Dorothée Browaeys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Dorothée Benoit Browaeys)
Dorothée Benoit Browaeys
Image dans Infobox.
Dorothée Browaeys, Nantes, Lieu Unique, 11 janvier 2022
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Roubaix
Nom dans la langue maternelle
Dorothée Benoit BrowaeysVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Dorothée Browaeys est une journaliste scientifique française née en 1959 à Roubaix. Elle dirige TEK4life qui s'emploie à accélérer la bascule vers une société réajustée aux milieux vivants. Avec les Forums de dialogue NanoRESP, BioRESP et DigiRESP elle accompagne les acteurs pour des pratiques industrielles bio compatibles. Cofondatrice de l’association VivAgora, elle développe en France les pratiques de débat public sur les choix scientifiques et techniques. Biologiste de formation, elle s'emploie à faire vivre les trois écologies (selon l'expression de Félix Guattari) : connexion aux écosystèmes, relation à soi-même, attention à l'autre et insertion politique. Elle dénonce la suprématie de l'innovation et œuvre pour un management éthique des ressources, de la santé, et de la qualité des relations en société. Par ses articles et ses livres, elle met en exergue les responsabilités face aux choix technologiques et aux modes d'existence humaine à venir.

Parcours[modifier | modifier le code]

Spécialisée dans les sciences du vivant, Dorothée Browaeys est responsable de la rubrique Sciences du quotidien La Croix de 1984 à 1990 et de la rubrique agro-alimentation du magazine Biofutur. Depuis, elle analyse les enjeux sociaux des développements scientifiques et publie diverses enquêtes sur les usages des tests génétiques et les nanotechnologies (Le Monde diplomatique), la course aux brevets sur le vivant (Le Figaro), le neuromarketing (Alternatives économiques), les OGM (Géo). Elle collabore régulièrement pour La Recherche, Sciences & Avenir, Les Clés de l’actualité, Euréka, Ciel & espace et Science & Vie. En 2003, elle met en place Les cafés du vivant[1] (café scientifique sur les sciences de la vie) en collaboration avec le Palais de la découverte.

Elle participe activement au débat sur l'articulation entre écologie et économie. Elle fait de la prospective vivante sur la bioéconomie, la biologie de synthèse, les nanotechnologies et le transhumanisme.

Elle contribue à la Revue Études et au magazine en ligne UP Magazine pour la veille sur les bio-industries et le recours aux nouvelles techniques génétiques d'édition[2]. Elle publie de nombreux articles parus dans Le Monde diplomatique, Alternatives économiques[3]

De 2003 à 2013, Dorothée Browaeys crée et développe l'association VivAgora dont elle est déléguée générale[4]. L'association a pour objectif de développer une culture de débat sur les questions scientifiques et techniques. L'association a soutenu l'engagement citoyen pour une innovation choisie et responsable à travers la réalisation de cycles de débats thématiques :

  • Le vivant est-il un bien commun ? en 2004
  • Santé et environnement : comment changer d’ère ? en 2005
  • NanoMonde et NanoViv en 2006
  • Neurosciences : Nos cerveaux sous contrôle ? en 2007
  • NanoForum en 2007[5]
  • Innovation et démocratie en 2008[6]
  • Parlement du Futur du 18 mars 2008 au Conseil régional d'Île-de-France[7]
  • Parlement du Futur du 29 avril 2009 au Collège de France : Innovation responsable
  • Parlement du Futur du 23 avril 2010 au Sénat : Par-delà peurs et progrès. Comment mettre en culture l'innovation ?
  • Parlement du Futur du 27 mai 2011 à l'Assemblée nationale[8].
  • Les Assises du vivant à l'UNESCO en 2012[9].

En 2013, Dorothée Browaeys fonde le Forum NanoRESP pour le dialogue des parties prenantes sur les nanotechnologies[10].

Elle coordonne le volet français du programme européen Synenergene sur la biologie de synthèse et la bioéconomie[11].

Elle conçoit et coordonne le Festival vivant 2016[12]. Cette dynamique donne naissance au Forum BioRESP[13] qui met en dialogue les acteurs de la transition bio-économique, pour une refondation de l'économie en phase avec les logiques du vivant[14].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalière de l'ordre du mérite, 2017

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les cafés du vivant : www.ciup.fr/files/cafes-du-vivant.pdf
  2. « Vivagora, un nouvel organe de débat implanté dans le corps social », sur Ouvertures, (consulté le )
  3. Le neuromarketing
  4. Jean-Luc Martin-Lagardette, « Vivagora, un nouvel organe de débat implanté dans le corps social », sur ouvertures.net, (consulté le ).
  5. NanoForum
  6. Innovation et démocratie
  7. Comment mettre l'innovation en démocratie ?
  8. Entre désirs et déchets. Jusqu'où irons-nous avec l'électronique ambiante?
  9. Archives Rédaction UP' Magazine, « Les Assises du vivant 2012, Vendredi 30 novembre 2012, UNESCO, Paris », sur UP' Magazine, (consulté le )
  10. « NanoRESP », sur www.nanoresp.fr (consulté le )
  11. (en) « Synenergene », sur Synenergene (consulté le )
  12. Super User, « FESTIVAL VIVANT 2016 (15-16-17 sept.) », sur FORUM BioRESP (consulté le )
  13. Guillaume Paris, « Lancement du Forum BioRESP dédié à la transition bioéconomique - AgroParisTech », sur www2.agroparistech.fr (consulté le )
  14. Super User, « BioRESP », sur FORUM BioRESP (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]