SMITH

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Dorothée Smith)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
SMITH[1]
Dorothée smith.jpg

SMITH

Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Paris
Autres noms
Dorothée Smith[2],
Bogdan D. Smith[2]
Nationalité
Activité
Site web
Œuvres réputées
Löyly, Spectrographies, TRAUM, Saturnium

SMITH[1] (pseudonyme Dorothée Smith[1],[2], Bogdan D. Smith[2], né en 1985 à Paris[3]) est photographe, cinéaste et artiste plasticien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 2007, SMITH obtient un master de philosophie à l'Université Paris-Sorbonne[4],[5].

En 2011, SMITH intègre la galerie les Filles du Calvaire[6] à Paris. Son travail fait l'objet d'expositions personnelles (Rencontres d'Arles[7], Musée finlandais de la photographie[8], Le Château d'eau[9]), collectives (Palais de Tokyo[10], Casino Luxembourg[11]), et de projections monographiques. L'artiste explore la possibilité d'identités « autres », transgenres, proposant de dépasser les apories liées aux catégories de genre, qu'il soit identitaire, artistique ou théorique.

En 2012, avec son projet Cellulairement[12], l'implant d'une puce sous-cutanée RFID[13] dans le bras[14] permet à l'artiste de ressentir, grâce à une caméra thermique infrarouge, les ondes de chaleur[15] de traces de corps absents[16] : SMITH appelle ces images spectrales des « thermogrammes[17] ».

En 2015, après l’obtention du diplôme de l’École nationale supérieure de la photographie[5] d’Arles, et du diplôme du studio national des arts contemporains - Le Fresnoy[5], SMITH engage l’écriture d’une thèse de doctorat en Etudes des Arts[18] à l’Université du Québec à Montréal.

En 2017, son nouveau projet Désidération[19] conçu avec l'astrophysicien Jean-Philippe Uzan, propose l'inoculation de météorites pour absorber l'infini, donnant à l'organisme humain une dimension cosmique[20]. Ils conçoivent une humanité nouvelle en quête d’un lien organique avec les étoiles, se connectant physiquement au cosmos et s’ouvrant ainsi à une altérité extraterrestre. Mi-fictionnel mi-manifeste, cet univers questionne les notions d’identité, d’altérité, notre lien l’univers et la solitude cosmique qui en découle. Le projet se décline sous diverses formes (conférences, performances, photos, films, textes). Leur première performance sur ce sujet a lieu au Collège de France[21].

En 2018, SMITH est « marrain »[22] de la Queer Week à Paris aux côtés du danseur et chorégraphe François Chaignaud, sur le thème « Déviations/Utopies ».

Corpus[modifier | modifier le code]

La question de la transition[23] constitue un élément central de sa pratique artistique, déployé dans ses dimensions multiples (formelles, identitaires, politiques mais aussi scientifiques et philosophiques). Son travail décrit des existences d’un nouveau type, à la lisière du réel et de la science-fiction, en équilibre entre fixation d’un thème donné et volonté d’embrasser l’universel, entre le vivant et l’informe, entre information objective et dérive rêveuse. En explorant les combinaisons des approches scientifique et artistique ouvertes sur les potentiels de la fiction, SMITH recherche des formes inédites pour rendre visible[n 1] la présence irradiante des êtres de toute nature qui obsèdent son imaginaire.

Son oeuvre transdisciplinaire[5] se décline sous la forme de photographies, installations, vidéos, sculptures, courts-métrages, performances, spectacles chorégraphiques et conférences.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Photographie[modifier | modifier le code]

Installation[modifier | modifier le code]

  • 2011 : C19H28O2 (Agnès)[31], musique de Victoria Lukas[32]
  • 2012 : Cellulairement[12], en collaboration avec l'IRCICA (l'installation fait partie du projet archipélique Spectrographies)
  • 2017 : Désidération[19],[21], en collaboration avec l'astrophysicien Jean-Philippe Uzan[33] et l'écrivain Lucien Raphmaj

Danse[modifier | modifier le code]

  • 2017 : TRAUM (Le Paradoxe de V.)[34], 70 minutes, performance chorégraphique en collaboration avec le danseur Matthieu Barbin et la musicienne Victoria Lukas (le spectacle fait partie du projet archipélique TRAUM)

Cinéma[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

Depuis 2014, SMITH, photographe de presse, documente les backstages de la Fashion Week de Paris pour Les Inrockuptibles[42],[43],[44], Libération[45], Another Magazine[46].

