Dorothy Vaughan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dorothy Vaughan
Dorothy Vaughan.jpg
Dorothy Vaughan
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 98 ans)
HamptonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Dorothy Johnson Vaughan (20 septembre 1910 - 10 novembre 2008) est une mathématicienne afro-américaine ayant travaillé pour le National Advisory Committee for Aeronautics (NACA), l'ancienne NASA. Avant d'intégrer le centre de recherche Langley du NACA en 1943, Vaughan a travaillé comme professeure de mathématiques à la R. R. Moton High School à Farmville, en Virginie[1].

En 1949, Vaughan a pris la tête des West Area Computers, un groupe de travail composé entièrement de mathématiciennes afro-américaines[2]. La mathématicienne Katherine Johnson a travaillé avec le groupe de Vaughan, avant d'être transférée à Langley à la division de la recherche.

Vaughan a continué à Langley après que la NACA soit devenue la NASA. Elle s'est spécialisée pour le reste de sa carrière dans l'électronique, l'informatique et la programmation Fortran. Elle a travaillé au département d'analyse et de calcul du Centre de recherche Langley et a également participé au projet Scout[3].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Dorothy Vaughan naît de Annie et Leonard Johnson le 20 septembre 1910 à Kansas City, dans l'État du Missouri[4]. Ses parents sont Leonard H. et Annie Johnson[5]. Sa famille déménagea à Morgantown, dans l'État de Virginie-Occidentale en 1917[6], où elle fut diplômée du lycée Beechurst en 1925[7]. Elle bénéficia d'une bourse d'étude complète et obtint une licence de mathématique en 1929 à l'Université de Wilberforce, une université traditionnellement noire située dans la ville de Wilberforce, en Ohio[6]. Elle est membre de la sororité Alpha Kappa Alpha[7].

Carrière[modifier | modifier le code]

Bien qu'encouragée par les professeurs à faire des études supérieures à l'Université Howard[8], Dorothy Vaughan commence rapidement à travailler en tant que professeure. Elle voulait aider sa famille lors de la Grande Dépression. Dorothy Vaughan a épousé Howard S. Vaughan, Jr., en 1932, et le couple a eu six enfants[9].

Après le collège, Vaughan a travaillé comme professeure de mathématiques au R. R. Moton High School à Farmville, en Virginie[9]. La ségrégation raciale était encore en place dans les écoles publiques et autres établissements de Virginie en vertu de la loi de Jim Crow[8].

En 1943, Vaughan a commencé à travailler à la NACA, qui avait créé en 1935 une section de femmes mathématiciennes, qui effectuaient des calculs complexes pour le programme aéronautique de l'armée américaine[4],[8]. À l'origine, le poste proposé à Vaughan est temporaire, juste le temps de la guerre[10]. Vaughan a été affectée à la zone ouest des ordinateurs du Centre de recherche Langley de Hampton, en Virginie. Ce groupe séparé est constitué de femmes Africaines-Américaines faisant des calculs mathématiques complexes à la main, en utilisant les outils de l'époque[8]. En 1949, elle est la première femme africaine-américaine nommée au poste de superviseure du groupe de la zone ouest[6] et est en charge d'envoyer les membres de son groupe dans d'autres unité lors des demandes de main-d'œuvre[7].

Leur travail se poursuit dans les années d'après guerre pour soutenir le programme spatial des États-Unis qui a été développé sous la présidence de John F. Kennedy. La NACA est intégrée à la NASA et le groupe de calculatrice à la Division d'analyse et de calcul[6] qui est un groupe de travail intégré mettant fin à la ségrégation dans l'entreprise[7]. En 1961, Vaughan se dirige vers le secteur du calcul électronique, après que la NACA a acquis le premier calculateur. Elle commence l'écriture d'un ouvrage compilant les calculs d'algèbre utiles pour travailler sur les calculateurs[7]. Vaughan devient très compétente en programmation informatique, enseignant le FORTRAN[6] et incitant ses collègues à se préparer à la transition[11]. Elle a contribué au programme spatiale à travers son travail sur le programme de lanceur Scout[12],[13].

Durant ses années à la NASA, elle s'engage dans la lutte pour l'égalité salariale entre hommes et femmes[11].

Elle prend sa retraite en 1971[6] après s'être vue refuser un poste de dirigeante au Centre de recherche Langley[7],[10].

Elle meurt le 10 novembre 2008 à l'âge de 98 ans[10].

Hommages[modifier | modifier le code]

Le 15 novembre 2018, une loi est votée au Congrès pour qu'elle reçoive la Médaille d'or du Congrès à titre posthume pour son travail pour la NASA en même ue deux de ses anciennes collègues, Katherine Johnson et Mary Jackson ainsi que la docteur Christine Darden[14],[15].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Elle est l'objet du livre intitulé Hidden Figures de Margot Lee Shetterly, adapté au cinéma en 2017 sous le titre Les Figures de l'ombre[16]. Son rôle est interprété par Octavia Spencer.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Loh-Hagan, Virginia, Dorothy Vaughan, Ann Arbor (Michigan), Cherry Lake Publishing,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Dorothy Vaughan Obituary - Hampton, VA - Daily Press », Daily Press
  2. http://crgis.ndc.nasa.gov/crgis/images/2/29/VaughanBio.pdf
  3. « The Women In Aeronautical Research- Beverly Golemba, 1990 », NASA
  4. a et b (en) Barbara Allman, The Most Influential Women in STEM, The Rosen Publishing Group, Inc, (ISBN 9781508179771, lire en ligne)
  5. « États-Unis : qui sont les « colored computers », femmes noires et pionnières oubliées de l’aérospatiale ? – JeuneAfrique.com », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne)
  6. a b c d e et f (en) « Dorothy Vaughan | Biography & Facts », Encyclopedia Britannica,‎ (lire en ligne)
  7. a b c d e et f « Mathematician Dorothy Vaughan, a pioneer in the Space Age », Amsterdam News,‎ (lire en ligne)
  8. a b c et d (en) « The Hidden Black Women Who Helped Win the Space Race », The Cut,‎ (lire en ligne)
  9. a et b (en) Shetterly, Margot Lee,, Les figures de l'ombre (ISBN 9780062363596, OCLC 950004289, lire en ligne)
  10. a b et c « Katherine Johnson, Mary Jackson et Dorothy Vaughan, les véritables femmes de l’ombre de la Nasa », parismatch.be,‎ (lire en ligne)
  11. a et b (en) Maryam Washington, Careers for Tech Girls in Web Development, The Rosen Publishing Group, Inc, (ISBN 9781508180265, lire en ligne)
  12. « Dorothy Vaughan | The Human Computer Project », sur thehumancomputerproject.com (consulté le 20 janvier 2018)
  13. (en) « NASA's Real 'Hidden Figures' », Space.com,‎ (lire en ligne)
  14. (en-US) « Warner, Kaine bill that awards Congressional Gold Medal to four African American women for work at NASA passes Senate », Augusta Free Press,‎ (lire en ligne)
  15. (en-US) Marina Fang, « Bipartisan Group Of Senators Nominates 'Hidden Figures' Trailblazers For Congressional Gold Medal », Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  16. L’histoire secrète de la NASA