de la Culture et de la Communication (France)

La dorure sur bois est une technique apparue dès l'Antiquité consistant à recouvrir le bois de feuilles d’or pour en rehausser l'apparence. Elle est dorénavant surtout pratiquée dans le cadre de la restauration d’œuvres d’art[1].

Bernard Delaval est l’un des cinq artisans doreurs de Bourgogne. Installé à Chapaize, en Saône-et-Loire, il pratique la dorure sur bois depuis les années 1970. Après une enquête réalisée chez lui, la pratique de la dorure sur bois a été inscrite à l’Inventaire du patrimoine culturel immatériel en France[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le savoir-faire de la dorure sur bois provient des Égyptiens, qui très tôt savaient utiliser la feuille d’or, en particulier pour décorer les sarcophages[3]. L’or est, dans beaucoup de civilisations, d’abord utilisé dans le domaine religieux (mobilier liturgique, décoration des lieux de cultes). En France, le bois doré arrive dans le domaine laïc grâce à Louis XIV, qui exige du mobilier en or. Les nobles suivant toujours la mode du roi, s’acquittèrent dès lors eux aussi de ce type de mobilier. De ce fait, le métier de doreur prit beaucoup d’importance et les techniques évoluèrent[4].

Des plaques d’or cloutées, les artisans passèrent au maniement des feuilles d’or afin de suivre au mieux toutes les formes du bois. Cette pratique se perpétue jusqu’au XIXe siècle, période à laquelle elle connait son apogée. Cependant, l’arrivée de la production industrielle de bois doré et les deux guerres mondiales mirent à mal le métier de doreur sur bois. Ce n’est que dans les années 1950 que la dorure sur bois retrouve un peu d’attrait[3]. Avec la loi Malraux de 1962 sur les secteurs sauvegardés, les artisans doreurs retrouvent du travail dans la rénovation des œuvres dorées. Mais, le métier tend à disparaître, seuls une centaine subsistent en France.

Technique[modifier | modifier le code]

La dorure pratiquée de manière performante mobilise un certain nombre de compétences qui relèvent de métiers différents : menuiserie-ébénisterie, sculpture, modelage, reparure (gravure) et dorure. Dans le cadre d'une restauration, la méthode est déduite de la connaissance et de l'examen de la pièce, en particulier au moyen des documents qui peuvent en parler, de la documentation personnelle ou institutionnelles.

La première tâche consiste à vérifier la qualité et solidité de l'objet, de pallier ses défauts au besoin. Puis le bois est préparé pour la dorure, notamment pour améliorer l'adhérence. Il peut être dégraissé à l’aide d’acide acétique et de colle de peau de lapin. Suit l’encollage par application d’une préparation à base de colle de peau et de « Blanc de Meudon » (craie), afin de le rendre plus adhérant pour l’apprêt appliqué à chaud en 8 à 12 couches, immédiatement pochées et lissées. L’apprêt est ensuite poncé et adouci. Le doreur s'occupe alors de la reparure en faisant ressortir les petits détails du décor engorgés par l’apprêt en le gravant minutieusement à nouveau. Les feuilles d’or sont polies et brunies pour faire ressortir les teintes, puis elles sont posées sur le bois. Ce sont souvent des mains féminines qui se chargent de cette étape qui demande beaucoup de délicatesse[5]. L’adoucissage va enfin adapter l’or en fonction du reste de l’œuvre, notamment pour atténuer la différence entre l’or ancien et patiné, et l’or ajouté.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Fiche métier du Doreur sur bois, à l'Institut National des Métiers d'Art

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche d'inventaire du patrimoine culturel immatériel en France
  2. Fiche d’inventaire de la « Dorure sur bois » au patrimoine culturel immatériel français, sur culture communication.gouv.fr (consulté le 15 avril 2015)
  3. a et b Fiche d'inventaire du PCI en France, page 6
  4. id.
  5. Fiche d'inventaire du PCI en France, page 2-3