SMITH réalise des portraits de personnalités, notamment pour la page "Portraits"[47][réf. insuffisante] de Libération ou le mook Well Well Well (portrait de Céline Sciamma[48] pour la couverture du premier numéro).

Médias[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 2012 : Des mots de minuit[49], émission de Philippe Lefait, France 2
  • 2015 : Objectif femmes[50], documentaire de Manuelle Blanc et Julie Martinović, France 5
  • 2018 : Stupéfiant! [51][réf. insuffisante], émission de Léa Salamé et Julien Beau, France 2 (Saison 2, épisode 14 : « Mélange des genres »)

Radio[modifier | modifier le code]

  • 2012 : Et la caravane passe émission d'Aurélie Sfez, En direct des Rencontres d'Arles. Klavdij Sluban + Dorothée Smith[27] + Bruno Serralongue + Deluxe (live), France Inter
  • 2014 : Ouvert la nuit[14], émission d'Aurélie Sfez & Baptiste Etchegaray, France Inter
  • 2014 : Les carnets de la création[52], émission d'Aude Lavigne, France Culture
  • 2015 : Regardez voir, émission de Brigitte Patient, Portrait d'un jeune photographe[5], France Inter
  • 2016 : Les Nouvelles vagues, émission de Marie Richeux, L’art, est-ce un rêve[53] éveillé ?, Carte Blanche cinéma « les absents[15] reviennent », France Culture
  • 2017 : La Grande table d'été, émission d'Olivia Gesbert, Martin Quenehen et Géraldine Mosna-Savoye, L’art au laboratoire[30], France Culture
  • 2017 : Par les temps qui courent, émission de Marie Richeux, SMITH : Le conte permet de jouer une nouvelle réalité, France Culture[54]

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 2008-2009 : galerie AnnexOne[55],[56], galerie Dask[57], Copenhague
  • 2009 : Nuit Blanche, Chapelle de la maternité Sainte Croix, Metz[58], avec une performance de Sir Alice
  • 2011-2015 : Löyly, 4e festival Photo Phnom Penh, Institut Français du Cambodge (commissariat de Christian Caujolle[59]); Encontros da Imagem[60], Brago, Portugal; Festival Photofolies[61], Rodez; The Finnish Museum of Photography, Helsinki, Finlande[8]
  • 2011 : Sub Limis, galerie du Château d'eau de Toulouse, Toulouse[62]
  • 2012-2013 : "Hear us marching up slowly", Rencontres d'Arles[63]; Photospring Festival of Caochangdi, Chine (commissaire : Didier de Faÿs)[64]
  • 2015 : Entre deux fantômes, Pavillon Vendôme, Clichy[65]
  • 2016 : Давайте Мечтать, galerie les Filles du Calvaire, Paris[66]
  • 2017 : TRAUM, Patricia Conde Galeria, Mexico, Mexique[67]; Institut Chorégraphique International, Montpellier[68] (commissaire : Christian Rizzo)
  • 2018 : Spectrographies, San José foto Festival, Uruguay[69]

