Dorothy Todd Hénaut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dorothy Todd Hénaut
Image dans Infobox.
Dorothy Todd Hénaut à la Cinémathèque québécoise le 24 octobre 2018.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Dorothy ToddVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Dorothy Todd Hénaut est une réalisatrice, productrice, scénariste, actrice, directeur de la photographie et monteuse, canadienne née en 1935 à Hamilton (Ontario).

Biographie[modifier | modifier le code]

Dorothy Todd Hénaut naît en 1935 en Ontario. Elle est membre de Voice of Women for Peace Movement depuis 1964. Elle coordonne la participation internationale au Pavillon de la jeunesse à l'Expo 67[1].

En 1968, elle commence à travailler à l'Office national du film, en tant que pigiste dans le programme Société Nouvelle / Challenge for Change[2],[3],[4]. Elle y est rédactrice en chef des infolettres du programme et développe un intérêt grandissant pour les nouvelles technologies médiatiques comme outils pour la démocratie et le changement social[2]. Elle accompagne les projections des films du programme Challenge for Change dans les universités ainsi que les écoles et participe à des projections tests pour répondre aux questions du public. En 1969, elle collabore avec Bonnie Sherr Klein (en) à la réalisation du film VTR Saint-Jacques/Opération boule de neige[5],[6]. Ce projet a permis d'utiliser la caméra vidéo comme un outil de communication permettant d'élaborer des stratégies menées par le comité des citoyens de Saint-Jacques visant à résoudre, entre autres, les problèmes de précarité liés au domaine de la santé et du logement[7]. En 1970, le premier numéro de la revue new-yorkaise Radical Software (en) publie son article décrivant le projet Challenge for Change avec le comité des citoyens de Saint-Jacques[8]. Au début des années 1970, le Film and Television Board of the Australian Counical for the Arts fait appel à son expertise en vidéo communautaire, acquise avec Challenge for Change, dans le but de les conseiller sur la rationalisation des centres vidéo australiens[9].

En 1973, son premier court-métrage The New Alchemists[10], primé à New York, porte un regard avant-gardiste sur l'apport de technologies respectueuses de l'agriculture durable. Elle collabore aussi au studio D de l'ONF, le studio des femmes, en réalisant et produisant des documentaires de 1977 à 1989[11].

Inspirée par la production artistique de Kittie Bruneau, elle poursuit également une carrière d'artiste peintre depuis le milieu des années 1980. Sa première exposition solo a lieu en 2009[12].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mariée en 1954 à Serge Hénaut, divorcée en 1964, elle est mère de deux enfants, Suzanne Hénaut et Marc Hénaut.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme réalisatrice[modifier | modifier le code]

Comme productrice[modifier | modifier le code]

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Comme directrice de la photographie[modifier | modifier le code]

Comme monteuse[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1976 : Prix Red Ribbon du American Film Festival à New York dans la catégorie Environnement pour The New Alchemists[14],[15].
  • 1996 : Mention spéciale au 11e Congrès international sur les soins aux malades en phase terminale à Montréal pour You Won't Need Running Shoes, Darling.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • « Prenons garde d'ériger de nouvelles barrières », Le Devoir, 27 février 1963
  • « Expo as Environment », arts/canada, no 113, October 1967, p. 11
  • « Richard Lacroix's Musical instruments, Les Mécaniques », arts/canada, no 114, Novembre 1967, p. 1-2
  • « Montreal: artistic freedom on trial », arts/canada, no 115, December 1967
  • « 1967 - The Moment of Truth for Canadian Crafts », arts/canada, no 104, January 1967. p. 20-22
  • « Canada's New Kind of Filmmaking: Implicating People in the Process of Change », Film Library Quaterly, vol. 2, no 4, Fall 1969, p. 52-54
  • (en) Dorothy Todd Hénault et Bonnie Kline, « In the Hands of Citizens : a Video Report », Radical Software, vol. 1, no 1 « The Alternate Television Movement »,‎ , p. 11-12 (lire en ligne)
  • « The Media: Powerful Catalyst for Community Change », Mass Media and Adult Education, New Jersey : Educational Technology Publications, 1971, p. 105-124
  • « Films for Social Change : The Hammer and the Mirror », Studies in Canadian Communications, Montreal : McGill University, 1975, p. 175-188
  • (en) Dorothy Todd Hénault, Report of the Australian Video Access Project, Australia, Film and Television Board of the Australian Council for the Arts, , 41 p. (lire en ligne)
  • « Blueprint for Community Organising », Social Security Quarterly, Printemps 1975, p. 8-10
  • (en) Dorothy Todd Hénault, « Firewords », Cinéma Canada,‎ , p. 29 (ISSN 0009-7071)
  • « Notes d'espoir », Femmes d'action, volume 18, no 5, juin-juillet-août 1989, p. 17-18
  • « Le défi du risque », Revue Lumières, Décider d'un pays, no 24, automne 1990, p. 50-51
  • Dorothy Todd Hénaut, « Le Québec...un peu...beaucoup...passionnément », 24 images,‎ , p. 76 (ISSN 0707-9389)
  • « Video Stories from the Dawn of Time », Visual Anthropology Review, Vol. 7, No 2, Fall 1991, p. 85-101
  • « The Challenge for Change/Société nouvelle », Experience, Video the Changing World, Montreal/New York : Black Rose Books, 1991, p. 48-53
  • (en) Dorothy Todd Hénaut, « Ethics and audience : Echoes of Challenge for Change », Perforations, no 1,‎ , p. 12-13 (ISSN 0715-9862)
  • « The lessons of Quebec culture and nationalism », Canadian forum, juin 1995, p. 24-25
  • « Duet », écrit avec Suzanne Hénaut, Bringing it Home, Women Talk about Feminism in their Lives, Vancouver : Arsenal Pulp Press, 1996, p. 154-175