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

  • 2009 : How to disappear completely and never be found[70], galerie Van Der Stegen, Paris
  • 2010 : Body Mix[71][réf. insuffisante], festival Transgens, galerie La Place Forte, Paris
  • 2010 : Identity Lab[72], festival Voies-Off, Arles
  • 2010 : Photography Biennale of Daegu[réf. nécessaire], Corée du Sud
  • 2010 : Some True Stories[73], galerie MiCamera, Milan, Italie
  • 2011 : Panorama 13[74], Le Fresnoy - studio national des arts contemporains, Tourcoing (commissariat de Bernard Marcadé); Panorama 14, (commissariat de Benjamin Weil)[réf. souhaitée]
  • 2011 : Second Lives : Jeux masqués et autres Je[11], Casino Luxembourg (commissariat de Paul di Felice)
  • 2011 : Studio Vortex[75], atelier de Visu, Marseille
  • 2012 : Jamais le même fleuve[réf. nécessaire], maison d'art Bernard Anthonioz, Nogent-sur-Marne
  • 2012 : La fotografía llega a Tarragona con el Festival Scan, festival Scan Tarragona, Espagne[76]
  • 2013 : Arles: a French school in Beijing[réf. nécessaire], Croisements festival, Beijing, China (commissariat de François Hébel)
  • 2013 : Elastic Realities[77], Laboral, Gijon, Espagne
  • 2013 : Portrait(s)[78], Vichy
  • 2013 : Marseille vu par 100 photographes du monde[79], Bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône, Marseille (commissaire : Antoine d'Agata)
  • 2013 : International Youth Experimental Arts[80] Festival, Haikou, China
  • 2014 : Identity Lab II[81], festival Cinémarges, Espace 29, Bordeaux
  • 2014 : La femme d'à-côté[82], galerie les Filles du Calvaire, Paris
  • 2014 : Something beautiful[83], Marianne Boesky Gallery, New York (commissariat de Nicolas Wagner & Khary Simon)
  • 2014 : We don't have to take our clothes off[réf. nécessaire], Tokyo, Japon
  • 2015 : Avers et revers sensibles[84], Espace Topographie de l'art, Paris
  • 2015 : Cocteau contemporain[85], galerie Coullaud & Koulinsky, Paris (commissariat de Dominique Païni)
  • 2015 : Vu du ciel[86], festival « Accès)s( » Cultures Électroniques, Bel Ordinaire, Pau (commissariat d'Agnès de Cayeux)
  • 2016 : Entropia[87], centre d'art le Transpalette, Bourges (commissariat de Nadège Piton)
  • 2016 : Who?[88] A dialogue between Elina Brotherus and SMITH (Dorothée Smith), Landskrona Foto Festival, Suède (commissariat de Christian Caujolle)
  • 2017 : Histoires de vivre[89], galerie 12Mail, Paris (commissariat de Joseph Ghosn)
  • 2017 : Le rêve des formes[10], Palais de Tokyo, Paris (commissariat de Claire Moulène et Alain Fleischer)
  • 2017 : Space Oddity, tribute to Major Tom[90], Docks Design, Bordeaux (commissariat de Pascal Bouchaille)
  • 2017 : Festival Internacional de Fotografia de Valparaiso, Chili[91]
  • 2018 : Fluo Noir[92], Bip - Biennale de l'Image Possible, Liège
  • 2018 : L'histoire d'après[93], galerie les Filles du Calvaire, Paris (commissariat de Charlotte Boudon)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

  • 2012 : sélection du jury du prix Virginia[3] pour Hear us marching up slowly
  • 2018 : finaliste du prix de l’association Follow Art With Us[94] pour Désidération

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2014 : aide au projet de la fondation nationale des arts graphiques et plastiques pour Spectrographies[95]
  • 2015 : bourse Image/Mouvement du CNAP pour TRAUM[96]
  • 2015 : bourse DICRéAM du CNC pour TRAUM[97]
  • 2016 : mention spéciale du jury du prix Samaritaine[98] (commissariat de Christian Caujolle)
  • 2017 : prix Swiss Life à 4 mains pour Saturnium[28]
  • 2017 : bourse New Settings de la fondation d'entreprise Hermès pour TRAUM (Le paradoxe de V.)[99]
  • 2018 : bourse Etant Donnés, institut français et Comité Professionnel des Galeries d'Art[100]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « SMITH n’en fait pas mystère : son approche du visible[24], luministe et sombre à la fois, vaut comme image de l’incertitude des rôles sexués. »
    Arnaud Claass, Le Château d'eau.
  2. « Lorsqu’on travaille avec Dorothée, on est déjà un peu dans demain. Le temps[38] n’existe pas. » — Florence Thomassin, L'Humanité

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Clément Ghys, « SMITH, faisceau fantôme », sur Libération, (consulté le 16 mai 2018) : « Depuis peu, elle a pris pour nom d’artiste «SMITH». »
  2. a, b, c, d et e Magali Lesauvage, « Entretien avec Dorothée Smith, photographe de « fantômes » », sur Exponaute, (consulté le 16 mai 2018) : « vous utilisez plusieurs pseudonymes (Dorothée Smith, Bogdan d. Smith) »
  3. a, b et c « Sélection du jury », sur Prix Virginia, (consulté le 16 mai 2018) : « Née en 1985 à Paris. »
  4. a et b « « Spree » de Dorothée Smith », sur Jeu de paume, (consulté le 16 mai 2018)
  5. a, b, c, d et e Brigitte Patient, « Regardez voir avec Sabine Weiss, 7 décénnies de photographie suivi de portrait d'un jeune photographe : Dorothée Smith », sur France Inter, (consulté le 15 mai 2018)
  6. a, b, c et d « SMITH », sur Les Filles du Calvaire, (consulté le 15 mai 2018)
  7. a et b Arnaud Claass, « Dorothée Smith : Hear us marching up slowly », sur Rencontres d'Arles, (consulté le 15 mai 2018)
  8. a, b et c (en) « Dorothée Smith », sur Finnish Museum of Photography, (consulté le 16 mai 2018) : « The exhibition will also feature a multimedia video installation, Agnés, and a brand-new short film, Septiéme Promenade. »
  9. a, b et c Smith 2011
  10. a et b « Le Rêve des formes », sur Magazine Palais #25, (consulté le 15 mai 2018) : « L’artiste SMITH et le cosmologiste Jean-Philippe Uzan imaginent l’histoire d’une humanité nouvelle en quête d’un lien organique avec les étoiles. »
  11. a et b « Second Lives : Jeux masqués et autres Je », sur Casino Luxembourg, (consulté le 15 mai 2018) : « Dorothée Smith »
  12. a et b Florian Gaité, « Cellulairement : Dorothée Smith », sur Le Fresnoy, (consulté le 15 mai 2018)
  13. Marie Lechner, « «Panorama», corps élastiques », sur Libération, (consulté le 16 mai 2018) : « Dorothée Smith, qui questionne l’identité, s’est fait implanter une puce RFID sous-cutanée »
  14. a et b Aurélie Sfez et Baptiste Etchegaray, « Christophe en Live », sur France Inter, (consulté le 16 mai 2018)
  15. a, b et c Marie Richeux, « Les Nouvelles vagues : Les absents (5/0)  : Carte Blanche cinéma « les absents reviennent » », sur France Culture, (consulté le 16 mai 2018)
  16. Claire Guillot, « Dorothée Smith, éloge du flou », sur Le Monde, (consulté le 15 mai 2018)
  17. Joséphine Bindé, « Machine à dunes, lampe à grenouilles... La science est-elle l'avenir de l’art ? », sur Télérama, (consulté le 16 mai 2018) : « Sur ses « thermogrammes », images spectrales où seule la chaleur humaine enregistrée renseigne la forme des corps, les êtres ne sont plus que des fantômes colorés… »
  18. « Doctorat en création artistique », sur Le Fresnoy (consulté le 15 mai 2018) : « Dorothée Smith, sous la co-direction de Louise Poissant et Bernard Stiegler (UQAM - Fresnoy) »
  19. a et b « Résidence 1 + 2 : Désidération par Smith », sur EuroScience Open Forum, (consulté le 16 mai 2018)
  20. « Spectrographies », sur La Friche la Belle de Mai, (consulté le 16 mai 2018)
  21. a et b « Le rêve des formes : Arts, sciences & cie : Indiscipline et hybridation : « Désidération », expérience d'intrication », sur Collège de France, (consulté le 16 mai 2018)
  22. « Marrains de la QueerWeek »
  23. Lucie Etchebers, « Photographie : Dorothée Smith "Mes portraits déconstruisent l’image du féminin" », sur L'Obs, (consulté le 16 mai 2018) : « ses thématiques gravitent autour du corps, de l’identité et de la transition. »