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sandra Alfoldy, « Moncrieff Williamson, Maritime Regionalism, and the Dream of a National Craft Museum », Journal of Canadian Art History,‎ , p. 38-55 (lire en ligne)
  2. a et b Jean, Marcel, 1963- et Coulombe, Michel, 1957-, Le dictionnaire du cinéma québécois, Montréal (Québec), Boréal, (ISBN 2-7646-0427-0 et 9782764604274, OCLC 1006893527, lire en ligne)
  3. a et b Aiko Ryohashi, The Progressive Philosophy of Studio D of National Film Board of Canada : A Case Study of To a Safer Place (1987), Montréal, Mémoire de maîtrise, McGill University, , 22 et 34 p.
  4. David C. McKie, American Public Journalism : Could it work for the CBC?, Ottawa, Mémoire de maîtrise, Carleton University, (lire en ligne), p. 81-84
  5. (en) ir. Brendan Baker, Thomas Waugh and Erza Winton, Challenge for Change : Activist Documentary at the National Film Board of Canada, Montréal, McGill-Queen’s University, , 574 p.
  6. Christine York, Voices and Silences : Exploring English and French Versions at the National Film Board of Canada, 1939-1974, Ottawa, Thèse de doctorat, Université d'Ottawa, (lire en ligne), p. 147-149
  7. Catherine Lemieux Lefebvre, « Émergence de la vidéo au Québec Pour une démocratisation de l’image », Ciné-bulles,‎ , pp32-35
  8. (en) Dorothy Todd Hénault et Bonnie Kline, « In the Hands of Citizens: a Video Report », Radical Software, vol. 1, no 1,‎ , p. 11-12 (lire en ligne)
  9. (en) Dorothy Todd Hénault, Report of the Australian Video Access Project, Australia, The Film and Television Board of the Australian Council for the Arts, , 41 p. (lire en ligne)
  10. Office national du film du Canada, « The New Alchemists » (consulté le )
  11. « Dorothy Todd Hénaut », sur Réalisatrices Équitables (consulté le )
  12. Lupien, Anna, 1980-, De la cuisine au studio, Éditions du Remue-ménage, (ISBN 978-2-89091-353-0, 2890913538 et 9782890913547, OCLC 796924843, lire en ligne), p. 73
  13. Office national du film du Canada., Archives nationales du Canada. Division des archives audiovisuelles., Canada. Direction des études canadiennes. et Cinémathèque québécoise., Le répertoire des films de l'ONF : la production de l'Office national du film du Canada de 1939 à 1989, L'Office, (ISBN 0-660-56485-8, 9780660564852 et 0660932229, OCLC 24288127, lire en ligne)
  14. Loren Lerner, Canadian Film and Video : A Bibliography and Guide to the Literature, University of Toronto Press, , 972 p. (ISBN 978-0-8020-2988-1, DOI 10.3138/9781442672185, lire en ligne), p. 274
  15. Stephen Chesley, « Film News », Cinema Canada,‎ , p. 9 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Coulombe et Marcel Jean, Le dictionnaire du cinéma québécois. Montréal : Boréal, 2006, xxii, 821p. Bibliogr. ; Filmogr. ; Générique ; Ill.
  • Marianne Gravel, Christian Poirier et Laurent Pelletier, Le cinéma québécois dans l'environnement collégial. Le potentiel éducatif d'un patrimoine cinématographique commun, Québec, Cégep Garneau, , 215 p. (ISBN 978-2-920910-53-9, lire en ligne), p. 97-98
  • Marcel Jean et Claude Racine, « La question nationale et le cinéma », 24 images,‎ , p. 16-21 (ISSN 0707-9389)
  • Anna Lupien, De la cuisine au studio, Éditions du Remue-ménage, (ISBN 978-2-89091-353-0, 2890913538 et 9782890913547, OCLC 796924843, lire en ligne)
  • (en) National Film Board of Canada, Moving Image and Sound Archives (Canada), Canadian Studies Directorate. et Cinémathèque québécoise, The NFB film guide : the productions of the National Film Board of Canada from 1939 to 1989, The Board, (ISBN 0-660-56485-8, 9780660564852 et 0660139871, OCLC 24218621, lire en ligne)
  • (en) Rebecca Sullivan, Bonnie Sherr Klein's Not a love story, , 128 p. (ISBN 978-1-4426-2171-8 et 1442621710, OCLC 891590827, lire en ligne)
  • (en) Thomas Waugh, Ezra Winton, Michael Brendan Baker, Challenge for Change : activist documentary at the National Film Board of Canada, McGill-Queen's University Press, , 599 p. (ISBN 978-0-7735-8526-3 et 0773585265, OCLC 767733252, lire en ligne), « Interview with Léonard Forest, by Dorothy Todd Hénaut »

Liens externes[modifier | modifier le code]