  24. Arnaud Claass, « Assises de la jeune création : Les artistes ambassadeurs des groupes de travail », sur Ministère de la Culture, (consulté le 18 mai 2018)
  25. Adèle Binaisse, « La beauté essentielle et lumineuse par Dorothée Smith », sur Actu photo, (consulté le 16 mai 2018)
  26. Smith et Baqué 2013.
  27. a et b Aurélie Sfez, « 'Et la caravane passe : En direct des Rencontres d'Arles », sur France Inter, (consulté le 16 mai 2018) : « Dans sa série Hear us marching up slowly (Entendez-nous approcher lentement) qu’elle présente cette année à Arles »
  28. a et b « Le Prix Swiss Life à 4 mains 2e édition - 2016-2017 : Saturnium », sur Swiss Life, (consulté le 15 mai 2018)
  29. Smith et Tri Hoang 2017.
  30. a et b Olivia Gesbert, Martin Quenehen et Géraldine Mosna-Savoye, « La Grande table d'été : L’art au laboratoire », sur France Culture, (consulté le 18 mai 2018) : « Smith est photographe, cinéaste et plasticien. Il expose à l’occasion de Rêves de formes son installation "Saturnium", une variation numérique sur la mutation de la matière et du temps. »
  31. Roxana Traista, « Dorothée Smith, la mystérieuse », sur Photographie, (consulté le 16 mai 2018)
  32. Victoria Lukas, « c19h28o2 (Agnès) », sur Bandcamp, (consulté le 18 mai 2018)
  33. « Jean-Philippe Uzan sera le parrain du salon 2018 ! », sur CIJM, (consulté le 16 mai 2018) : « En 2014, il a croisé la ligne d’univers de SMITH au centre d’art contemporain du Fresnoy, marquant le début d’une rêverie cosmique commune, en particulier avec Saturnium (Acte Sud, Palais de Tokyo) et Désidération. »
  34. Agnès Izrine, « TRAUM (Le Paradoxe de V.) », sur La Terrasse no 259, (consulté le 16 mai 2018)
  35. « Drops : Bogdan D. Smith », sur Cheries-cheris, (consulté le 16 mai 2018) : « deux fantômes amoureux »
  36. « Solo Show : Dorothée Smith », sur Centre Pompidou, (consulté le 16 mai 2018)
  37. a et b Florian Gaité, « Spectrographies et Traum », sur Paris Art, (consulté le 16 mai 2018)
  38. a, b, c et d Magali Jauffret, « Dorothée Smith, l’art de dérouler un récit », sur L'Humanité, (consulté le 9 février 2016)
  39. a, b, c et d « Spectrographies », sur Spectre, (consulté le 16 mai 2018)
  40. « COSMIC JUNKIES »
  41. Natacha Wolinski, « SMITH (Dorothée Smith) : la fable de l’immortalité », sur Le Quotidien de l'art, (consulté le 16 mai 2018) : « une narration en images qui mène du vacarme à la paix, du chaos à l’immortalité. »
  42. Géraldine Sarratia, « Les délires militaro-queer de Thom Browne vus par Dorothée Smith », sur Les Inrocks, (consulté le 16 mai 2018)
  43. « Portfolio : le festival de Hyères vu par Dorothée Smith », sur Les Inrocks, (consulté le 16 mai 2018)
  44. Chloé Thoreau, « La fashion week parisienne dans l’œil de SMITH », sur Les Inrocks, (consulté le 16 mai 2018)
  45. « Fashion Week », sur http://www.liberation.fr/,
  46. « Celebrating Karl and Chanel at Hyères Festival », sur http://www.anothermag.com/fashion-beauty/7368/celebrating-karl-and-chanel-at-hyeres-festival,
  47. « Libération | Portraits », sur http://www.liberation.fr/
  48. Marie Turcan, « "Well Well Well", la revue qui fait (enfin) parler les lesbiennes », sur Les Inrocks, (consulté le 16 mai 2018)
  49. « Magazine culturel : Des mots de minuit », sur http://television.telerama.fr/,
  50. Caroline Flepp, « Objectif femmes : un documentaire pour rendre visibles les femmes photographes », sur 50/50, (consulté le 16 mai 2018) : « Nous avons interviewé quatre photographes internationalement connues: Sarah Moon, Jane Evelyn Atwood, Christine Spengler et Dorothée Smith, des femmes qui font un travail très différent. »
  51. « Stupéfiant! #42 29/01/2018 », sur francetvpro.fr,
  52. « Réécouter Dorothée Smith, photographe »
  53. Marie Richeux, « Les Nouvelles vagues : Les rêves (4/2)  : L’art, est-ce un rêve éveillé ? », sur France Culture, (consulté le 16 mai 2018)
  54. « SMITH : "Le conte permet de jouer une nouvelle réalité" »
  55. (en) « patafilm # 643 " dorothee & anais" »
  56. (en) « Invitation au vernissage »
  57. « Dorothée Smith – Solo Exhibition at Dask Gallery, Copenhagen, Denmark »
  58. « Sir Alice et Dorothée Smith, aux limites du genre »
  59. (en) Christian Caujolle, « Photo Phnom Penh 2011 », sur Photography now, (consulté le 22 mai 2018) : « Dorothee Smith »
  60. (en) « Encontros da imagem »
  61. « «La Vie en rose» pour la 26e édition des Photofolies »
  62. « Löyly & Sub Limis »
  63. « Dorothée Smith - Rencontres d'Arles », sur https://www.rencontres-arles.com
  64. (en) « Caochangdi Photospring - review »
  65. « Dorothée Smith : entre (deux) fantômes », sur https://www.lejournaldesarts.fr/
  66. « Давайте Мечтать », sur http://www.fillesducalvaire.com/exposition/smith-%d0%b4%d0%b0%d0%b2%d0%b0%d0%b9%d1%82%d0%b5-%d0%bc%d0%b5%d1%87%d1%82%d0%b0%d1%82%d1%8c/
  67. « Traum by Dorothée Smith »
  68. « SMITH Par/Ici », sur http://ici-ccn.com
  69. « San José Foto »
  70. « Photographies identitaires »
  71. « Body Mix [18 nov / 27 nov 2010] »
  72. « Identity Lab »
  73. « Some True Stories »
  74. « C19H2809 (Agnès) »
  75. « Studio Vortex 1-Tom Pope-Dorothée Smith »
  76. « La fotografía llega a Tarragona con el Festival Scan »
  77. « Elastic realities »
  78. « Portrait(s) »
  79. « Marseille vu par 100 photographes du monde »
  80. (en) « French contemporary photography »
  81. « Des identités mouvantes »
  82. « La femme d'à-côté »
  83. (en) « Something Beautiful Curated by Nicolas Wagner and Khary Simon »
  84. « Avers et revers sensibles »
  85. « Cocteau Contemporain »
  86. « Exposition Vu du ciel / Festival #15 – Vu du ciel : Traum (le cas Y) », sur accès(s), (consulté le 15 juin 2017)
  87. « Exposition Entropia », sur Emmetrop, (consulté le 16 mai 2018) : « SMITH se focalise sur un cas étrange qui avait vu la fusion de deux corps et âmes soviétiques »
  88. (en) « Who? A dialogue between Elina Brotherus and SMITH (Dorothée Smith) »
  89. « Histoire de vivre »
  90. « Double Face »
  91. « FIFV »
  92. « BIP 2018 », sur https://www.bip-liege.org/
  93. « L’histoire d’après »
  94. « Les trois finalistes de la bourse FAWU abroad », sur http://followartwithus.com
  95. « Aide au projet : Spectrographies, Dorothée Smith », sur http://www.fnagp.fr
  96. « Résultats 2015 »
  97. « Bilan Dicréam 2015 »
  98. « Le Grand Prix Samaritaine de la Jeune Photographie 2016 », sur https://www.lasamaritaine.com/wp-content/uploads/2016/11/QDA-HorsSerie_2016-10-28.pdf,
  99. « New Settings 2017 », sur Fondation d'entreprise Hermès, (consulté le 15 mai 2018) : « SMITH et Matthieu Barbin, TRAUM (Le Paradoxe de V.) »
  100. « Découvrez Smith, Artiste Lauréat De La Résidence Étant Donnés »

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages monographiques[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]